Celtes

<blockquote>Les feux follets veillent sur les forêts et ses habitants; petites flammes colorées et silencieuses, éclairant les voyageurs dans la nuit. Plusieurs croient qu'ils sont des esprits malins ou des âmes en peine venues hanter les forêts, les marécages ou les cimetières. Or, les elfes, les fées et toutes les créatures magiques les utilisent comme messagers, les feux follets sont les oreilles et les yeux des arbres. N'ayez pas peur si vous en croisez un, cela ne brule pas, mais surveillez votre langue fourchue.</blockquote>

Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Jeu 12 Avr - 12:34


 



Pour une grande ville, c'était une grande ville. Alana ne s'attendait pas vraiment à ça. Cela ne ressemblait en rien aux villages ou bourgades qu'elle avait pu fréquenter jusqu'à lors. Le brouhaha lui donnait mal à la tête et elle se demandait sérieusement comment elle allait pouvoir donner quelques concerts avec ce chahut. Jamais les gens n'apprécieraient sa bonne musique dans un tel tohu-bohu. Machinalement, et sans y penser, elle s'était rapproché du guerrier et se tenait aussi près de lui que la décence le permettait. Pour un peu, elle se serait serré contre lui. Cependant, la foule et sa timidité l'empêchait d'aller plus avant. Et puis, ils se connaissaient à peine, même si elle le trouvait sympathique.

Il allait s'agir maintenant de trouver un toit pour les nuits qu'elle allait passer ici. La jeune femme ne comptait pas du tout sur Bryan pour cela. En fait, elle n'y pensait même pas. Elle était indépendante et avait l'habitude de se débrouiller par elle même. En général, elle trouvait un aubergiste assez généreux pour lui offrir gîte et couvert en échange d'une animation musicale de son établissement. Mais là, il y avait foule et la barde avait un peu peur que toute les tavernes aient été prises d'assaut. Elle laissa le jeune homme mettre son cheval à l'écurie et commença à se renseigner tout autour d'elle. Un coup de chance, il y avait un lieu tout exprès pour ceux venus chanter à la fête d'Imbolt.

Ce n'était qu'une grande grande, aménagée en dortoir, mais cela ferait parfaitement l'affaire. Resterait juste à trouver de quoi se nourrir, mais elle supposait que c'était prévu aussi. Des gens avec des paniers et d'autres avec des grandes cruches et des gobelets distribuaient des galettes et du lait de chèvre à qui en voulait. Et bien, c'était parfait. Elle ne comptait pas rester trop longtemps, juste le temps d'enquêter pour savoir si son père était passé par ici ou pas. Mais il était un peu tôt pour cela. En tant que barde, elle se devait de participer à la fête et donc de se renseigner sur les festivités à venir et où on aurait besoin d'elle. En même temps, elle se sentait un peu intimidée, il semblait qu'elle était la plus jeune des gens rassemblés ici, druides, bardes, etc. Elle alla retrouver le guerrier.


«Je suppose que vous avez à faire de votre coté. Peut être est il temps de se dire au revoir. Sachez que j'ai apprécié votre compagnie.
Et je n'ai même pas remercié pour vous être donné la peine de m'accompagner.»


Elle soupira un peu. Elle n'aimait pas les aux revoir et puis, elle commençait à l'apprécier celui là. Mais bon, sans doute ne fallait elle pas qu'elle s'attache au premier venu parce que sinon, toute ses rencontres se termineraient par un déchirement. D'ailleurs, elle n'avait pas prévu non plus ce qu'elle ferait une fois qu'elle aurait trouvé son père, si elle arrivait à mettre la main dessus. Elle ne savait pas trop ce qu'elle lui dirait, une fois qu'elle lui aurait avoué qu'elle était sa fille. C'était compliqué et elle avait imaginé tout un tas de scénario dans sa tête, dont aucun sans doute ne correspondraient à la réalité. Et maintenant, elle regardait Bryan, se retenant de montrer qu'elle ne voulait pas rester seule dans cette grande ville.
avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Jeu 12 Avr - 22:20


 
Bryan avait rarement vu autant de monde, sauf à l'amphithéâtre de Rome durant un spectacle de gladiateurs, où il avait vu plusieurs de ses compatriotes se faire tuer publiquement par des Spartes. Chassant ce souvenir, il eut un petit sourire ravit en voyant les immenses mannequins de pailles qui allaient bientôt être incendier par la foule. Des plaintes en latin se faisaient entendre de ces immenses statues aux formes féminines; des soldats étaient emprisonnés à l'intérieur, des Romains. Pendant une fraction de seconde, le Celtes fixa ces hommes gémissant et apeurés, mais son cœur était froid comme de la glace les concernant. Bien que brûler vif était une mort terrible, il y a longtemps que le Gaulois n'avait plus de pitié pour ce peuple qui ne voulait qu'une chose: détruire pour mieux conquérir. Non...ce soir, en cette fête de purification et de feu, Bryan n'allait pas souillé son être par une pitié mal placée. Il détourna promptement les yeux, tandis qu'il sentit une frêle silhouette se rapprochée un peu plus de lui. Le regard d'ambre s'abaissa sur Alana qui semblait ne pas être à l'aise entourer d'autant de gens. Son visage sombre s'éclaira d'un tendre et furtif sourire, cette femme était imprévisible. Elle était autant réservée et délicate qu'indépendante et farouche, mais ces quelques heures passées avec elle ne suffisaient pas à la cerner aussi bien qu'il l'aurait voulu.

À vrai dire, c'était la première fois qu'il passait autant de temps avec une femme, et ce, sans qu'elle n'est passée par sa couche. Ce ne fut pas les occasions qui  avaient manqué, il aurait pu  à plusieurs reprises provoqués cet instant de volupté, mais quelque chose l'en avait empêché...était-ce la jeunesse de la barde? Non,il avait comblé ces nuits avec des femmes bien plus jeunes, même s'il se doutait qu'une dizaine d'années les séparaient tous les deux. Il avait trente-cinq ans et il se sentit soudain vieux comparé à cette fleur flamboyante qui frôlait la vingtaine, ou un peu plus.  D'un soupir discret, il la vit alors s'éloigner  tandis qu'il se dirigea vers les écuries. Bryan faillit à deux doigts de la retenir, comme s'il avait peur qu'elle ne revienne plus, mais il se traita mentalement d'imbécile et il alla débarrasser son cheval de leurs bagages. Toujours la jeune femme en tête,  ses yeux de loup se rivèrent vers l'extérieur pour la chercher du regard. Il la vit converser avec des hommes et il ressentit alors un pincement nocif au cœur. De la jalousie?

Non, ridicule! La barde avait bien le droit de parler à qui elle voulait, mais il ressentit malgré tout une certaine déception. Bryan ignorait pourquoi elle s'était éloignée pour aller converser avec ces inconnus, mais il était certain qu'il aurait pu l'aider si elle se questionnait sur quelque chose...mais voilà, Alana semblait ne plus avoir besoin de lui, vu qu'ils étaient rendus à destination et déjà, elle avait reprit cette attitude indépendante qui lui plaisait tant. Jurant dans sa barbe, il tenta de se concentrer sur l'objectif de sa venue: parler au Roi Ambiorix. Se faufilant parmi les fêtards, il avait aperçu plusieurs gaulois qui gardaient un immense bâtiment circulaire où avait eu lieu l'ouverture de la cérémonie; le roi exilé devait s'y trouver. Or, il n'avait  vraiment pas la tête à délivrer son message, mais plutôt à trouver une chambre confortable qu'il pourrait partager avec sa compagne de route. Cette fois, il avait l'intention de rattraper toutes ces occasions qu'il avait manqué, même si au fond de lui-même, quelque chose lui disait que la jeune femme allait refusé. Après tout, ce n'était pas la fête de Lug, où l'amour était célébré, mais bien la pureté. Un autre obstacle qui le ramena à son objectif premier: délivrer ses renseignements à Ambiorix.


-Je suppose que vous avez à faire de votre coté. Peut être est il temps de se dire au revoir. Sachez que j'ai apprécié votre compagnie.
Et je n'ai même pas remercié pour vous être donné la peine de m'accompagner.


La voix cristalline  d'Alana le ramena à la réalité et son dire le rendit perplexe. Il ne s'attendait pas à cet au revoir, enfin, pas tout de suite. Quoi déjà? Faillit-il dire, mais il se retint, tout en réfléchissant à une façon de la garder auprès de lui. Certes, il avait à faire de son côté et ce n'était pas une mince besogne, car avoir l'attention d'un roi n'était pas chose aisée. Il fallait accéder au bâtiment, puis franchir l'assemblée pour se rendre jusqu'à la table des invités d'honneur et enfin, réussir à le convaincre de lui parler en privée. À moins qu'une distraction vienne facilité le tout...et celle-ci se trouvait juste devant ses yeux. Alana...Une lueur énigmatique fit briller son regard mielleux, son visage masculin s'éclaira d'un sourire propre à lui, à la fois séducteur et espiègle.


-J'ai apprécié aussi votre compagnie, Alana, mais nous ne pouvons nous séparé dans l'immédiat. Vous avez une dette envers moi et  je tiens à ce que vous en acquittez par un service.


Ne voulant pas que ces propos prêtes à confusion, car cela aurait pu être, il lui prit la main et la portant à ses lèvres, il murmura:


-Voudriez-vous chanter devant le roi Ambiorix pour moi?
Son sourire s'affaissa  laissant place à une expression plus sérieuse, son souffle chaud frôla la peau douce et blanche: je dois absolument avoir toute son attention, mais pour cela, j'ai besoin de votre aide ou plutôt, de votre voix qui est aussi magnifique que votre présence...


Cette demande était loin d'être ordinaire, tout comme l'homme qui se trouvait en face d'elle, dont les gemmes d'ambre soutenaient intensément les émeraudes verdoyantes qui le dévisageaient.


Dernière édition par Bryan Ludhael le Dim 8 Juil - 18:11, édité 2 fois

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Mar 1 Mai - 6:38


 

Qu'est ce qu'il lui racontait là? Une dette envers lui? De quel droit s'arrogeait il cet avantage? Certes, elle lui était redevable, mais la façon dont il présentait la chose mettait la jeune femme hors d'elle. La barde qui commençait à le trouver de plus en plus sympathique se mit brutalement à le détester en se disant qu'il présentait là son vrai visage, sans doute. Si yeux avaient été des armes, le guerrier serait sans doute mort mille fois dans d’atroces souffrances vu le regard brûlant de colère qu'elle lui lança. Il lui aurait tout simplement demandé de lui rendre service, cela aurait été sans doute avec plaisir, mais là, il lui imposait la chose sans même la consulter.

«Parce que monsieur a ses entrées auprès du roi? Je ne pensais pas que vous étiez si important que ça, sinon, je ne vous aurait pas imposé ma présence de basse extraction.»

Oui, elle était furieuse. Elle même aurait sans doute pu avoir accès à une fête de ce personnage aussi important, en tant que barde, même si elle était un peu jeune. Mais sa musique pouvait être envoûtante. Cependant, Bryan n'avait pas pris toute la mesure du talent de la musicienne. Certes, elle jouait bien en toutes circonstances, ou presque. Bien sûr, il lui arrivait d'être troublée et de ne faire qu'un air moyen. Mais dans de grandes ou particulières circonstances, son talent pouvait être multiplié par rapport à ce qu'elle faisait dans les auberges ou ce genre d'établissement. Alana ne donnerait jamais une prestation mauvaise de son plein gré, elle vivait la musique. Mais parfois, elle exécutait un représentation exceptionnelle et là, elle en avait bien l'intention.

«Je le ferais et ensuite, je ne veux plus jamais entendre parler de vous.»

Oui, elle était toujours en colère et cela ne serait pas facile de l’apaiser. Elle avait, de temps en temps, un tempérament de feu, tout comme sa chevelure. Et en quelques instants, avec cette simple demande, Bryan venait de perdre quasiment tout le crédit qu'il avait pu gagner auprès de la jeune femme. Il allait peut être avoir du mal à rattraper les choses, d'ailleurs, car Alana faisait déjà demi tour pour repartir vers le logement attribué aux bardes. Elle n'avait pas besoin de lui pour trouver ses entrées dans la demeure du roi et comptait bien le faire savoir à l'homme qui l'avait accompagné jusqu'à présent. Entre bardes, il était de coutume de se serrer les coudes.
avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Jeu 3 Mai - 20:18


 


Il avait rarement vu un regard aussi furieux contre lui, à l'exception des yeux de ses ennemis sur les champs de bataille. Son regard émeraude était devenu aussi noir que la nuit, des flammes de fureur y brillaient, lui donnant un air des plus sauvages...des plus désirables. Cependant, il fut contrarié par sa réponse impétueuse et cinglante:

-Parce que monsieur a ses entrées auprès du roi? Je ne pensais pas que vous étiez si important que ça, sinon, je ne vous aurait pas imposé ma présence de basse extraction.

De basse extraction? N'était-ce pas le contraire qu'il  pensait d'elle en lui proposant de chanter devant un roi?  Pourquoi se comportait-elle ainsi? Bien qu'il est connu de nombreuses femmes dans son existence, il n'avait jamais su percé le mystère de leurs émotions si imprévisibles. Dans ce cas précis, il ne comprenait pas la réaction de cette jeune furie dont le caractère était à présent aussi enflammé que le feu lui-même. Il n'était pas un devin sachant lire le cœur des femmes, il était seulement un espion qui était prêt à donner sa vie pour son peuple...pour elle. Et voilà que cette petite jouvencelle d'irlandaise, à qui il avait sauvé la vie et préservé la dignité d'un aubergiste répugnant, osait le rejeter comme un vulgaire salop. Cette fois, il ne put s'empêcher de serrer les poings...sa dernière réplique l'avait atteint droit au cœur et lui qui habituellement restait impassible devant les pires insultes, il était incapable de contrôler sa propre colère qui gronda en lui.  Je le ferais et ensuite, je ne veux plus jamais entendre parler de vous.


-Attendez! Siffla-t-il dans le dos de la jeune femme qui s'apprêtait à partir.  Il attrapa sa main pour lui parler en face. Le regard ambré était devenu aussi enflammé que l'émeraude qui le toisait.

-Pourquoi un tel mépris? Suis-je donc un homme sans cœur pour vous? Détrompez-vous. J'ai ressenti de l'inquiétude et de la rage quand j'ai vu ces brigands vous  menacez et quand cet aubergiste a confié qu'il allait vous abusez  parce que vous ne distrayez pas suffisament bien ses clients! Il vous aurait traité comme une catin ! Ma bourse et des menaces ont suffit pour qu'il vous accorde un gite respectable et qu'il ne vous touche pas...je ne l'aurais pas accepté, car j'ai du respect pour vous, Alana, mais visiblement vous en avez aucun pour moi. J'aurais pu...


Cette fois, il retint ses mots, car Bryan ne voulait en aucun cas trahir son désir qu'il avait pour elle, ou plutôt son attachement.  Les femmes étaient excellentes pour lire entre les lignes et il prenait conscience qu'il s'était laissé emporté justement parce qu'elle l'avait blessé, et qui dit blessure dit amour...il avait aimé, il avait tout perdu...Le Celte eut alors peur et cette peur le fit reprendre son masque impassible, inatteignable. La seule chose qui lui restait pour ce protégé de la souffrance. Lâchant sa main, c'est lui qui la devança pour sortir et mettant son capuchon sur sa tête, il souffla dos à elle:

-Vous êtes peut-être une femme indépendante et courageuse,  mais ne soyez pas arrogante envers ceux qui vous veuillent du bien.  Vous ignorez qui je suis, vous ignorez les sacrifices que j'ai fait pour épargner les Celtes de nombreuses batailles qui auraient pu faire gagner l'envahisseur...Il fit silence, son grand corps semblait se fondre dans l'ombre, les feux vinrent éclairer un court instant son visage de profil...il était terriblement sombre, une tristesse brillait au fond de ses yeux baissés...


-Je serais prêt à mourir pour sauver le plus de vies possibles, et vous en faites partie...


Disant cela, il leva son regard ambré vers elle pour la dévisager. Il ignorait si ses paroles avaient eu un quelconque effet, mais il n'avait plus d'attentes à l'égard d'Alana...elle était trop imprévisible. Il pouvait cerner le cœur de bien des gens, mais pas le sien. Et cela le chamboulait, mais bien sûr, elle l'ignorait, car il garda cela pour lui. Bryan se contenta de soutenir ce regard qui l'avait dévisagé avec tant de haine et d'un furtif sourire amère, il dit:

-Pour ce qui est de ne plus me revoir, si tel est votre désir, je le respecterai. Après tout, je suis qu'une ombre et les ombres ne font que passées.


Disant cela, il fit une profonde salutation comme s'il s'agissait d'une reine et avant de s'éclipser, il souffla d'un ton rauque, mais sincère:


-Je vous souhaite une belle prestation, Madame. J'en suis sûr que vous allez éblouir cette assemblée, comme vous avez su m'éblouir.


Sur ce dire, il lui jeta un dernier regard et sans autre mot, Bryan tourna les talons pour sortir. Dans son far intérieur,il n'avait pas envie de la laisser seule, surtout dans cette ville, étrangère, mais il n'allait pas s'abaisser à lui imposer sa présence, surtout si elle ne voulait rien savoir de lui. Après tout, n'était-ce pas cela qu'elle voulait? Il allait la revoir dans le grand bâtiment circulaire où se trouvait Ambiorix et après leur chemin se séparerait à jamais... enfin, c'est ce qu'il croyait...

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Jeu 31 Mai - 15:17


 



Le regard froid, elle écoutait les tentatives d'explications du guerrier. Elle ne le croyait guère ou qu'à moitié, au moins concernant l'aubergiste. Elle était encore assez naïve par certains cotés et il était clair qu'elle avait besoin de se forger de l'expérience. Sans doute aussi apprendre un peu mieux à se défendre, même s'il lui répugnait de prendre une vie. La rousse avait bien sûre été choquée quand l'homme qui l'avait accompagné depuis le départ de cette auberge avait dû tuer les brigands, mais elle ne s'y était pas opposée. En même temps, elle était bien trop effrayée, à ce moment là, pour sans doute prononcer une seule parole. Elle en avait même oublié qu'elle s'était salie et qu'elle puait, de son séjour dans la soue des sangliers.

«Vous auriez pu quoi? Me prendre ma vertu malgré moi, comme cet aubergiste en avant l'intention? Enfin ça, je n'en ai aucune preuve.
Je ne suis pas si désarmée que ça et si vous prenez les brigands comme référence, rappelez vous que je ne suis pas restée passive.»

Mais Alana était une femme sensible. Et la tristesse qu'elle lisait dans le regard du soldat qui lui faisait face la touchait plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Surtout que c'était en contradiction avec la froideur affichée par ce dernier. Elle était complètement perdu par ces messages divergents. En fait, elle aurait bien continué à fréquenter ce mystérieux individu. Mais la colère qui l'avait traversé après qu'il ait exigé qu'elle l'aide. En plus, elle lui aurait rendu volontiers service s'il l'avait demandé d'une autre façon. Cependant, son air sévère invitait à couper court à toute discussion. Mais ils se reverraient, au moins une fois, à la fête que donnait le roi, le soir même. Serait elle prête? Il le faudrait bien.

Le soir venu, elle était prête. Elle avait mis sa plus belle robe, ainsi qu'un collier elfique qu'elle avait déniché avant son départ. Ses cheveux soigneusement coiffés en tresses tombaient en ordre dans son dos. Quand elle entra dans la salle royale du baquet , elle ne se fit guère remarquer. Discrète, elle ne s'était pas fait annoncée et profitait de ce relative anonymat pour se préparer. Se mettre pas tout à fait au milieu de la pièce et vérifier une nouvelle fois que son luth était bien accordé. Elle l'avait fait avant d'entrer mais c'était une sorte de tic, manie pour se rassurer, en quelque sorte, avant d'entamer sa prestation.

La jeune femme commença alors à jouer, au début dans la quasi indifférence générale, au milieu du brouhaha des conversations et éventuellement quelques moqueries ou remarques grivoises vis à vis de sa personne. Mais au fur et à mesure qu'elle jouait, un air à fois énergique mais pas trop guerrier, les conversations se turent peu à peu et les regardes se tournèrent vers elle. Le silence se fit petit à petit et plus personne ne bougeait. Non, plus personne. La salle était comme figée, envoûtée par la musique et le chant de la barde. Et envoûtée était sans doute le mot le plus juste concernant ce qui se passait dans la pièce. Une sorte de magie avait opéré, sous la concentration et l'envie de bien faire de la musicienne.
avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Mar 5 Juin - 19:28


 


-Ah votre majesté, ce sanglier est savoureux! S'exclama un vieil homme assit à la droite d'Ambiorix qui commençait à avoir les joues roses à cause de l'ivresse. Le roi tourna son regard bleu vers le druide en répondant avec le plus grand sérieux:
-En fait, Myrddin, c'est de la licorne grillée...Il y eu un silence tandis que les invités d'honneur écarquillèrent les yeux de stupeur puis soudain, le roi éclata d'un beau rire grave.
-Allons, je plaisante, mon ami!C'est effectivement du sanglier et le meilleur qui soit! Tu l'as bien mérité, ainsi que tes compagnons. Je me montre toujours généreux envers les braves.Vous le méritez amplement. 

D'un sourire, Ambiorix prit la main d'une jeune femme à ses côtés qui avait une chevelure brune tressée et un regard vert. Celle-ci lui sourit amoureusement tandis que les conversations dans la salle baissèrent progressivement et qu'une musique envoûtante se fit entendre. L'amante du roi riva alors son regard émeraude vers une magnifique barde qui jouait du luth divinement bien. Sa tignasse rousse était également tressée soigneusement et elle s'était revêtue d'une belle robe, parée d'un collier argenté. Maeva ne put alors s'empêcher de jeter un coup d'oeil à Ambiorix et elle sentit son cœur se serré de jalousie. Elle connaissait ce regard, cet œil bleu brillant de désir. Combien de fois elle avait subit ses infidélités sans se plaindre et pardonnant à chaque fois qu'il revenait vers elle. Le beau visage de Maeva se crispa et elle baissa les yeux, sans remarquer que quelqu'un dans la salle la fixait avec attention...
***


Dieu qu'il avait eu de la difficulté à détourner ses yeux d'Alana. L'espion s'était figé de ravissement en la voyant entrer dans ses plus beaux atours. Tout en elle était beauté et grâce, jusqu'à ses doigts fins qui vinrent vérifier son instrument qui ne la quittait jamais. Il avait bien faillit délaissé sa conversation avec une serveuse pour rejoindre la jeune femme et la complimenter, mais il avait décidé de rester à sa place, ne voulant pas déconcentrer sa complice. Avec amertume, il souvint alors de leur dernière conversation où elle avait encore répliqué une parole cinglante. Il avait serré la dent quand elle l'avait rétrogradé au rang de cet aubergiste puant. Serrant les poings, il avait répliqué:
-Je ne suis pas le genre d'homme à abuser d'une femme contre son gré....surtout une femme qui sait à moitié se défendre. 


Et ce fut sur cette dernière parole qu'il s'était éclipsé, la rage au cœur. Heureusement, l'expérience lui avait appris à taire ses émotions et à faire preuve d'un sang-froid exemplaire peu importe les circonstances. Or, la présence d'Alana était une épreuve bien plus grande qu'il aurait pu l'imaginé...cette petite arrogante l'avait envouté à un tel point qu'il avait oublié pendant cet instant magique l'importance de sa mission. Il aurait passé sa nuit entière à  la contempler, la savourer du regard.
Par les Dieux! Pourquoi lui envoyer une telle femme sur sa route? Avant que la musique ne possède son être, il prit sur lui pour river son attention vers la table royal afin de trouver un moyen pour approcher le roi en toute discrétion. C'est là qu'il avait remarqué le regard de la belle brunette sur Ambiorix puis sur Alana. L'inconnue était un livre ouvert et c'était facile de discerner la tristesse et la jalousie sur son beau visage. Il vit alors le roi se penché à son oreille et lui murmurer quelque chose. La jeune femme se tendit un peu plus, mais  elle acquiesça à contre cœur. En cet instant, tout était silencieux, seule la musique d'Alana emplissait l'air et personne ne bougeait, pas même lui. Bryan ferma alors les yeux et il soupira profondément, se laissant bercer par cette symphonie digne de Lug lui-même. La musique cessa doucement et après un profond silence, l'assemblée applaudit d'admiration, ce qui fit sourire Bryan. C'est alors que la voix d'Ambiorix s'éleva, grave et imposante à l'adresse de la barde:
-Demoiselle, votre beauté n'a d'égale que votre talent.  Comment vous appelez-vous? À la réponse de la rouquine, le sourire du roi s'élargit. Alana, je vous prie de nous jouer encore de votre magnifique musique et après, venez vous assoir à mes côtés. Je tiens à en savoir plus sur vous. 

Ambiorix eut un sourire charmant, le rendant très séduisant, tandis que Bryan s'assombrit de jalousie. Celui-ci s'était attendu à ce qu'Alana charme son public, mais pas à ce point. Il vit alors la jeune femme au côté du roi se lever et s'éclipser tandis que la musique reprit. Ne perdant pas de temps, l'espion réussit à rattraper l'amante du roi et l'arrêtant, il croisa son regard vert en murmurant:
-Pardon,ma dame, mais j'aurais besoin d'approcher sa majesté. Je me nomme Bryan Ludhael et j'ai un message très important de la part du Roi Vercingétorix. 


Devant ce bel homme, Maeva écarquilla légèrement les yeux, brillant de larmes d'humiliation. Elle ne voulait plus rien savoir du roi, mais visiblement ce messager la forçait à ravaler sa fierté bafouillée. D'un profond soupir, elle jeta un coup d'oeil à Ambiorix qui applaudit une seconde fois Alana et l'invita d'un geste de la main à s'asseoir à la place de Maeva. Une envie de vengeance la submergea soudain et plongeant dans le regard ambré qui la dévisageait, elle prit le bras de Bryan en disant:
- Le premier grand amour du Roi c'est la guerre. Je puis vous assurez qu'il vous écoutera. Venez!

***



-Je suis très surpris de n'avoir jamais entendu parlez de vous, Alana! Vous êtes aussi talentueuse que notre cher barde Bran de Guillerm! Mais j'en suis convaincu que vous deviendrez tout aussi connue, sinon plus que lui.Complimenta le roi en portant à ses lèvres un verre de cervoise.
Il fit alors signe à une serveuse de remplir le verre de l'Irlandaise devant laquelle on avait déposé une assiette remplit de viandes délicieuse. C'est à cet instant que Maeva fit son apparition pour l'informer qu'un messager voulait lui parler. Fronçant les sourcils, le roi croisa le regard ambré de Bryan qui se tenait proche de la guérisseuse. Les cheveux noirs détachés, l'homme était vêtu d'un bel habit noir dont le collet était orné d'une fourrure de loup. Par sa grandeur et sa musculature, il en imposait autant que lui et cela vint à la fois fasciné et agacé le roi qu'il n'aimait guère qu'il se tienne proche de sa maitresse.
 
-Qui es-tu? Demanda alors le roi en le scrutant intensément. Soutenant ses yeux, Bryan répondit avec sérieux:
-Bryan Ludhael, votre majesté. Je viens de la part d'un de vos alliés, mon roi Vercingétorix.
-Je vois...Répondit Ambiorix après un court silence. Comprenant le regard attendu de Bryan, Ambiorix se leva en disant à la barde: Je vous reviens, Alana. Profitez-bien de la nourriture ainsi que du spectacle qui s'annonce. Vous ne serez pas déçu. 
Disant cela, Ambiorix fit un sourire charmeur à la barde puis il fit signe au messager de le suivre. Bryan acquiesça et avant de suivre le souverain, il se tourna vers l'Irlandaise en murmura courtoisement:
- J'espère pouvoir vous parlez tout à l'heure, ma dame. 

Sur cette courte phrase, il sourit doucement à la belle musicienne avant de s'éclipser à son tour. Maeva suivit les deux hommes du regard puis elle tourna son attention vers Alana. Refoulant ses larmes, la guérisseuse vint s'asseoir à une place qui s'était libérée et se servant un verre, la Belge affirma tristement:
-J'ignore qui est ce Bryan, mais il semble vous portez dans son cœur. Je voudrais que le roi me regarde encore ainsi...


Dernière édition par Bryan Ludhael le Ven 22 Juin - 23:05, édité 1 fois

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Ven 15 Juin - 15:07


 

"Le roi lui demanda un bis, après son nom. Elle était épuisée et aurait préféré aller se reposer. Sa prestation exceptionnelle demandait une grande concentration et une dépense d'énergie assez conséquente. La jeune femme savait qu'elle ne pourrait plus réitérer ce genre de qualité avant plusieurs jours au moins. Elle n'avait cependant pas tout à fait conscience de l'effet qu'elle faisait. Elle oubliait tout quand elle jouait de cette façon. Le public, le décor, même les éventuels bruits ambiants. Elle aurait pu être seule au monde à ce moment là. Mais bien sûr, elle ne l'était pas.

Ainsi, la rousse se retrouva bombardée, au moins quelques instants, au centre de toutes les attentions quand le souverain l'invita à sa table. Bizarrement, les compliments du chef suprême de la ville l'agacèrent plus qu'ils ne la génèrent, mais elle n'osa pas répliquer vertement comme elle l'aurait fait dans d'autres circonstances. Elle brûlait juste de demander s'il savait où était le barde dont il parlait, ce fameux Bran dont elle espérait qu'il soit bien son père. L'irlandaise avait cet espoir même si elle essayait de se raisonner en se disant qu'il n'y avait sans doute pas qu'un seul barde de ce nom.

Mais le roi la mettait vraiment mal à l'aise et Alana fut soulagée quand il sortit avec la femme qui était à coté de lui à la table. La rousse balança un moment sur la possibilité de partir tout de suite mais elle avait faim et le plat sentait bon. Elle se laissa tenter à dévorer un peu de sanglier rôti tout en se disant qu'il ne fallait pas qu'elle traîne là. Maintenant, elle était seule et c'était le bon moment pour s'éclipser discrètement. Malheureusement, l'amie du souverain ne tarda pas à revenir, soupirant qu'elle aurait bien aimé que son monarque la regarde comme Bryan la scrutait. La barde fut plutôt surprise et se tourna vers Maeva.

«Bryan? Je ne comprends pas trop ce que tu veux dire. Bref, je ne sais pas ce que me veux Ambiorix mais je n'ai pas l'intention de le découvrir. Je vais partir, ne vous en faites pas.
Au fait, savez vous où je pourrais trouver le barde, le fameux Bran de Guillerm?»

Que la jeune femme le sache ou pas, l'irlandaise n'avait pas l'intention de rester plus. Elle commençait à étouffer dans cette ambiance qu'elle trouvait de plus en plus délétère. Elle voulait parler avec l'homme qui l'avait accompagner jusqu'ici, mais pas dans ce lieu. Plus elle y restait, plus elle le détestait. Que la femme qui partageait le siège d'honneur à coté du souverain lui réponde ou non ou même qu'elle essaye de la retenir, elle partirait.

Quelques minutes après, elle sortait du bâtiment et s'éloigna. Non, pas en courant, mais en pensée, elle aurait bien aimer le faire. Les parole de Maeva l'avaient troublé plus qu'elle n'avait voulu l'avouer. Il fallait vraiment qu'elle parle avec le guerrier. Elle s’installa sur un muret près du chemin qui descendait du tertre ou était la grande hutte royale. Au moins, elle ne pourrait pas le louper quand il ressortirait. Elle l’attendrait autant de temps que nécessaire, elle n'avait pas peur de la nuit.
"
avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Ven 22 Juin - 23:14


 

-Bryan? Je ne comprends pas trop ce que tu veux dire. Bref, je ne sais pas ce que me veux Ambiorix, mais je n'ai pas l'intention de le découvrir. Je vais partir, ne vous en faites pas.

 
À ce dire, Maeva fut soulagée que la jeune femme ne soit pas du genre à profiter des faveurs du roi. Oh, nombreux pourraient croire qu’elle l’était, vu que la Dame blanche était sa favorite, mais ce n’était pas le cas. Les Dieux savaient à quel point elle avait refusé ses avances jusqu’à se débattre pour pas qu’il ne l’amène avec lui…mais malheureusement, l’attraction fut la plus forte et la guérisseuse  était  finalement tombée amoureuse de ce magnifique homme qui était loin d’être fidèle.

Alors, oui, elle avait été émue de voir comment le dénommé Bryan avait dévisagé Alana. Elle eut un petit sourire indéfinissable quand la barbe prétendit qu’elle ne comprenait pas son allusion. Visiblement, la rouquine ne s’était pas rendu compte qu’elle faisait de l’effet sur le beau guerrier bien plus qu’une simple attirance, mais elle allait surement le découvrir en temps et lieu, surtout si l’homme n’était pas timide à avouer ses sentiments. Dans le cas contraire, cela risquait de prendre du temps et Maeva espérait pour eux qu’ils ne tournent pas en rond. Alana ne pouvait être indifférente devant ce bel inconnu, même elle avait rougi.  C’est alors que la voix claire de la musicienne la fit sortir de ses pensées romantiques.

-   Au fait, savez-vous où je pourrais trouver le barde, le fameux Bran de Guillerm?
-   Bran de Guillerm? répéta Maeva surprise par cette question.  L’ayant aperçu ce tantôt, la jeune femme tourna son regard limpide sur la foule, mais elle ne le vit pas parmi les bardes.  Haussant légèrement ses épaules, Maeva répondit enfin :
- Il n’est pas ici, je crois qu’il est sorti dehors…j’ai entendu dire qu’il aimait répéter proche des rivières. Il est peut-être à proximité de la rivière d’argent qui longe l’Oppidum. Sinon, je sais qu’il va faire une prestation en fin de soirée. Vous allez pouvoir l’écouter jouer de sa harpe si vous le souhaitez.

Disant cela, Maeva eut un doux sourire qui cachait un dessein plus noir, celui que la Barde quitte cette table. C’était de la pure jalousie, bien qu’elle n’ait rien contre cette belle inconnue, mais plutôt l’attirance qu’elle provoquait chez le roi. Au fond d’elle, Maeva savait que c’était malsain pour elle de rester avec le souverain, mais elle n’était pas encore prête à le quitter, elle continuait à l’aimer. C’est pour cela qu’elle souhaita une belle soirée à la musicienne, sans insistée pour qu’elle reste jusques au retour d’Ambiorix. Celui-ci fut perplexe en voyant le banc vide à ses côtés quand il revint avec Bryan.  D’un air faussement désolé, Maeva informa :

- Je suis désolée, majesté, mais Alana se trouvait indisposée.
-  Ah…voilà qui est dommage. Répondit le roi en soupirant, tandis que Bryan échangea un regard complice avec la guérisseuse qui fit un subtil signe de la tête vers l’extérieur. Comprenant, l’espion eut un petit sourire et se tournant vers le roi, il remercia :
- Merci, majesté. Je vous promets de transmettre votre message à Vercingétorix.
- C’est parfait. Je te souhaite donc bonne route. Un conseil, bifurque vers le sud, les Romains patrouillent moins dans ce secteur.  Répondit Ambiorix en soutenant le regard ambré d’un air attendu.

Acquiesçant,  Bryan le remercia d’un sourire  et il partit sans plus de cérémonie pour rejoindre la barde, tout en espérant qu’elle l’avait attendu. C’était effectivement le cas, il aperçut sa fine silhouette se dessiner dans la nuit. Elle s’était installée sur un muret un peu loin de la hutte royale. Il resta un moment immobile, réfléchissant à ce qu’il allait lui dire, faisant fi de la nervosité qui le taraudait. C’était peut-être la dernière fois qu’il lui adressait la parole, il espérait seulement qu’elle ne s’enfuit pas en courant tout en  l’envoyant balader. Arrivant proche d’elle, Bryan se racla un peu la gorge et soutenant son regard vert, seule lumière dans la nuit opaque, il souffla sincère :

-   Vous avez été envoûtante ce soir.  Merci de m’avoir rendu ce service.
Ses épaules s’affaissèrent un peu et passant nerveusement sa grande main dans ses cheveux d’ébène, il dit d’un murmure:
-  Je sais que vous vouliez ne plus me revoir après cette nuit, mais je tiens à mon tour à vous rendre service. Alors, si vous voulez que je fasse quoi que ce soit pour vous, je suis votre obligé.

Disant cela, il avait plongé dans ses yeux limpides et magnifiques,  en attente d’une réponse. À vrai dire, c’était une excuse pour la garder encore un peu plus longtemps auprès de lui. Il ne voulait pas lui remettre sur le plateau des dettes qu’elle lui devait. Après tout, c’était lui qui avait choisi de payer l’aubergiste et de la secourir, elle ne lui avait rien demandé. C’était à elle de choisir si elle lui était redevable ou non, mais pour l’heure, elle lui avait rendu un service, alors oui, il lui était redevable. Intérieurement, il se dit qu’il aurait dû commencer de cette façon, mais Bryan était tellement habitué de menacer ou de faire du chantage, qu’il s’était  mal pris avec elle. Maintenant, il espérait réparer son erreur en lui laissant le choix, quitte à disparaître si elle ne voulait plus rien savoir  de lui.


_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Mar 26 Juin - 8:53


 


La jeune femme sourit en le voyant approcher. Il n'avait pas été si long que ça. Et puis, cette pose dans la nuit étoilée lui avait permis de se reposer un peu, malgré la fête ambiante. Elle espérait encore pouvoir trouver ce fameux Bran avant la fin de la soirée, mais voulait avoir l'occasion de parler au guerrier avant d'aller voir son père... Oui, elle savait. Elle s'emballait un peu, mais elle ne voulait pas envisager la possibilité qu'il ne le fut pas. En attendant ce moment, elle regardait l'homme brun s'avancer, un peu emprunté, comme s'il avait peur qu'elle lui crie dessus ou quelque chose comme ça.

Même pour elle, la nervosité du soldat transparaissait et elle eut un petit sourire encourageant. Non, elle n'était plus en colère, juste un peu intriguée par ce que l'autre femme avait dit tout à l'heure. Son air penaud et ce qui ressemblait à des excuses achevèrent de la faire fondre. Elle n'était pas vraiment rancunière. Parfois, elle s'emportait, mais il était rare que cela durait. Dans le fond, elle avait bon cœur et était prête à pardonner beaucoup de choses. Sur le moment, elle ne répondit rien. Elle ne savait pas quoi répondre. Elle s'était perdue un instant dans les yeux de son vis à vis.

«Ho, je vous en prie, c'est mon travail, après tout.»

Elle soupira un peu. Non, vraiment, elle ne lui en voulait plus tant que ça. L'irlandaise eut même un petit sourire quand il parla à son tour qu'il lui était redevable. Non, elle ne voulait pas entrer dans cette engrenage. C'était pour cela qu'elle s'était fâchée contre lui plus tôt dans la journée et elle ne voulait pas que cela recommence. Même si Bryan semblait plus que sincère dans son agréable proposition. Non, Alana n'aimait pas avoir l'impression d'être prise à la gorge et le guerrier aurait commencé par lui demander un service, tout ceci ne serait pas arrivé.

«N'en parlons plus, d'accord? 


En avez vous terminé? J'aurais aimé faire une balade au bord de l'eau, il paraît que le barde que je cherche serais par là. Et puis, nous pourrions en profiter pour discuter.»

En quelque sorte, c'était une offre de paix. Pas vraiment en bonne et et due forme, mais tout de même. L'intensité du regard du soldat la mettait mal à l'aise, malgré la nuit tombée ou alors à cause d'elle. Alana avait envie de renouer ce lien qui s'était crée lors de leur voyage et qui s'était un peu distendu tout à l'heure. Il avait même failli se rompre, mais finalement, la fête avait tout arrangé. Alors, doucement, elle lui prit la main, craignant presque qu'il refuse de la suivre. Et la jeune femme se mit en quête de la rivière citée tout à l'heure, demandant de temps en temps son chemin aux passants. Etrangement, elle se sentait bien avec lui, apaisée, ou alors en sécurité, elle ne savait pas trop. Cependant quelque chose la tracassait, depuis que cet homme avait vu le roi et ce n'était pas le genre à tourner autour du pot quand elle se décidait à poser des questions.

«Qui êtes vous donc, Bryan, pour pouvoir être reçu ainsi en privé par un roi?»
avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Sam 30 Juin - 18:57


 

Bryan fut agréablement surpris de la réaction de la jeune femme. Lui qui avait anticipé la fin de leur si brève amitié, voilà qu'Alana eut la bonté d'âme de tourner la page, en lui demandant de faire une balade au bord de l'eau. Une étincelle de curiosité éclaira le regard ambré de l'espion et d'un sourire taquin il répondit:

-Eh bien, vous n'avez pas perdu de temps pour savoir où il se trouve! Son sourire s'élargit un peu plus, laissant entrevoir ses dents blanches et parfaitement alignée. J'espère que ma présence ne gênera pas cette première rencontre, mais comment pourrais-je refuser votre requête? 


Il sentit alors sa petite main se glisser dans la sienne, un geste si pure et si innocent, mais pour lui, c'était quelque chose d'émouvant. Juste caresser cette paume douce le fit frissonner légèrement. Cette femme le chamboulait...autant elle pouvait se montrer farouche et indépendante, autant qu'elle était douce et sensible.  Entrelaçant ses doigts dans les siens, il se prit à savourer la présence de l'Irlandaise, tout en longeant silencieusement la rivière d'argent. Or, si des hommes avaient espéré courtisé Alana, ils déchantèrent en voyant le guerrier à ses côtés, grand et imposant, qui les fixait d'un regard perçant. Au moins, la belle inconnue leur adressa la parole en demandant s'ils avaient vu Bran le barde -c'est ainsi qu'ils l'appelaient dans la région-. Ils pointèrent tous dans la même direction:

-Par là! Où la vierge a été apporté par la licorne!

Bryan eut un regard incrédule envers ces gens déguisés,bien qu'il avait  entendu parlé de ce qui c'était passé un peu plus tôt.Une vierge avait disparu et selon des racontars, elle avait été possédé par la déesse Brigitte et transporter sur le dos d'une licorne. Quelques héros seraient venus à sa rescousse et après une étrange prophétie, des Romains les auraient attaqué et le roi Ambiorix seraient arrivés juste à temps pour les sauver.  Il supposa alors que ce fameux Bran était entrain de composer une aubade  qui allait immortalisée cette histoire propre à la légende. Tenant toujours la main de la belle, son regard se prit à contempler son profil harmonieux et c'est à cet instant qu'il sentit une chaleur ardente submerger son cœur,  un sentiment qu'il n'avait jamais ressenti auparavant...Troublé, il détourna les yeux vers la rivière, tout en se demandant qui était le barde...qui était-il pour elle? Il ressentit soudain une vive jalousie, qui le troubla d'autant plus. Comment avait-elle pu déclenché une si intense passion en lui? Jamais femme n'avait réussi cet exploit! Essayant de faire de l'ordre dans ses pensées, ou plutôt dans son cœur, c'est la voix d'Alana qui le ramena à la réalité. 

«Qui êtes vous donc, Bryan, pour pouvoir être reçu ainsi en privé par un roi?»

À cette question, le regard de l'espion se riva lentement vers le sien. Il avait redouté cette conversation, mais cela prouvait qu'elle était aussi belle qu'intelligente. Continuant d'avancer, il ralentit le pas, tout en balayant son regard vers la foule. Elle était assez loin, suffisamment en tout cas pour que personne entende sa confidence. Car oui, il avait suffisamment confiance en elle pour se confier. Baissant ses yeux d'or vers elle, il resta un instant silencieux, puis enfin il répondit d'un murmure:

- Je vais vous confiez qui je suis, Alana, mais vous devez me promettre de ne rien dire à personne. C'est d'une importance capitale. Vous me le promettez? Il a entendit sa réponse, puis s'arrêtant, il s'approcha de son visage pour répondre d'un chuchotement:

- Je recueille des informations sur les Romains et je les transmets à nos rois pour que l'on gagne cette guerre. En soi, je suis derrière chaque victoire, mais personne ne le saura jamais...à l'exception de vous.

Sur ce dire, il vint caressé sa joue de porcelaine tout en se perdant dans cet océan verdoyant et limpide. Pendant un court instant, il resta silencieux, puis son regard baissa lentement vers ses lèvres de vermeilles...il était si proche des siennes, mais il se retint de l'embrasser de justesse. Reculant un peu, il déposa sa main sur l'épaule douce en demandant rauquement:

-Puis-je savoir qui est ce Bran pour vous? 

Quand il le voulait, lui aussi n'allait pas par quatre chemins. Il devait le savoir...Non pour son roi, ni pour son peuple, mais pour lui

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Lun 2 Juil - 3:03


 


Peut être n'aurait elle pas dû poser cette question. Elle sentait qu'il était hésitant. Elle voulait lui dire que cela n'avait pas d'importance, qu'elle se moquait de ce qu'il était, que c'était juste de la curiosité. Mais voilà, c'était trop tard. Il semblait décider à se confier, lui faisant juste promettre de ne le répéter à personne. Elle haussa d'abord les épaules. Elle ne voyait pas à qui elle pourrait en parler, elle ne connaissait personne ici. Pourtant, la jeune femme remarqua que cela semblait important pour le brun, alors pourquoi ne pas ne pas lui faire plaisir, pour elle même, cela ne changerait rien.

«Qu'il y a t'il donc de si important que je doive garder le silence? Mais je ne suis pas une commère, je garderai votre secret.»

Puis, elle écouta sa … confession. Elle s'attendait à quelque chose de honteux ou en tout cas, qui y ressemblerait. Et puis, ses mots sonnaient comme tel. Cependant, elle ne s'était pas attendu à ça et se retrouva un peu bête. Alana avait imaginé … elle ne savait quoi, un trésor enfoui ou une créature mythique, enfin des choses un peu plus romantiques que la trahison. Cependant, elle ne jugeait pas vraiment Bryan en mal. L’Irlande ne faisait pas parti de l'empire Romain, donc elle ne se rendait pas vraiment compte des enjeux. En plus, elle n'eut pas tellement le temps de penser à ça, car une autre question suivit la sienne.

Elle aurait dû s'y attendre, mais l'interrogation la prit tout de même par surprise. Ce qui l'étonna le plus, pourtant, c'est le ton qu'employa le guerrier pour la poser. Un ton inquiétant, un peu … agressif, ou du moins, c'est ce qui lui sembla. Elle le regarda étonnée et un tout petit peu alarmé tout de même. Et bien, qu'est ce qui lui prenait? Elle avait l'impression qu'il était … Jaloux? La jeune femme n'était pas tout à fait sûre et hésitait à mettre ce qualificatif. Répondre fut plus simple et puis, cela lui permit de faire le tri dans ses pensées, oui, il fallait avouer que ce n'était pas certain. Mais le regard de Bryan, le ton de sa voix ... cela la déroute, même si ce n'est pas désagréable. Elle serre sa main, comme pour le rassurer.

«Le barde Bran? En fait, potentiellement mon père. Mais je le saurais quand je lui aurais parlé.»

D'ailleurs, quelques notes de musiques et des bouts de chants se font entendre et bientôt, ils peuvent apercevoir un homme qui est certainement celui que la rousse cherche. Quand lui même les voit, il est de mauvaise humeur et leur crie de partir. Mais la jeune femme n'a pas l'intention d’obtempérer et continue d'avancer jusqu'à être à porter de voix pour pouvoir lui parler sans avoir à hausser le ton.

«Excusez moi...
- Dégagez, je vous dis. Pas de spectateur, pas de voleur de musique ou de paroles! Je ne veux voir personne.
Il n'est décidément pas très aimable et la barde se tasse un peu sur elle même. Mais son interrogation est vraiment trop importante pour qu'elle batte en retraite comme elle en aurait envie.
- J'ai vraiment besoin de savoir si vous êtes aller en Irlande dans votre jeunesse.
L'homme les regarde, interloqué. Il ne s'attendait pas du tout à ça. Quelque chose dans le ton de la jolie jeune femme qui l'interroge lui fait comprendre que c'est tout ce dont elle a besoin de savoir.
- Non ma jolie, désolée. Mais nous pouvons faire connaissance, si tu veux ...»
avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Mar 3 Juil - 21:06


 
À sa question, la jeune femme le dévisagea à la fois avec étonnement et inquiétude. Bien sûr, Bryan n'avait pas voulu se montrer brusque, ni lui donner l'impression d'être jaloux, mais lui aussi restait humain, par conséquent il ne pouvait faire fie de toutes ses émotions. Or, il fut totalement déstabilisé par la réponse d'Alana:

-Le barde Bran? En fait, potentiellement mon père. Mais je le saurais quand je lui aurais parlé.
-Votre...votre père? Il eut un sourire gêné.  Eh bien...cela explique beaucoup de chose. Souffla-t-il d'un rictus puis d'un air plus grave, il demanda: vous n'êtes donc pas sûr que ce barde soit votre père, c'est ça? Je vois...

Quelle situation à la fois délicate et étrange. Il n'avait jamais assisté à de telles retrouvailles, et pour dire vrai, il avait bien hâte de voir la tronche de l'homme devant sa fille...sa si belle fille...dont il ignorait l'existence. Soudain, Bryan se prit à avoir un doute dans sa tête...et si ce n'était pas son père? Comment allait-elle réagir? Se souvenant du peu d'indices qu'elle avait concernant son géniteur, il se dit que cela allait être extrêmement ardu de le retrouver. C'est alors qu'ils entendirent des notes de musique, ainsi qu'un chant un peu bâclé d'homme qui répétait. Bryan  tourna son attention vers celui-ci et d'un air encourageant, il serra la main de l'irlandaise pour l'amener vers celui qui pourrait correspondre au profil  paternel. Or, mis à part le caractère impulsif qui pourrait correspondre à celui d'Alana, Bran n'avait rien de ressemblant à celle-ci. La jeune femme recula un peu devait ce rustre de musicien,  mais ne baissant pas les bras, elle lui demanda s'il était allé en Irlande dans sa jeunesse. 

- Non ma jolie, désolée. Mais nous pouvons faire connaissance, si tu veux ...
-Je crois que vous avez une aubade à composer pour ce soir. Vous feriez mieux de vous y mettre immédiatement pour ne pas décevoir le roi. Répliqua Bryan, coupant court à toute tentative de séduction mal placée. Bon sang, elle avait le double de son âge! Un vrai pervers...Sur ce dire, il reprit la main d'Alana pour l'amener loin de cette célébrité colérique. Sentant la grande déception de la jeune femme, il vint lui murmurer à l'oreille:

-Un homme aussi affreux ne pouvait être le père d'une femme aussi belle que vous...


Il se doutait bien qu'un tel compliment était loin d'être suffisant pour la consoler, mais ce n'était pas faute d'essayer. D'un soupire, il se demanda s'il devait la serrer contre lui ou garder  quelques peu ses distances. Il cessa donc de marcher, essayant de déchiffrer le besoin d'affection de la jeune femme. Prenant ses deux mains, il se pencha vers elle en murmurant:


-Je vous promets de vous aidez à le retrouver, Alana...toute le monde laisse des traces sur son passage, il suffit de bien les pister et vous êtes chanceuse, car je suis devenu maître dans ce domaine. 


Il sourit doucement, tandis que son regard se fit brillant d'espoir et de confiance. En silence,  Bryan porta à ses lèvres les deux mains si délicates, continuant à soutenir son regard émeraude, aussi limpide qu'un lac brillant sous le soleil d'été. Ils allaient trouvé un moyen de retrouver le barde, ou sinon, c'est eux qui allaient le faire venir...


 

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Ven 6 Juil - 15:01


 



Bien entendu, la jeune femme fut déçue que ce Bran ne fut pas son père. En même temps, comme disait le guerrier, il semblait avoir fort mauvais caractère. Sans doute la déception aurait été plus grande si finalement il s'était avéré l'avoir été. Le soldat essayait de la consoler et elle ne pouvait pas rester insensible à ses efforts. La rousse lui fit un petit sourire un peu crispé qui révélait l'effort qu'elle faisait pour sembler ne pas être trop désappointée. Elle s'était imaginée bien des choses, un peu trop vite. Avait monté le scénario de leur retrouvailles et tout ça … pour rien. Un coup dans l'eau.

«M'aider à le retrouver... Vous êtes bien aimable, mais je n'ai que cet indice, en quelque sorte. Il a été en Irlande dans sa jeunesse, il y a vingt deux ans.»

C'était son age, elle ne savait pas si elle l'avait dit à Bryan. D'ailleurs, elle ne savait pas ce qu'il pouvait déduire des informations qu'elle lui lâchait au compte goûtes. En même temps, elle n'en savait guère plus. L'homme qui avait aimé sa mère n'avait jamais su qu'elle était enceinte et comme il devait rentrer pour finir son apprentissage de barde, cette dernière l'avait laissé partir, elle même ignorant porter la vie à ce moment là. Il disait qu'il était spécialiste pour rechercher ce genre de piste, mais elle ne voyait pas par où il pouvait commencer. Retourner en chez elle serait une perte de temps.

«Vous êtes peut être un maître enquêteur, mais les indices sont minces. Et malheureusement, je me rends bien compte qu'il ne doit pas y avoir qu'un seul barde qui s'appelle Bran.»

Alana essayait de digérer sa déception. C'était une femme de caractère, malgré une certaine fragilité. Elle reprendrait le dessus sur ce contre temps, sans doute. En tout cas, il se trouvait que cette déception avait fait que leurs deux corps se rapprochent imperceptiblement. Cette proximité ne dérangeait pas la jeune femme, bien au contraire. En fait, elle se sentait assez bien contre le corps chaud et musclé du guerrier. Elle se sentait vraiment en sécurité, un sentiment assez étrange pour un homme qu'elle ne connaissait pas tant que ça. Sans doute la réciproque était elle vrai aussi.

Imperceptiblement, elle s'était penchée sur son épaule ou presque. Yeux dans les yeux, presque lèvres à lèvres, elle n'osait pas faire les quelques centimètres qui les séparaient encore. Elle ne pensait plus du tout à la recherche de son père, à cet instant précis de la soirée. Cette quête était passée au second plan, au moins pendant quelques instants. C'était une belle soirée et puis, ce n'était sans doute pas à quelques heures près, s'il était là, il resterait sans doute le temps de la fête.

avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Dim 8 Juil - 19:06


 
-M'aider à le retrouver... Vous êtes bien aimable, mais je n'ai que cet indice, en quelque sorte. Il a été en Irlande dans sa jeunesse, il y a vingt deux ans.
- Vous êtes donc une vieille femme si je comprends bien? Demanda-t-il d'un sourire taquin. D'un rictus, ses pouces caressèrent imperceptiblement les paumes qu'il tenait. Je vous taquine, c'est un âge parfait pour se marier et fonder une famille.


Il avait dit cela spontanément et pendant une fraction de seconde, Bryan s'imagina entouré de quelques gamins roux et adorables, mais il chassa aussitôt l'idée, se disant qu'il n'était sûrement pas fait pour être père. De toute façon, c'était d'un autre père qu'il était question, et l'espion ne pouvait qu'approuvé la rationalité de l'Irlandaise: ils avaient très peu d'indice et il devait exister effectivement d'innombrables Bran en Armorique. Cette affaire était un mystère, tout comme la magnifique femme se trouvant devant lui et qui s'était rapprochée. Il aimait qu'elle se dévoile à lui, petit à petit, car Alana était une intrigue en soi et elle ignorait à quel point elle le fascinait. Sa beauté, mais aussi sa personnalité...il avait juste une envie, c'était de la découvrir en entier, de la mettre à nue, dans tous les sens du terme. 

Bryan se rendit alors compte qu'elle était silencieuse et son regard était accroché à ses gemmes d'ambre, une étincelle d'envie, voire de désir, brillait au fond de ses yeux émeraudes. Son visage délicat était relevé vers le sien, il sentait son souffle sur ses lèvres, ainsi que sa poitrine effleurée son torse fort. Envoûté par la magnificence du moment, et son désir qu'il avait tant refoulé pour ne pas la presser, il vint entourer sa taille de l'un de ses bras et son autre main se déposa à l'arrière de la nuque nacrée et fraîche, un contact à la fois doux et chaud. Sans plus d'hésitation, il vint l'embrasser avec ardeur, s'emparant de son souffle entre ses lèvres charnues. Sa main qui tenait sa nuque vint alors se perdre dans la chevelure de feu et il la serra un peu plus contre lui, tandis qu'il sentait le désir enflammé ses sens...

Le gaulois eut une soudaine envie de laisser ses lèvres parcourir ce cou de cygne, et de s'aventurer sur chaque centimètre de ses courbes voluptueuses, mais une prise de conscience freina ses pulsions. Les muscles crispés par un effort inouï, il décolla lentement ses lèvres des siennes et d'un soupir profond, il recula d'un pas. Son regard d'or se perdit dans la rivière d'émeraude étincelante, il vint tendrement caressé sa joue douce, tout en résistant à une envie folle de l'embrasser une seconde fois. Comme il voudrait lui dire qu'il avait envie d'elle, que s'il s'écoutait, il la prendrait sur cette herbe confortable et lui ferait l'amour jusqu'à l'aube, mais là aussi, il se retint. Bryan respectait trop Alana pour la brusquer ou la précipiter. Elle était pour lui bien plus qu'une conquête d'un soir, il le savait à présent. Il voulait prendre son temps avec elle, apprendre à mieux la connaitre et la savourer. 

-Cela faisait longtemps que je désirais t'embrasser...Avoua-t-il malgré tout, d'un petit sourire mutin, tout en replaçant la chevelure rousse qu'il avait un peu décoiffé. Bryan se rendit alors compte qu'il venait de la tutoyer, son sourire s'élargit un peu plus, content qu'ils aient passé à un autre niveau dans leur relation. Une musique entraînante se fit entendre  au loin qu'il connaissait bien, car en Gaule, les bardes la jouaient; c'était une mélodie qui invitait à danser. Prenant sa main, il déposa un doux baisé sur le poignet fin en demandant d'un murmure sensuel:

- Et si l'on dansait?


Dernière édition par Bryan Ludhael le Ven 13 Juil - 16:37, édité 2 fois

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Jeu 12 Juil - 7:15


 



La jeune femme avait eu un instant l'impression que ce moment était figé dans le temps. Ils s'étaient embrassés, Bryan avait passé sa main autour de sa taille et elle se sentait paisible, en sécurité. Elle serait restée éternellement là. Et puis, le guerrier s'écarta d'elle avec un gros soupir et elle crut que c'était de sa faute. Elle l'avait déçu, elle ne savait pas pourquoi, mais c'était ainsi. Peut être parce que, comme il disait, cela faisait longtemps qu'il avait envie de l'embrasser. Il avait sans doute trop attendu et maintenant, se trouvait désappointé une fois qu'il eut satisfait son désir.

Sur le bord des larmes de ne pas avoir correspondu à ce qu'il espérait, elle luttait contre le fait de ne pas s'enfuir en courant. La ville était certes grande, mais le combattant savait parfaitement où elle logeait. Et puis, elle devait se rendre à la forêt continuer à chercher si son père se trouvait là. S'il se trouvait là. C'était un grand rendez vous pour les bardes, mais rien ne disait qu'il avait pu faire le voyage à temps. Ou même qu'il fut toujours vivant. C'était vrai, ça. Elle n'avait même pas envisagé cette éventualité qui venait de lui tomber dessus. En effet, rien ne prouvait qu'il ai vécu jusqu'ici.

«Non, je ne veux pas danser.»

Elle avait dit ça d'une petite voix qu'elle n'avait pas pu s'empêcher de trembler. Pourquoi lui proposer une danse, sinon, pour oublier ce qui venait de se passer. Brusquement, elle n'avait plus du tout le cœur à la fête. Et la nuit qui lui semblait si belle il y avait seulement un instant lui paraissait maintenant sombre et menaçante, pleine de dangers. Elle recula. Non, elle ne voulait pas courir. Elle ne pensait pas être en danger. Pas avec lui, en tout cas. Il l'avait protégé, déjà. Et puis, il avait raison sur un point. Il aurait voulu en profiter, il aurait eu largement le temps et ce n'était pas les occasions qui avaient manqué.

«Je suis désolée. Je m'excuse de vous … Je n'aurais pas dû.»

Elle s'embrouillait, elle le sentait bien. Par contre, elle ne voyait pas que son attitude portait à confusion. Elle même avait apprécier de l'embrasser. Mais voilà. Elle ne voulait pas le forcer à l'apprécier. Apparemment, il avait détester ce contact. Alana n'allait pas s'imposer, ce n'était pas son genre. Elle était plutôt timide, sauf lorsqu'il s'agissait de chanter en public. Ou quand, parfois, sa nature entière s'exprimait et qu'elle s'emportait. Mais même ces accès de colère ne durait pas. La jeune femme préférait donc s'effacer plutôt que de décevoir encore l'homme qui l'avait accompagné jusqu'ici.

«Excusez moi.
Je vais vous laisser.
 J'espère vous revoir en ville.»

avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Ven 13 Juil - 17:31


 
Encore une fois, Alana le prit de court. Lui qui croyait qu'il avait soulagé un peu sa déception par ce tendre baisé, voilà qu'il lisait à la fois une grande déception, détresse et même de la tristesse.  Bryan lisait son visage comme un livre ouvert, mais en cet instant, il fut dérouté par toutes les émotions qui vint submerger soudainement la jeune femme. D'une petite voix tremblante, elle répondit à son invitation:

«Non, je ne veux pas danser.»

Soucieux, Bryan la fixait en silence, se demandant la raison de cette fermeture. Avait-il été si mauvais pour qu'elle recule et se mette à bafouiller des excuses? Non...il en doutait. C'était autre chose, mais il avait de la difficulté à savoir la source de cette fuite. Ah, les femmes! C'était toujours compliqué de les cerner! Ce n'était pas pour rien qu'il était resté célibataire aussi longtemps! Mais avec Alana, c'était différent, et il voulait la comprendre et l'amadouer...voire la rassurer. Le mieux qu'il pouvait, Bryan fit des liens rapides avant qu'elle s'éclipse et l'abandonne à son questionnement sans réponses. Peut-être était-il allé trop vite? Pourtant, elle avait semblé vouloir se faire embrasser? Ou peut-être que...Ah et merde! Avec les femmes, mieux valait demander et après essayer de les comprendre. Cela ne servait à rien de faire des suppositions, elles étaient trop compliquées, surtout qu'Alana était très sensible, par conséquent imprévisible dans ses réactions. 

- Excusez moi. Je vais vous laisser. J'espère vous revoir en ville.
- Je tiens à ce que tu reste avec moi, Alana. Pourquoi  cette fuite soudaine? Demanda-t-il en s'approchant d'elle tout en l'enlaçant pour la garder proche de lui. S'accrochant à ses rives d'émeraudes, il pencha son visage séduisant pour mieux la scrupter. Le regard du guerrier ne décrocha pas de ses yeux humides, qui exprimaient tant de confusions. Or, le corps de la jeune femme était si agréable contre le sien, il était convaincu que ses formes sensuelles se moulaient parfaitement à son corps massif. Bryan ressentit à nouveau le désir le posséder et avant même qu'elle puisse répondre, il murmura d'une voix chaude:

- Si c'est pour mieux te faire désirer...Ses lèvres charnues s'étirèrent d'un beau sourire taquin. Sache que ça fonctionne parfaitement. 

Disant cela, il la recula doucement contre un arbre, à l'abri des regards.  Si Alana ignorait tout du désir qu'il éprouvait à son égard, elle allait en prendre conscience dans quelques minutes.  Les gemmes d'ambre devenues ardentes, le sourire de Bryan s'élargit un peu plus tandis qu'il pencha son visage à quelques centimètres du sien. Sur ses lèvres, il chuchota:

-Si c'est à cause que tu n'as pas aimer ce baiser, alors...laisse-moi faire mieux. 

Sans autre mot, il s'empara une seconde fois de ses lèvres. Avec passion, il entremêla  sa langue à la sienne, explorant les recoins de cette bouche timide et délicieuse. Il fit durer ce baisé langoureux jusqu'à temps qu'il n'en puisse plus et que ses pulsions se déchaînent en lui. Inconsciemment, il lova son intimité tendu contre la sienne...avait-elle enfin compris pourquoi il s'était autant retenu? Qu'importe!  Son cœur battait la chamade, ses sens étaient en feu et il avait juste une envie: la savourer jusqu'au bout.  D'un profond soupir, il décolla ses lèvres des siennes pour embrasser le long du jugulaire d'une myriade de baisés  puis il s'apprêta à libérer sa poitrine de sa magnifique robe, quand il arrêta son geste impudique. Reprenant ses esprits, il enleva sagement sa main de ses superbes monts pour se glisser dans la chevelure de feu et il murmura à son oreille:

- Je te désire tellement, Alana, mais je tiens à ce que ça soit réciproque...et je ne veux pas ici. 

Il y avait trop de risque qu'on les surprenne et il ne voulait en aucun cas que la jeune femme se retrouve dans une situation embarrassante. En silence, le regard ambré se perdit dans l'émeraude pure. Allait-elle accepté? 


Dernière édition par Bryan Ludhael le Lun 16 Juil - 17:20, édité 4 fois

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Lun 16 Juil - 9:50


 



Elle allait partir quand il l'enlaça. Elle n'essaya pas de se débattre, au contraire. Ce geste tendre la prit par surprise. Elle ne s'attendait pas du tout à ce qu'il la retienne. Son corps chaud tout contre elle la troublait au plus au point et elle n'osait plus protester. La jeune femme ne comprenait plus. Pourquoi la retenait il? Elle était persuadée qu'il avait été déçu par le contact de tout à l'heure, pourtant, tout ses messages allaient dans l'autre sens maintenant. La barde était complètement perdue mais tout à fait prête à se laisser emmener sans résistance. Et puis, elle n'allait pas se mettre à crier comme une fillette effarouchée.

Alana ne put donc que répondre à son baiser, sans avoir eu le temps de protester qu'elle s'était sans doute trompée. Elle ne comprenait pas pourquoi ou comment mais elle n'avait pas l'impression que le soldat lui mente en lui disant qu'il la désirait. C'était la première fois que quelqu'un la désirait avec autant d'intensité. D'ailleurs, c'était la première fois qu'elle remarquait que quelqu'un lui trouve ce genre d’intérêt. Peut être y avait il eu d'autres hommes, mais elle n'y avait pas prêter attention. Elle soupira quand il interrompit l'embrassade pour des détails pratiques, mais ce n'était juste que parce qu'elle n'avait pas envie d'attendre.

«Je … je croyais que vous n'aviez pas aimé mon baiser.»

La barde était toute rouge, elle en bafouillait presque. En fait, elle n'avait aucune idée de ce qui l'attendait, mais l'intensité du regard de Bryan suffisait à la perdre, à ce moment précis. Il ne voulait pas rester ici, mais elle n'avait aucune idée où ils auraient bien pu aller. L'endroit où elle logeait était rempli de bardes comme elle. Et lui, où dormait il? Sans doute dans une auberge pleine de clients, vu la fête et la taille de la ville. Il y avait plein de gens dans les rues et il était difficile d'imaginer trouver un coin tranquille, ces derniers étaient très certainement déjà occupés par les différents artistes en quête d'un peu de calme pour diverses répétitions.

«Et où voudriez vous aller?»

Alana se trouvait brusquement très timide et n'osait pas le tutoyer comme lui le faisait. Cependant, elle lui faisait tout à fait confiance et était prête à le suivre où il voudrait. Elle blottit sa tête contre son épaule, éprouvant à nouveau, elle ne savait pourquoi, le besoin de se justifier au niveau de sa réticence de tout à l'heure.

«Ho, vous savez, non. Je ne cherchais pas à me faire embrasser de nouveau, même si ça a été très agréable. Personne ne m'avait jamais embrassé, encore.»

L'aveu avait été fait à mi voix et la jeune femme se savait rougissante, à cet instant.

avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Lun 16 Juil - 18:37


 

«Je … je croyais que vous n'aviez pas aimé mon baiser.»bafouilla-t-elle enfin, les joues cramoisies et l'air à présent très timide. Haussant les sourcils, Bryan la dévisagea un instant. Comprenant mieux sa précédente réaction, il soupira en secouant doucement la tête.  Comment elle avait pu pensé une telle chose?  Reculant légèrement la tête pour mieux la regarder, il répondit d'un sourire taquin:

-Oh, ce premier baisé fut quelque peu maladroit, mais c'était tout à fait charmant. Je n'étais pas déçu, bien au contraire. 

 Bien sûr, il la taquinait pour la faire rougir un peu plus. C'était étrange, car Alana donnait l'impression qu'elle n'avait aucune expérience avec les hommes, mais Bryan était convaincu du contraire. Certes, elle était réservée, mais sa beauté avait dû attiré de nombreux prétendants, la réponse à son baisé, à la fois sensuel et ardent, le prouvait. Pour la rassurer, il l'étreignit en confiant avec sincérité :

- À vrai dire, si je t'ai paru plus distant, c'est que cela a déclenché en moi une envie incontrôlable d'aller plus loin avec toi, mais je ne voulais pas te brusquer. 

Sur cette confidence, il lui sourit rassurant, puis à la question de la jeune femme, qui visiblement ne se sentait pas du tout brusquer, et même désireuse d'aller plus loin, Bryan réfléchit à leur prochain gîte. Il avait l'habitude de dormir à la belle étoile, mais cette nuit, l'espion avait envie de dormir dans une paillasse bien au chaud, blottit contre ce corps de déesse. Le hic c'est que les auberges devaient être pleines de gens à cause des festivités. D'ailleurs, plusieurs visiteurs campaient tout autour,  à l'intérieur même de l'enceinte.  Pour avoir un peu de paix, l'idée lui vient de construire un autre abri de fortune à l'extérieur de l'Oppidum, mais  les Romains rôdaient dans la forêt et il faisait un peu frisquet. Ce n'était pas une option agréable, surtout pour une première nuit passée avec Alana.  Toujours en réflexion, il sentit la tête de sa houri  se blottir contre son épaule sécurisante, la barde se justifia à mi-voix:

-Ho, vous savez, non. Je ne cherchais pas à me faire embrasser de nouveau, même si ça a été très agréable. Personne ne m'avait jamais embrassé, encore.


L'écoutant d'une oreille, car il tenait vraiment à trouver une solution à ce problème du logis, il s'apprêta à  lui demander d'arrêter ce vouvoiement agaçant quand l'information entra enfin dans sa tête. Il la fixa bêtement pendant un instant. Après un silence, il répéta abasourdit par ce qu'il venait d'apprendre:

-Tu n'as jamais embrassé personne? C'est une plaisanterie? Visiblement non. Sous l'effet de la surprise, ce fut à son tour de bafouiller, chose qui lui était arrivé depuis très longtemps: Heu... attend, ça veut dire que...

Que tu es encore vierge?  Une question qu'il garda pour lui, car ce n'était pas du tout approprié à demander. Alors, là! Si Alana avait réussi à le prendre de court, cette fois, il ne trouvait plus ces mots.  Il tenait dans ses bras une magnifique femme qui n'avait encore jamais connu aucun homme. Un sentiment à la fois de fierté et de possession s'empara de lui. Certes, il avait déjà effleuré quelques jeunes femmes vierges durant sa longue expérience du séducteur, mais avec Alana, tout était différent. Elle était une terre inconnue et vierge qui avait réussi à l'émouvoir, à le passionner et à le charmer...et plus qu'il la sentait contre lui et plus qu'il voulait la garder à ses côtés, chose qui ne lui était jamais arrivé. Aucune femme n'avait réussi à l'emprisonner comme elle le faisait. Pendant tout ce temps de réflexion, il avait gardé le silence, la fixant d'un regard dévorant et intense. Puis, un sourire ravit émergea de son air grave, il approcha son visage du sien et sur ses lèvres, il murmura:

-Jamais aucune femme a réussi à me surprendre comme tu l'as fais, deva*. Je sens que je ne suis pas à bout de mes surprises...

La réponse à leur premier baisé l'avait berné, il n'osait à présent imaginé dans un lit. Bryan était certain que le moineau timide allait devenir un oiseau de feu qui allait l'amener au paroxysme du plaisir. En cet instant, il se sentait grisé et excité par une curiosité propre à un jeune puceau qui découvrait l'amour pour la première fois. Une chaleur irradiante  le submergea, cela l'étouffa presque. Un sentiment terrible, fort et grave qu'il n'avait jamais ressenti pour quiconque, mais il était trop tôt pour l'exprimer, même pour le comprendre...D'un profond soupir, il vint l'embrasser d'un long baisé à la fois passionné et langoureux, puis se penchant, il glissa son bras sous ses genoux pour la soulever comme une plume. Elle était si légère et si délicate à comparer à lui. Se perdant dans son regard turquoise, il murmura d'un sourire séducteur:

-Un des avantages de ma profession, c'est que je peux exigé la meilleure chambre qui soi. 

C'était vrai. Pourquoi n'y avait-il pas pensé à cela plus tôt ? Tout simplement  parce que ce n'était pas dans ses habitudes. Bryan préférait la forêt à dormir dans une paillasse à proximité du souverain et de sa cour, mais il allait faire une exception pour ce soir. Transportant la jeune femme contre lui, ils se dirigèrent vers le grand bâtiment où se trouvait Ambiorix, mais il n'y entra pas.Il ne voulait en aucun cas que le souverain exige la présence de sa belle.  Pour faire bonne impression, il déposa Alana au sol, puis entourant sa taille, Bryan se dirigea vers les gardes gardant la porte de l'immense bâtiment.   Tournant son attention vers l'un d'eux, il dit avec une prestance déstabilisante:

-Je suis l'émissaire du roi Vercingétorix. Mon épouse et moi désirons une chambre pour la nuit parmi celle des invités d'honneur du roi Ambiorix. Pouvez-vous nous y conduire?

Le garde eut un air surpris et pendant une fraction de seconde il hésita, malgré que l'homme fut imposant par sa stature ainsi que par son beau parlé. Il y eu un silence, puis son comparse informa qu'il avait vu cet homme parlé au roi tout à l'heure. Cela termina de convaincre le garde qui accepta de conduire le couple dans une grande maisonnée comportant plusieurs chambres, construite proche du grand bâtiment circulaire. Là, les gens importants y dormaient, rois, ambassadeurs, nobles ainsi qu'émissaires. Or, Bryan provenait d'une famille noble de la Gaule et il était de ce fait un émissaire, vu qu'il avait essayé de convaincre Ambiorix de s'allier à Vercingétorix. En ce lieu, sa place était donc légitime, personne n'allait pouvoir le contredire, pas même le roi. Ils se firent conduire au deuxième étage, dans une chambre assez grande, comportant un grand lit et quelques meubles en chêne, un véritable luxe. Le garde leur souhaita une bonne nuit et les laissa à leur intimité. Bryan ferma la porte derrière lui et d'un large sourire, il  étreignit Alana en disant: 

-Je sais que tu aime la simplicité, mais je tenais à t'offrir une nuit de rêve...Il se pencha pour voler son souffle entre ses lèvres pleines et l'embrasser avec ardeur. Entre deux baisers,il chuchota: ce n'est que le début...

Deva: mot gaulois qui signifie déesse. *

  

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Jeu 19 Juil - 7:00


 



Tout ne semblait qu'être confusion, ce soir. Il semblait qu'ils avaient du mal à s'accorder, au niveau de la communication. Elle le ne comprenait pas toujours forcément et c'était apparemment réciproque. Si leur relation... A cet instant, la barde interrompit le fil de ses pensées. Envisageait elle déjà sérieusement de faire connaissance de façon plus poussée avec le soldat? Et bien en fait, il semblait qu'elle n'ait guère le temps d'y réfléchir. Mais elle n'avait pas envie de protester, ce qui était sans doute une preuve en soi. Elle se sentait bien avec lui, elle ne voyait pas pourquoi elle aurait regimbé.

Quand il l'embrassa encore une fois, elle eut la chair de poule. Mais quand il la prit dans ses bras, elle se récria, plus par surprise et pour la forme que parce qu'elle était inquiète ou quelque chose dans ce genre. La barde ne savait pas où il l'emmenait. Il avait juste parlé d'exiger une chambre, ce qu'elle n'avait pas bien compris. Cependant, elle aurait pu marcher tout de même. Enfin déposée au sol, elle lui donna un petit coup de poing amical dans la hanche en signe de protestation, mais cela n'alla pas plus loin parce que le discours de Bryan la laissa stupéfaite et rougissante.

Mais il y avait des gardes et jeune femme préféra ne rien dire temps que quelqu'un serait là pour les entendre. Mais dès qu'ils furent seuls dans la chambre, elle s'éloigna un peu du guerrier. Elle le regarda, rouge parce qu'il avait dit qu'elle était sa femme, mais aussi un peu inquiète parce qu'il avait menti avec une telle aisance … Elle se demanda s'il lui avait déjà dit des choses qui n'étaient pas vrai. Comme son désir d'elle, par exemple. Elle frissonna, brusquement un peu inquiète et beaucoup plus intimidée que tout à l'heure. Alana alla s'accouder à la fenêtre, préférant contempler la nuit que ce qui se passait dans la chambre.

«Je n'avais pas besoin de tout ce luxe. J'aime la nature et puis ...»

Là, elle s'empourpra. Sa mère n'était pas riche et à part la maison, elle ne lui avait pas légué grand chose quand elle était morte. La jeune femme estimait qu'elle ne possédait pas grand chose de valeur, à par son luth, offert par un professeur qui lui avait enseigné le chant et la musique. C'était un objet rare, c'était certain. D'ailleurs, la barde ne le laissait jamais dans un endroit qu'elle n'estimait pas sûr. Elle soupira, s'extirpant de ses pensées. Elle devait mettre les choses au clair, c'était certain. L'incertitude tuerait toute tentative de séduction et de rapprochement, elle le savait.

«Combien de mensonge m'avez vous dit? Parce que vous avez dit avec un tel naturel que j'étais votre femme...»

Et là, elle se mit à rougir de plus belle, même si elle n'avait pas quitté l'appuie de la fenêtre. Pouvait elle imaginer l'épouser un jour? En fait, elle en avait le feu aux joues rien que d'y penser. Bryan la troublait, elle ne pouvait le nier. Mais n'était il pas trop tôt pour envisager un avenir commun? Que ferait un soldat, un émissaire, s'il avait dit la vérité, et là, il semblerait. Après tout, il avait bien parlé au roi, non? Cela faisait trop d'interrogation et la barde s'appuyait sur la chambranle parce qu'elle avait l'impression que le sol se dérobait sous elle.

avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Jeu 19 Juil - 17:57


 

 Encore une fois, il s'était trompé.  Lui qui avait espéré un sourire et une réponse plus passionnelle à son étreinte, voilà qu'elle s'éloignait de nouveau pour aller sur réfugier à la fenêtre. En silence, il baissait lourdement les bras, la fixant avec perplexité, tandis qu'elle prétendit qu'elle n'avait pas besoin de tout ce luxe et qu'elle aimait la nature. Bien, à présent, elle était déçu. Dire que la majorité des femmes auraient été ravi de dormir dans une telle chambre...mais bon, Alana était une femme simple et à son teint écarlate, cela semblait la rendre très mal à l'aise. Que pouvait-il faire à ça? À vrai dire, pas grand chose, mais il avait espéré lui faire plaisir. C'était raté. 

-Moi aussi, je préfère la nature, mais les Romains rôdent. Pour cette nuit, je ne voulais pas nous exposer à un quelconque danger et je tenais...enfin...à avoir un peu d'intimité. Confia-t-il avec une certaine impassibilité, toute trace de séduction avait temporairement disparu. Disons que la réaction de la jeune femme avait eu l'effet d'une douche froide et c'était d'autant plus vrai quand elle demanda rouge comme une pivoine:

«Combien de mensonge m'avez vous dit? Parce que vous avez dit avec un tel naturel que j'étais votre femme...»


À cette question, Bryan la fixa longuement et d'un soupir,  il vint s'asseoir sur le rebord de la paillasse, la tête basse et les doigts croisés. Quelque chose dans cette interrogation venait de le blesser. Était-ce à cause qu'Alana éprouvait peut-être de la gêne, voire de la honte, de s'être fait passé pour son épouse pendant un bref moment? Peut-être, mais une chose est sûr c'est qu'il n'allait pas l'étreindre à nouveau, tant et aussi longtemps qu'elle ne se montrerait pas plus réceptive à ses caresses et à tout ce qu'il faisait pour elle. Il commençait à en avoir marre de courir après elle et d'essayer constamment de se justifier et de la convaincre...de s'excuser. S'il avait eut un début de relation, il trouvait que cela commençait mal...plus de chicane que de passion?  Belle perspective d'avenir.

 Intérieurement, il eut un rictus amer, puis il releva son regard ambré tout en contemplant la fine silhouette appuyée sur la chambranle,  qu'il désirait avec ardeur, mais qui était à nouveau inaccessible. Dire qu'aucun homme ne l'avait touché.Bryan prit alors conscience qu'il l'avait pris pour acquis, mais par son attitude, il pensa que leur embrassade lui avait sûrement suffit, qu'elle ne désirait pas allée plus loin. Étant encore vierge, c'était légitime qu'elle choisisse quelqu'un qui lui convenait, qu'elle prenne son temps. L'ardeur du Gaulois avait fait place à la lucidité, le désir à une froide rationalité. Il y eu un lourd silence, qui dura un certain temps, puis finalement, le regard dans le vide,  il répondit avec un calme déconcertant: 

-Le mensonge est une partie intégrante de mon existence, et ce depuis une vingtaine d'année. Froidement, j'ai trahis et trompé des gens qui m'ont fait confiance. Je me suis fais passé pour leur ami, quand je ne voulais qu'une chose, tous les tuer. Alors oui, j'ai appris à mentir facilement pour avoir de l'information, pour remporter une cause qui dépasse même celle de la victoire celtique. J'ai tout fait cela pour venger ceux que j'ai perdu, il y a très longtemps...

Des souvenirs revinrent dans sa mémoire, les cris de ses proches, l'agonie de son jeune cousin,  son village incendié et lui, un gamin qui avait tout perdu...ces événements lui rappelèrent brusquement pourquoi il ne s'était jamais attaché à personne. Il avait bien faillit commettre une erreur ce soir, dans les bras de cette jeune et imprévisible inconnue, qui sans le savoir, avait réussi à lui faire éprouvé de l'amour. Il essaya de refouler ce sentiment qui lui apportait plus de souffrance qu'autre chose; qui lui faisait perdre ses reperds et qui le rendait faible, ainsi que tolérant au moindre caprice. Le temps s'était comme arrêté, son visage était maintenant fermé et terriblement sombre. Il était redevenu l'espion, l'être solitaire et secret, au cœur blessé par des souffrances qu'Alana ne pouvait imaginé. Il releva alors lentement les yeux vers elle et pendant un instant, il scruta le regard magnifique de la jeune femme. Il aurait tant voulu s'approcher d'elle et l'étreindre comme tout à l'heure, mais il se retint.  

-Mais à toi, je ne t'ai jamais menti. Avoua-t-il malgré tout, avec une réelle sincérité. Peut-être parce que tu as réussi à m'émouvoir ou que tu as su gagné ma confiance...en fait, je l'ignore, mais je suis toujours resté vrai avec toi.  À présent,tu es libre de me croire ou non. Cela m'importe peu...

 Le regard ambré brillait à présent d'une infime  déception, bien que son visage revêtait son masque impassible. Il y eu un autre silence, puis il se pencha pour enlever ses bottes en affirmant:

-J'ai dit que tu étais mon épouse pour protéger ta réputation. Le terme maîtresse n'aurait pas été approprié, surtout pour un émissaire, ce que je suis, en quelque sorte.
 

Il balança ses bottes plus loin, puis Bryan laissa choir son grand corps musclé, toujours vêtu,  sur la paillasse confortable. Mettant un bras sur ses yeux, il soupira profondément et après un dernier silence, il dit d'un murmure: 

-Tu peux dormir à mes côtés ou partir, je ne t'oblige à rien...mais sache que tu seras plus en sécurité dans cette chambre que nulle part ailleurs. Je te fais le serment que je ne vais pas te toucher davantage, sauf si tu souhaites le contraire. Cependant, comme je te l'ai dit, je veux que ça soit réciproque et tu es encore si jeune et si désirable... vaut mieux que tu prenne ton temps pour choisir celui qui te convient.

 Fermant les yeux, il respira lentement, détendant ces muscles qui s'étaient tendu à cause du désir intense qu'il avait éprouvé.  Au moins, il avait eu la sagesse d'esprit de garder ses vêtements, c'était déjà un rempart contre cette tentation. Reste à voir ce qu'elle allait décidé.
  

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Dim 22 Juil - 4:19


 



Elle avait l'impression qu'ils ne se comprenaient pas. Elle n'avait rien contre la chambre, bien au contraire. Cependant, elle était loin de pouvoir se la payer et était un peu gênée d'en profiter grâce à un mensonge. Un mensonge qui l'avait fait rougir jusqu'aux oreilles. Et là, intensément, elle écoutait son discours, sa promesse qu'il ne lui avait jamais menti. Etrangement, elle le croyait, elle le croyait profondément. Le reste... bien sûr, elle n'approuvait pas réellement ce qu'il faisait, mais c'était son choix. Elle n'allait pas l'empêcher d'être ce qu'il était. Elle n'avait pas cette prétention. Si elle voulait vivre avec lui, il faudrait qu'elle s'y fasse.

Bizarrement, cette idée la rendit encore plus confuse quelques instants. En fait, comme elle se l'était dit quelques minutes auparavant, peut être ne serait elle pas opposée à l'épouser. Encore faudrait il qu'il le désire et quand enfin elle sortit de ses pensées, Bryan était allongé sur le lit. C'était le bruit des bottes tombant sur le sol qui l'avait fait revenir à elle même, du moins, elle le pensait. Elle entendit son soupir, elle entendit ses paroles comme quoi elle pouvait dormir avec lui et que rien n'arriverait sauf si elle le voulait. Le reste était un peu du charabia incompréhensible pour elle.

Doucement, elle défit ses bottes et les posa sur le sol, un peu plus délicatement que lui. Une main un peu timide se posa sur le torse musclé. Et là, la barde se trouva bien embarrassée. Elle ne savait pas trop quoi faire. Elle maudit intérieurement son inexpérience, à ce moment là. Elle aurait voulu lui faire une caresse qui lui prouverait qu'elle ne lui faisait pas de rebuffade, mais voilà. Il ne s'était pas dévêtu, et elle non plus, d'ailleurs. Les habits lui semblaient soudain comme une barrière. Non pas infranchissable, mais cela rendait les choses un peu plus compliquées pour l'inexpérimentée et timide Alana.

«Vous me semblez bien désespéré, tout à coup. Je croyais que vous étiez un guerrier d'expérience, moi.»

La dernière partie de l'intervention de la jeune femme était dite sur un ton légèrement taquin. Elle posa sa tête contre son épaule, elle aimait bien le faire. La main timide bougea un peu, tentant maladroitement une exploration, rencontrant, par dessus les vêtements, une peau qui semblait assez ferme, sans doute musclée par la vie au grand aire. Petit à petit, l'exploration se fit un peu moins légèrement et la main vint se poser sur le ventre. Le bras continuait de descendre petit à petit, se dirigeant en biais vers une des jambes. Pour la barde, ce n'était que pour satisfaire sa curiosité et … un peu autre chose aussi, sans doute.

avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Lun 23 Juil - 13:59


 

Était-ce son désir qui le rendait aussi stupide à comprendre cette jeune femme troublante? Toute tension semblait avoir disparu, ou gêne, il ne savait plus trop et  voilà qu'elle venait d'embarquer dans le lit, pieds nus, mais toute aussi habillée que lui. C'est avec une certaine surprise qu'il la sentit se lover contre lui en minaudant d'un ton taquin:

«Vous me semblez bien désespéré, tout à coup. Je croyais que vous étiez un guerrier d'expérience, moi.»

Tandis qu'elle déposa sa tête sur son épaule, Bryan ouvrit un œil, puis il eut un furtif sourire se disant qu'elle était effectivement désespérante par moment, mais il se retint de dire une telle chose, question qu'elle reste contre lui. C'est alors qu'il sentit sa petite main lui caressée son torse fort et Alana se prit à descendre lentement, toujours plus bas...cette exploration à la fois timide et audacieuse suffit pour que le désir revienne à la charge, mais Bryan resta un instant immobile afin qu'elle satisfasse sa curiosité juvénile. Sentant de plus en plus son intimité se tendre dans ses braies,  le bel homme se décida à reprendre les choses en main. Doucement, il entoura son bras fort autour de la taille fine d'Alana et il la coucha sous lui, mais l'espion fit attention pour ne pas l'écraser de son poids. S'accotant sur son avant-bras, il vint l'embrasser langoureusement, tout en venant caresser sa chevelure rousse qui s'éparpillait sur l'oreiller. L'autre main vint alors détacher lentement la robe qui cachait ses formes féminines dont il avait si souvent fantasmé. D'un petit sourire, il délaissa la bouche en soufflant:

-Je suis autant un amant qu'un guerrier d'expérience, ma belle, mais je préfère de loin satisfaire les désirs d'une femme toute une nuit que de me battre pendant des heures.

 Disant cela, il l'embrassa une nouvelle fois puis il délaissa les lèvres sensuelles pour laisser sa langue parcourir la peau fine du cou puis il descendit à ses seins qu'il avait enfin libéré du tissus de lin. Les prenant en coupe, il les pesa dans sa paume, son regard d'ambre brillait d'admiration.

-Tu es réellement magnifique...complimenta-t-il sincère tout en se perdant dans l'émeraude qui étincelait d'une passion nouvelle. 

Le sourire du séducteur s'élargit, puis son visage disparu pour explorer de sa bouche les monts blancs et magnifiques. La sentant frémir sous cette caresse, il s'y attarda d'autant plus, puis l'une de ses mains vint défaire un peu plus la robe pour la faire glisser jusqu'à ses hanches, dévoilant ainsi le ventre plat. Le guerrier descendit alors lentement, embrassant chaque centimètre de cette peau douce, sa chevelure noire vint cachée ses traits masculins. Le grand corps se déplaça alors un peu plus bas, ses mains se glissèrent sous la robe pour caresser les jambes, puis il releva ses yeux mielleux pour plonger dans ceux de son amante qui vivait pour la première fois de sa vie le plaisir d'être dans les bras d'un homme.

 Et c'était loin d'être fini....sa main monta sans gêne jusqu'à l'intimité qu'il vint caresser, variant le mouvement et le rythme de ses doigts, afin de la rendre ardente de désir. Patient, il prit tout son temps, l'embrassant quand elle tendait les lèvres et savourant ses seins quand elle se cambrait et se tortillait en gémissant.  C'est alors qu'il arrêta sa caresse et il remplaçant sa main par sa bouche, tout en soutenant les hanches qu'il encouragea à suivre le rythme de cette caresse des plus sensuelles. Il s'y attarda longtemps, pétrissant les cuisses, ainsi que la croupe, augmentant ainsi toutes ces nouvelles sensations qu'Alana vivait. Il la sentait ardente, voire bouillante, de plus en plus prête pour lui...son propre désir était une véritable torture, mais il tenait à ce que leur union lui fasse le moins mal possible, alors Bryan s'appliqua jusqu'à tant qu'elle le réclame... Enfin, il la sentit réellement prête, l'espion s'éloigna d'elle pour enlever promptement sa chemise et ses braies. 

La lumière de la lune vint alors éclairer son corps musclé et impressionnant, parsemé de plusieurs cicatrices, souvenir d'une longue expérience de combat. La jeune femme l'avait déjà vu torse nue, quand il s'était lavé  dans la rivière -pour enlever le vomit de la belle-, mais elle ne l'avait jamais vu entièrement dénudé. Il était conscient que cela devait être intimidant pour elle, mais  Bryan se doutait bien qu'elle allait s'habitué avec le temps. Car oui, il tenait à elle et il voulait revivre ça avec elle, encore et encore...D'un soupir, il vint s'allonger entièrement sur la barde pour l'embrasser avec ferveur, puis très lentement, il vint s'unir à ce corps si désirable... Le regard brillant d'amour et de passion, Bryan se noya dans ce regard limpide tout en continuant à se mouvoir avec une tendresse infinie. 
 
  


Dernière édition par Bryan Ludhael le Lun 30 Juil - 18:14, édité 2 fois

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Alana O'Connor le Ven 27 Juil - 3:06


 



Spoiler:

Quand le bel homme l'attrapa par la taille pour la coucher sous le lit, la rousse fut saisie d'un frisson qu'elle ne s'expliqua pas. Mais elle ne bougea pas d'un pouce, se laissant faire, accompagnant même le mouvement. Et puis, elle se retrouva nue et elle eut tout de même un regard vaguement inquiet pour le guerrier qui partageait sa couche avec elle. Elle ne savait pas du tout à quoi s'attendre et avait un peu peur tout de même. Mais elle venait de décider qu'elle allait se laisser guider. Il disait qu'il s'y connaissait et elle voulait bien le croire. Après tout, n'avait il pas promis de ne pas lui mentir?

La rousse avait l'impression d'avoir de la fièvre. Pourtant, elle était sûre de ne pas être malade. Mais elle avait la sensation que son corps était en feu sous les mains viriles qui la parcouraient. Sans doute était ce vrai que ce n'était pas la première fois. Chaque caresse, chaque effleurement déclenchaient en elle tout un tas de réaction qu'elle ne savait ni ne pouvait analyser. Et si les mains de Bryan la mettaient dans tout ses états, que dire de ses lèvres? Chaudes, sensuelles, elles semblaient la faire s'embraser encore plus. Elle commençait d'ailleurs à avoir chaud et elle se mit à haleter.

Alana ne savait pas encore ce qu'elle voulait, mais son corps s’impatientait. Elle en voulait plus, maintenant. Impatiente, oui. Un peu apeuré, encore, mais la passion l'avait emporté et elle était prête, plus que prête... mais elle n'avait aucune idée dans quoi elle s'engageait. Un gémissement de protestation s'éleva de ses lèvres quand le soldat quitta le lit pour ôter ses habits. Elle aurait voulu qu'il reste avec elle toute la nuit et que même pour quelques secondes, il ne la lâche pas. Alana se sentait presque abandonnée. Il aurait tout de même pu se déshabiller sans quitter la couche!

Le regard de la barde s'arrêta sur une cicatrice. Cela l'empêcha certainement de se focaliser sur un autre point de son amant qui revenait. Une main se posa sur la plus proche et un doigt explorateur en parcouru toute la longueur. Son regard vert se noya dans l'iris d'ambre de son compagnon. La jeune femme avait déjà vu un loup, une fois. Et elle avait été impressionné par l'intensité de son regard de miel. Des prunelles où l'on pouvait tout oublier. Elle oublia tout, ou presque. Seul ses mains continuaient de parcourir le corps de son partenaire, cherchant les détails, parcourant les muscles, les cicatrices. Ses lèvres se tendirent vers les siennes. Elle l'embrassa.

avatar
Alana O'Connor
Administratrice

Messages : 64
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: L'Ordre de la harpe
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Bryan Ludhael le Lun 30 Juil - 19:26


 

Bryan répondit à son baisé avec délice, tout en laissant sa belle explorer son corps masculin, ses doigts fins effleurèrent nombreuses de ses cicatrices qui racontaient une histoire de sa vie, ou plutôt, diverses épreuves. La plupart était relié au combat, d'autres, à la fuite  ou à des fâcheux accidents. Un jour, il lui raconterait, mais pour l'instant, elle était sienne et plus rien ne lui importait. Sur cette pensée, il se prit à se mouvoir avec plus de passion, tout en s'allongeant  sur son corps parfait. Une de ses grandes mains caressa la cuisse fine puis il ramena ses jambes autour de ses hanches forte. D'un petit grognement, il se prit à accélérer la cadence, puis il ralentit tandis que le gaulois se perdit dans ces rives émeraudes fiévreuses. Dieu qu'elle était belle, ainsi, abandonné dans ses bras...il avait deviné juste, elle ressemblait à un phénix des plus ardents. 

-Alana...souffla-t-il le souffle court, son corps de plus en plus crispé par le plaisir. D'un gémissement viril, l'homme l'embrassa avec ferveur, puis il vint réfugié son visage dans son cou de cygne, une main dans les cheveux roux, l'autre serrant fortement l'oreille. Oubliant tout, Bryan embarqua sa partenaire dans une danse des plus sensuelles et effrénées jusqu'à atteindre le paroxysme de la jouissance. Juste avant que cette vague intense de plaisir le submerge, son regard loup plongea  dans celui de son amante haletante. De son pouce, l'homme  vint caressé ses lèvres qu'il embrassa langoureusement  jusqu'à tant qu'il n'en puisse plus. Soudain, Bryan vint serré la jeune femme contre lui et il poussa un râle rauque qui se perdit dans la tignasse flamboyante. Tout son grand corps d'Apollon se tendit à l'extrême et enfin, d'un profond soupir, il se détendit totalement, sa joue contre la poitrine plantureuse, si douce et confortable. Fermant les yeux, il soupira de béatitude en confiant:

-Tu m'as envoûté dès le premier instant que je t'ai vu...Disant cela, Bryan caressa sa longue chevelure et il donna un petit baisé sur son jolie nez, puis sur ses lèvres, avant de rajouter: cela a valu la peine que je sois patient...Par les Dieux, tu ne peux imaginé à quel point j'ai désiré que tu sois mienne...

Oui, même si c'était involontairement, elle l'avait fait languir. Combien de fois Alana s'était retrouvée proche de lui sans qu'il puisse la toucher comme il l'aurait voulu? S'en fut réellement pénible, surtout qu'ils s'étaient disputés quelques fois, mais c'était chose du passé. À présent, elle s'était offerte et il n'avait qu'une envie: de rester auprès d'elle. Bryan n'était pas de ses hommes qui délaissaient ses amantes une fois prise, sauf si elles étaient des catins, mais ce n'était pas le cas de la barde, loin de là. Se dégageant d'elle, le guerrier s'allongeant à ses côtés, la joue appuyée contre son poing, le regard d'ambre parcourant les formes dénudées et délectables.  C'est alors que Bryan se fit légèrement soucieux et levant ses gemmes d'ambre pour la dévisager, il demanda un brin hésitant:

-Est-ce que tu as aimé ça? 


Sachant que c'était la première fois pour elle, il espérait qu'elle avait prit plus de plaisir que l'inverse. Non sans une certain appréhension, il attendit sa réponse, ses yeux soutenant les siens. 
  

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 132
Date d'inscription : 26/01/2018
Age : 28

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan] (Terminé)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum