Celtes

<blockquote>Les feux follets veillent sur les forêts et ses habitants; petites flammes colorées et silencieuses, éclairant les voyageurs dans la nuit. Plusieurs croient qu'ils sont des esprits malins ou des âmes en peine venues hanter les forêts, les marécages ou les cimetières. Or, les elfes, les fées et toutes les créatures magiques les utilisent comme messagers, les feux follets sont les oreilles et les yeux des arbres. N'ayez pas peur si vous en croisez un, cela ne brule pas, mais surveillez votre langue fourchue.</blockquote>
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Sang et eau (solo Maeva)

Aller en bas

Sang et eau (solo Maeva)

Message  Maeva le Mar 17 Juil - 17:49

L'Armorique n'était à présent plus visible, ce qui était fort dommage, car Maeva aurait voulu s'attarder quelque temps. Malheureusement, la jeune femme n'était plus réellement maître de sa destiné, car elle avait fait le choix d'être la guérisseuse attitrée d'Ambiorix, ainsi que sa maîtresse. Elle l'aimait, mais au fond d'elle, une voix lui faisait regretter d'être lié à ce souverain. Elle avait espéré être la seule pour lui, mais après quelques mois, il s'était lassé de jouer l'homme fidèle et il avait recommencé à avoir des aventures. Combien de fois qu'elle avait pleuré, le cœur brisé par cette piètre histoire d'amour qu'elle avait espéré profonde et grandiose? Aujourd'hui, elle avait arrêté de compter et par moment, elle se trouvait sotte de rester. Elle avait essayé d'ailleurs de partir, mais toujours le roi avait réussi à la ramener vers lui par des mots tendres, des fausses promesses...et elle, la dame blanche, l'avait cru. Oui, elle était sotte. 


Son regard émeraude était devenue foncé, une ombre assombrissait son beau visage. La guérisseuse savait bien qu'il allait  revenir vers elle tout à l'heure, car elle était la seule femme à bord, mais dès qu'ils allaient amarrés en Gaule, il réfugierai dans d'autres bras que les siens. Elle ne pouvait plus le supporter, tout simplement. Oh, certes, cela lui avait permis de découvrir du pays, de rencontrer des gens intéressants, mais sans plus. La jeune femme s'ennuyait de sa forêt, de sa maisonnée, de son ancienne vie si simple et si paisible. Elle voulait la retrouvée...sur cette pensée, quelque chose se brisa en elle, ou plutôt la déception remplaça une conviction profonde, celle de ne plus servir qui que se soit d'autre qu'elle même. Pour ce qui était de l'amour, Maeva savait que cela allait être très difficile de le quitter, mais elle se respectait trop pour rester auprès de lui. La jeune femme savait qu'il allait exigé qu'elle reste, c'est pour cela qu'elle commença à penser à partir sans lui en parler. Dès qu'elle mettrait pied à terre, la guérisseuse retournerait chez elle. La jeune femme entendit alors des pas approchés, mais elle fit mine de ne pas l'avoir entendu. 

- L'Armorique va me manquer. Dit la voix grave du roi à son oreille. Maeva acquiesça en silence, le regard fixé vers l'horizon. Elle se tendit un peu quand les bras du souverain entourèrent furtivement sa taille fine. Ambiorix le remarqua et soupirant, il demanda:
- Toujours fâché contre moi? 
Un autre silence se fit, puis Maeva se composa un visage serein tout en se tournant vers lui. Plongeant dans ce regard bleu qui l'avait autrefois fait frémir, mais qui maintenant la rendait intérieurement froide, elle répondit doucement:

-Non, je te crois quand tu m'as affirmé qu'elle ne comptait pas pour toi. Je suis heureuse qu'il en soit ainsi. 

Devant cette docilité, Ambiorix eut un regard surpris puis il sourit de satisfaction, sans se douter que Maeva jouait double jeu. Son amour s'éclipsait déjà, elle avait été trop souvent blessé par son attitude et à présent, elle ne voulait qu'une chose, sa liberté. En mer, elle ne pouvait fuir, alors aussi bien jouer l'amante docile et tolérante jusqu'à leur arrivée. Fini les crises de larmes, les objets se brisant sur le mur et les insultes. Faisant la belle, elle répondit à son baisé gourmand, mais le désir n'y était plus. Ambiorix ne remarqua pas ce changement d'attitude, il fallait dire qu'il avait prit ses distances avec sa maîtresse depuis quelques temps, donc il était moins réceptif à ses états d'âmes. Maeva préféra qu'il en soit ainsi. C'est alors qu'une voix se fit entendre:

-Capitaine!!!! Navire en vue!!!

Une superbe carène apparut derrière une crique et mit le cap vers leur navire. Ambiorix fronça les sourcils, tandis que Maeva sentit une peur sourde lui nouer le ventre. C'est alors que le mot qu'elle redoutait se fit entendre:

-Pirates!!! 

_________________
avatar
Maeva
La Dame blanche

Messages : 71
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: Les Dames Blanches
Divinité: Diancecht

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum