Celtes

<blockquote>Les feux follets veillent sur les forêts et ses habitants; petites flammes colorées et silencieuses, éclairant les voyageurs dans la nuit. Plusieurs croient qu'ils sont des esprits malins ou des âmes en peine venues hanter les forêts, les marécages ou les cimetières. Or, les elfes, les fées et toutes les créatures magiques les utilisent comme messagers, les feux follets sont les oreilles et les yeux des arbres. N'ayez pas peur si vous en croisez un, cela ne brule pas, mais surveillez votre langue fourchue.</blockquote>

Quand la flamme éclaira la noirceur de la nuit (Pv solo)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Quand la flamme éclaira la noirceur de la nuit (Pv solo)

Message  Myrddin le Mar 17 Avr - 18:46

Myrddin eut un profond soupir après avoir terminé de lire la lettre d'Aeryn qui ne cessait d'être harcelant pour qu'il aille le rejoindre en Égypte. Le vieux druide se mit à marmonner dans sa barbe comme quoi l'Égypte était un pays bien trop chaud et aride pour lui et cela ne lui tentait guère d'aller se perdre dans le désert à la recherche de créatures bien plus hostiles qu'en Armorique. Pourquoi Aeryn se montrait-il aussi entêté? Le druide grogna de désapprobation et machinalement il prit sa pipe à herbe pour l'allumer, tout en feignant d'être indifférent à cette lettre. Il passa un instant avant qu'il la reprenne pour la relire plus attentivement...Par  Taranis! Quelle était donc cette exceptionnelle découverte? Gigotant d'agacement sur son siège, Myrddin se prit à essayer de lire entre les lignes, mais aucun message caché ne s'y trouvait. Rien...pas même un indice! Aeryn avait su très bien ce qu'il faisait en écrivant cette missive. D'abord, il lui avait mis l'eau à la bouche en décrivant ses créatures surnaturelles et maintenant, il l'empêchait de savoir sa dernière trouvaille.

C'était tout lui! L'appâter ainsi était très peu honorable et cela rendit Myrddin très morose durant les heures qui suivirent. Heureusement, il eut la visite de la magnifique Gwenaëlle, la vierge qu'il avait secouru avec d'autres compagnons, pour un massage fort attendu. Celle-ci lui avait proposé cette séance en guise de remerciement et bien évidemment, Myrddin n'avait pas eu le cœur de refuser.  Il ne l'avait pas revu depuis la fête d'Imbolc et c'était peut-être aussi bien, car Vivianne n'aurait pas apprécié qu'une telle beauté vienne masser ses vieux os de druide ankylosé. Myrddin avait attendu pour que sa douce s'absente et c'est avec bonheur qu'il reçu la jeune prêtresse pour qu'elle le couvre d'huile de lavande et le masse allègrement jusqu'à temps qu'il est une soif terrible. Remarquant sa bouche sèche, Gwenaëlle lui remplit un gobelet d'eau que le vieil homme prit avec reconnaissance. Après une longue gorgée, il  complimenta béatement:



-Oh Gwenaëlle...vous avez des mains de fées! Ce fut divin!

La belle brunette eut un doux sourire et elle répondit d'une voix cristalline:

-Vous le méritez, Myrddin. Je doute qu'un simple massage va rembourser la dette que j'ai envers vous.

Se levant lentement, car tous ses muscles étaient très détendus, Myrddin s'assit sur le rebord de la table tout en dévisageant la jeune fille d'un regard paternel. La jeune vierge lui rappelait sa fille Enora, mais en plus sombre. Il dégageait quelque chose de très sensuel de cette jeune prêtresse qui l'avait émoustillé dès que son regard s'était posé sur elle, mais le vieil homme n'était pas du genre à abuser de l'innocence et il aimait profondément sa dame du lac. D'un sourire rassurant, il répondit:

-Nul besoin de parler de dettes, prêtresse. J'ai été guidé par mon devoir, tout comme vous quand vous avez daigné obéir à la déesse Brigitte. Il lui prit gentiment la main et la tapotant un peu, il continua: votre amitié m'est grandement suffisante et peut-être quelques massages de temps à temps si j'ai mal au dos.

À ce dire, Gwenaëlle renversa la tête par en arrière et elle éclata d'un rire de rossignol. Bien que surnommé le druide fou, Myrddin était  un homme réellement charmant et elle était soulagé qu'il ne veuille pas plus qu'un simple massage. Acquiesça, la jeune femme alla lui chercher sa tunique pour qu'il s'habille en disant:

-Je serai alors heureuse de vous avoir comme ami, Myrddin. Je vous avoue que j'aurai besoin de vos conseils et de votre enseignement au niveau des sciences naturelles.
-N'avez-vous pas votre grande prêtresse comme mentor? Demanda le vieil homme en haussant les sourcils tout en cachant sa nudité sous son habit.

-Oui, mais votre connaissance en créatures mythiques est supérieure et rien ne m'empêche d'avoir plusieurs mentors.

-Certes...certes...marmonna Myrddin en jetant un coup d'oeil à la missive de son cousin. C'était vrai que Myrddin en connaissait beaucoup sur les peuples fantastiques qui erraient dans l'Armorique et en Irlande, mais il se sentit soudain envahit par l'ennui d'un trop pleins de connaissances qui demandaient à être renouveler. Voyant son air maussade, Gwenaëlle fronça les sourcils et elle demanda inquiète:

-Ai-je dis quelque chose qui n'allait pas, Druide suprême?


Myrddin leva son regard bleu vers elle et après l'avoir dévisager un court instant, il répondit d'un sourire contrit:

-Non, demoiselle, mais je vais devoir malheureusement décliner votre requête, car je dois m'absenter pour un petit moment.
-Vraiment? Pour aller où?
-Au Royaume des pharaons!

_________________

avatar
Myrddin
Le druide fou

Messages : 222
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la flamme éclaira la noirceur de la nuit (Pv solo)

Message  Myrddin le Ven 27 Avr - 21:37

- Allons, canasson! Nous n'avons pas toute la journée! Maugréa Myrddin contre son âne (pourquoi avait-il acheté une telle monture au lieu d'un cheval? Tout simplement parce que cet âne avait un air trop mignon et il semblait solide sur pattes! Eh bien, il s'est avéré que cette bête était paresseuse, plaignarde et très lente!) Myrddin jeta un coup d'oeil inquiet au soleil qui couchant et à la forêt qui s'éternisait devant lui. Le Port Corbilo était à deux jours de cheval, sinon plus, et plus qu'il avançait plus que le druide avait envie de faire demi tour. Il se demanda ce qui lui avait passé par la tête d'entreprendre un tel voyage! Non pas qu'il avait peur, au contraire, il lui restait encore cette fougue du temps de sa jeunesse, mais il n'était pas certain de pouvoir repousser une patrouille de Romains s'il en croisait ou autre ennemi trop dangereux à son goût. D'un soupir, il prit une décision des plus raisonnables en entreprenant de faire arrêter son âne pour qu'ils retournent chez eux. Alors voilà, le canasson fut si long à tourner que des bandits eurent amplement le temps de sortir du bois et d'entourer Myrddin qui dégaina aussitôt son épée.

-Oh là vieil homme! Tu  ne perds pas de temps à menacer! Nargua le chef des brigands d'un sourire narquois.  Malgré l'oeil bleu étincelant et l'épée fermement tenue, le jeune homme ne semblait aucunement intimidé par l'ancien combattant qu'était Myrddin. Grand et musclé, le bandit avait bel allure avec sa tignasse brune bouclée et ses yeux verts. Il devait avoir autant de succès avec les femmes qu'au combat, mais il ignorait que malgré sa vieillesse, le druide pouvait être un adversaire redoutable. Continuant à le fixer d'un air grave, Myrddin:


-Non seulement je ne perds pas de temps à menacer, mais aussi à tuer. J'ai tué plus d'hommes que toi dans toute ta jeune vie, alors je te conseille de me laisser passer, sinon ce soir sera ton dernier.

Il y eu quelques rires nerveux de part et d'autre des bandits, mais certains eurent le réflexe de reculer, prêt à s'enfuir si le vieillard ne bluffait pas. Pour seule réponse, leur chef croisa ses bras forts et il riva son regard sur le chariot dont l'arrière était caché par une toile de lin. Il devait contenir provisions, monnaies et vêtements. Le jeune homme eut alors des yeux apaisants, qui contrastaient avec son air sombre. Soutenant le regard de Myrddin, il répliqua:


-Allons, personne ne va mourir ce soir. Je veux seulement la moitié de tes biens et nous allons te laisser passer.
-Non. Répondit catégoriquement le vieille homme en serrant de son autre main son long bâton. Ne fait pas l'erreur de me sous-estimer, car j'ai fait la guerre à plusieurs reprises et je suis aussi druide suprême.
-Ah...je vois...donc, j'imagine que tu vas me transformer en crapaud et me décapiter après avec ton épée? Répliqua le jeune homme moqueur puis son regard se fit terriblement dur. Amer, il continua:


-Ce sont les druides et leurs traditions qui nous ont réduit à cet état de voleurs. Il y a longtemps que je ne crois plus en eux ni en leurs pouvoirs. À présent, que cela te plaise ou non, je vais prendre ce qu'il y a dans ton chariot. Je te l'ai dis, je ne tiens pas à te tuer, mais nous devons survivre. 

Il y eu un lourd silence durant lequel Myrddin le dévisagea avec intensité qui perturba plusieurs des hommes du jeune chef. Penchant la tête légèrement sur le côté, le druide demanda :

-Tu es un sans nom, c'est ça?
-Tu as deviné juste. À présent...

Le brigand détourna son attention vers l'arrière du chariot, mais une épée se posa sur sa gorge, des arcs furent levés au même instant, toutes flèches pointèrent vers Myrddin qui serra le pommeau sans trembler.

_________________

avatar
Myrddin
Le druide fou

Messages : 222
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la flamme éclaira la noirceur de la nuit (Pv solo)

Message  Myrddin le Ven 27 Avr - 21:37

-Je préfère mourir que de me faire voler de la sorte!
-Peut-être que ton souhait sera exaucer, druide. Dit son adversaire d'un calme qui vint dérouté Myrddin. C'est alors que le visage de cet effronté lui rappela quelqu'un, un ancien frère d'armes. Oui, c'était son portrait tout craché jusqu'à son attitude nonchalante. Le druide se risqua à dire:

-Tu es bien comme ton père. Lui aussi aimait prendre ce qu'il ne lui appartenait pas.
-Tu ne connais rien de mon père, vieil homme! Répliqua le bandit entre les dents. En fait, il ne connaissait rien aussi de son géniteur, mis à part son prénom, mais il ne l'avait jamais rencontré. Comment ce druide pouvait prétendre le connaitre d'un coup d'oeil? Non, il essayait de gagner de temps et de lui faire faire une erreur. Il prit un profonde respiration et retrouvant son sang-froid, il dit:

-Nous sommes sept, tu es seul. Tu peux me tuer, mais mes hommes vont t'achever. Il y eu un autre silence puis d'un sourire sincère, il dit: J'admire la bravoure, aussi hors-la-loi que je suis. Je te promets de t'épargner si tu baisse ton arme.
Myrddin eut un rictus et contre toute attente, il rengaina son arme en disant:

-À qui dois-je une telle clémence? Te nommes-tu Kilian, comme ton guerrier de père?

Cette fois, le bandit pâlit et son sourire s'affaissa. Le druide avait misé juste, son père s'appelait bien Kilian. Lentement, le jeune homme fit non de la tête en répondant:

-Non. On me surnomme  le fauve,  mais je suis bien le fils bâtard de Kilian. Tu le connaissais donc?
-J'ai combattu avec lui. Tu lui ressemble énormément.
-Seulement en apparence, car comme tu peux voir, druide, je ne mène pas le même genre de vie que mon père. Il m'a rejeté à ma naissance me trouvant trop rachitique pour être son fils. J'aurais pu mourir, mais une vieille femme a prit soin de moi jusqu'à mes cinq ans. Après sa mort, j'ai du survivre par mes propres moyens et à présent, je suis chef de cette bande. Ma famille.

 
Le regard vert se riva vers les autres bandits qui relevèrent la tête fièrement et Myrddin sourit intérieurement, se disant que le fils avait hérité du don de commandement du père. Il croisa à nouveau les yeux du fauve qui devait avoir un prénom, mais seul ses proches devaient le connaitre. Le jeune chef confronta pendant un instant le druide puis il dit:

-Tu fus ami de mon père, mais tu n'es pas le mien. Soit chanceux que je tue ni les vieillards, ni les enfants.
-Pour un bandit, tu as le cœur tendre.

Cette réplique arracha un rictus au fauve qui répliqua:

-Seulement avec les belles femmes. Bien, messieurs, prenez tout ce qu'il y a dans ce chariot. Le druide a abusé de ma patience.

Myrddin roula des yeux exaspérés et d'un profond soupir, il fit un geste lasse en disant:

-Faites donc, mais vous allez être déçu.
-Nous verrons. Répondit le jeune homme qui avait retrouvé son sourire aux dents étonnamment blanches.

 Il devait avoir des contacts qui l'entretenaient bien en échange de ses vols. Il se demandait  qui, car Myrddin avait rarement vu un bandit avec une dentition aussi parfaite. La toile de lin fut retirée et les hommes furent effectivement déçus de constater que le chariot contenait que des sacs remplis de biscuits secs et de fruits séchés, ainsi que des vêtements de rechanges usés. Aucune monnaie ou de biens précieux...Le fauve jeta un coup d'oeil au chariot et il faillit juré quand son regard s'attarda sur  l'un des sac qui semblaient plus long que les autres...


Ses yeux d'expert scrutèrent les courbes qui se cachaient sous l'épais tissus. Levant un sourcil, il déchira brusquement le sac et  il croisa un regard effrayé qui l'envouta immédiatement. Des yeux améthystes aussi magnifiques qu'un lilas d'été et un visage digne de la déesse Ainé en personne...Pendant un instant, le fauve contempla cette fée à la chevelure blonde et aux traits très désirables. Un silence se fit, suffisamment long pour attirer l'attention de Myrddin. Se retournant, il pâlit en voyant qui se trouvait dans son chariot.


-Enora! Par Taranis! Que fais-tu là?! Ragea la vieux druide à la fois en colère et très inquiet pour sa fille qui avait osé l'accompagner contre son gré. La jeune fille détourna son regard vers son père et déglutissant, elle répondit d'une voix blanche:


-Je...je ne voulais pas que tu parte en Égypte seul, père...

-En Égypte? Questionna le Fauve en haussant les sourcils avec surprise.  Jetant un regard interrogateur à Myrddin, celui-ci soupira de contrariété et il répondit:

-Oui, bon, c'est une longue histoire...

Contre toute attente, le jeune homme éclata de rire et d'un soupir, il rengaina son arme en disant:


-En bien, nous avons toute la nuit pour l'entendre. Druide et...il baissa un regard dévorant vers la jeune femme qui rougit. Enora, vous êtes mes invités. Disant cela, il plongea son regard dans celui de la fille du druide qui ne put détourner ses yeux de ce superbe voyou qui avait osé tenir tête à son père. Celui-ci n'apprécia pas du tout cet échange silencieux et il fut encore plus en colère contre Enora qui lui avait désobéit. Une vraie tête de mule comme sa mère! Ou comme lui...bref, tous deux n'eurent d'autres choix que de suivre les bandits qui apportèrent ses maigres biens pour son voyage qui risquait de n'avoir jamais lieu.

_________________

avatar
Myrddin
Le druide fou

Messages : 222
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la flamme éclaira la noirceur de la nuit (Pv solo)

Message  Myrddin le Sam 14 Juil - 22:00

Enora marcha très proche de son père en essayant de ne pas trembler.Autour d'eux, les bandits se déplaçaient en silence, le fauve et l'un de ses hommes conduisaient lentement leur chariot en avant d'eux. Le regard améthyste fixa alors le dos fort du fauve qui marchait devant, un étrange frisson la parcourut, à la fois de peur et de fascination. Elle n'avait jamais rencontré d'homme aussi beau que ce bandit, son regard vert avait réussi à accélérer  les battements de son cœur et à lui donner des papillons dans le ventre.

- Ne te laisse pas séduire par ce malfrat, ma fille. Souffla rauquement la voix de son père à son oreille qui venait de surprendre le regard brillant d'Enora. Celle-ci se tendit tout en jetant un coup d’œil perplexe vers Myrddin. Ces yeux bleus la firent pâlir, car elle n'avait jamais vu son père aussi inquiet et en colère. Sa gorge se serra d'angoisse et de tristesse, elle murmura:

-Je suis désolée...je...
-Nous en parlerons plus tard. Interrompit-il d'un chuchotement nerveux. Pour l'instant, dit le stricte minimum et laisse-moi réfléchir à comment nous sortir de ce pétrin. 
-Silence! Siffla derrière lui un bandit qui le rudoya un peu. 
Myrddin serra les poings et foudroya du regard le rustre qui eut un sourire mauvais. Enora serra autour d'elle son châle, tout en détournant son attention vers la noirceur de la forêt. Elle avait à présent très peur et elle se sentait coupable d'avoir désobéit, mais en même temps, son père n'aurait pas pu s'en sortir seul. Peu importe le plan, la jeune femme se promit de l'aider du mieux qu'elle put. Regardant devant lui, Myrddin soupira profondément pour calmer sa rage et il se concentra plutôt sur leurs chances de s'enfuir. Présentement, elles étaient nulles, mais il allait sûrement trouver un moment opportun. Il devait seulement savoir où ces bandits les menaient, en espérant que leurs nombres se limitaient à ce qu'ils les entouraient. Soudain, le fauve ordonna quelque choses à l'un de ses hommes qui  vint rejoindre les prisonniers. Prenant de sa poche deux linges sales, il dit:

-Je vais vous bandez les yeux. Ordre du chef.
 

Myrddin fit une moue dédaigneuse, tandis qu'Enora vint serré sa main, son père la sentit trembler. Le noir se fit devant leurs yeux et Myrddin sentit la main de sa fille se défaire de la sienne.
-Non, lâché-moi! Se plaignit la jeune femme. 
-Lâche ma fille, truand! S'insurgea Myrddin en s'apprêtant à enlever son bandeau, mais deux bras forts l'immobilisa de force. 
-Du calme, druide. Le chef l'a veut  à ses côtés. Indifférent, Myrddin se débattit, l'homme serra un peu plus fort sa prise. Tranquille, sinon je te tranche la gorge, vieillard. 

Le vieillard souffla fortement, puis tremblant, il répliqua hargneux:

-Tu ne verras pas le soleil se lever.
 
À cette menace prophétique, le bandit eut un rire moqueur et sans plus d'hésitation, il vint assommé le druide qui s'écroula au sol, inerte. En silence, il vérifia que Myrddin était toujours vivant puis il le souleva pour le déposer comme un sac de patate sur sa large épaule. Une heure plus tard, ils arrivèrent à leur campement, qui était plus un village de bandits qu'autre chose, et Myrddin fut amener dans une petite hutte gardée par deux gardes. Il se réveilla avec un terrible mal au crâne et ne voyant Enora nulle part, l'inquiétude serra son ventre à lui faire mal. Où était sa fille???   

_________________

avatar
Myrddin
Le druide fou

Messages : 222
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la flamme éclaira la noirceur de la nuit (Pv solo)

Message  Myrddin le Dim 15 Juil - 16:09

Elle se sentit soulevée par deux bras forts et mit à l'avant de la charrette de son père. C'est alors qu'un autre bras entoura sa taille fine et l'attira contre un torse large et solide. Se crispant, la jeune femme se tortilla pour se libérer de la prise, mais une voix grave, qu'elle reconnue pour être celle du fauve, chuchota à son oreille:


-Ne bouge pas, sinon tu risque de chuter. 
Était-ce une menace ou un fait? Sûrement un peu des deux, mais Enora décida de rester immobile et de garder le silence, obéissant pour une fois à son père.   Intérieurement, elle était morte de peur et elle s'inquiétait à présent pour Myrddin qu'elle n'entendait plus maugréer ni insulter. Sous le morceau de tissus sale, son regard devint humide, ses lèvres tremblèrent, elle craignit le pire. N'y tenant plus, Enora demanda la voix chevrotante:
-Où est mon père?
  Encore une fois, elle sentit les lèvres charnues contre son oreille, elle enfonça ses ongles dans sa paume pour résister au plaisir que ce simple touché lui procurait. 
-Ne t'inquiète pas pour ton père. Un de mes hommes l'a juste assommé. Murmura  le fauve tandis que l'une de ses grandes mains vint caresser furtivement la taille gracile comme si elle lui appartenait déjà. À cette information, les ongles s'enfoncèrent jusqu'au sang et la colère remplaça un momentanément la peur.  Se dégageant du jeune homme, Enora répliqua furieuse:
-Vous n'êtes qu'un sale barbare! Kidnapper  des gens qui vous ont rien fait! Vous méritez juste d'être....


La fée d'or se fit interrompre par une main brusque qui se plaqua sur sa bouche et elle se fit tirée vers l'avant. Sa poitrine contre le torse, elle tenta par ses poings de le repousser, mais le fauve était fort et il la serra contre lui jusqu'à la broyer. 
-Je te conseil de taire, sinon je vais devoir aussi t'assommer.  Dit le fauve d'un ton calme qui glaça Enora. Elle savait qu'il était capable de faire une telle chose, elle serra les poings, mais son instinct de survie lui commanda d'obéir. La main se dégagea et se fit remplacer par des lèvres qui frôlèrent légèrement les siennes. Ce contact si sensuel la figea, jamais aucun homme n'avait osé la toucher comme le faisait ce voyou. La fille du druide aurait voulut le repousser, mais elle en était incapable...cette caresse, si légère soit-elle,   lui procurait à la fois un plaisir inconnu et une excitation coupable.
 

-Il y a en cette forêt des êtres bien plus dangereux que moi et mes hommes, Enora. Tu ne voudrais pas les réveiller, n'est-ce pas? Demanda-t-il  tandis que l'une de ses mains vint doucement caresser la nuque de la belle qui se retint de gémir. Un silence se fit et sentant qu'il attendait une réponse elle fit un simple non de la tête, puis détourna vivement la tête pour rompre ce contact qui la chamboulait. Il y eu rictus, puis la main du fauve vint essuyée un larme qui avait coulé le long de la joue de soie, mouillant préalablement le bandeau de fortune. 
-Reste tranquille et tout va bien allé. 


Sans autre mot, il entoura une nouvelle fois la taille de cette perle qui se résigna à rester silencieuse et docile  tout le long du voyage. Celui-ci lui paru duré une éternité, mais la charrette fini par s'immobiliser, tandis que de nombreuses voix et de chants se faisaient entendre tout autour d'eux.  Enora releva la tête, tout en tentant de calmer l'angoisse qui la taraudait. Elle sentit un mouvement à ses côtés, le fauve venait de débarquer de la charrette et il commanda des ordres à ses hommes, l'un d'eux concernait Myrddin. Où allait-il l'amener? Et elle?  Enora avait  juste envie de fuir, mais elle savait la chose difficile, surtout que déjà, deux grandes mains la prirent par la taille pour la descendre du véhicule. Elle eut une sensation de vertige qui s'éclipsa aussitôt que ses pieds touchèrent le sol et que le bandeau se fit enlever de ses yeux.  Les ouvrant, la jeune femme vit le beau visage du  fauve  pencher à quelques centimètres du sien. Elle eut un mouvement de recul tout en le dévisageant avec appréhension. Le bandit eut un beau sourire narquois et courtoisement, il lui présenta son bras:
-Viens. Un bon repas nous attend.
-Je veux voir mon père. Répliqua-t-elle en refusant de glisser son bras sous le sien.Agacé,  l'homme lui prit  la main et il répondit sèchement:
-Il nous rejoindra tout à l'heure. Suit-moi. 

N'ayant pas le choix, elle se laissa guider jusqu'à la demeure du bandit qui se trouvait à être une hutte assez grande et confortable. Celle-ci était le centre du campement aussi grand qu'un petit village habité majoritairement par des hommes, mais Enora aperçu aussi des femmes et des enfants. Tous ces gens étaient sous la responsabilité du fauve qui semblaient être tout à fait à l'aise dans ce petit royaume de brigands. D'ailleurs, elle remarqua que les voleurs le saluèrent avec un respect digne d'un commandant, ce qui provoqua secrètement en elle une certaine admiration.  Bien sûr, elle ne laissa rien paraître et se contenta de prend un air impassible, tout en observant discrètement ce nouveau lieu.  Le village avait été construit en cercle dans une vallée entourée de forêt. Tout autour des gardes veillaient, perchés dans les arbres, arc en main. Fuir s'avérait officiellement impossible. 

_________________

avatar
Myrddin
Le druide fou

Messages : 222
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la flamme éclaira la noirceur de la nuit (Pv solo)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum