Celtes

La Lycanthropie est une maladie très et ceux qui en sont atteints deviennent des hommes ressemblant à des loups. La nuit, ils peuvent commettre des ravages et c'est seulement à l'aube qu'ils retrouvent leurs esprits. Ces hommes maudits ne peuvent être guéris, leur seule délivrance c'est une flèche d'argent en plein cœur.


Quand on arrive en ville [Bryan]

Aller en bas

Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Alana O'Connor le Jeu 12 Avr - 12:34


 



Pour une grande ville, c'était une grande ville. Alana ne s'attendait pas vraiment à ça. Cela ne ressemblait en rien aux villages ou bourgades qu'elle avait pu fréquenter jusqu'à lors. Le brouhaha lui donnait mal à la tête et elle se demandait sérieusement comment elle allait pouvoir donner quelques concerts avec ce chahut. Jamais les gens n'apprécieraient sa bonne musique dans un tel tohu-bohu. Machinalement, et sans y penser, elle s'était rapproché du guerrier et se tenait aussi près de lui que la décence le permettait. Pour un peu, elle se serait serré contre lui. Cependant, la foule et sa timidité l'empêchait d'aller plus avant. Et puis, ils se connaissaient à peine, même si elle le trouvait sympathique.

Il allait s'agir maintenant de trouver un toit pour les nuits qu'elle allait passer ici. La jeune femme ne comptait pas du tout sur Bryan pour cela. En fait, elle n'y pensait même pas. Elle était indépendante et avait l'habitude de se débrouiller par elle même. En général, elle trouvait un aubergiste assez généreux pour lui offrir gîte et couvert en échange d'une animation musicale de son établissement. Mais là, il y avait foule et la barde avait un peu peur que toute les tavernes aient été prises d'assaut. Elle laissa le jeune homme mettre son cheval à l'écurie et commença à se renseigner tout autour d'elle. Un coup de chance, il y avait un lieu tout exprès pour ceux venus chanter à la fête d'Imbolt.

Ce n'était qu'une grande grande, aménagée en dortoir, mais cela ferait parfaitement l'affaire. Resterait juste à trouver de quoi se nourrir, mais elle supposait que c'était prévu aussi. Des gens avec des paniers et d'autres avec des grandes cruches et des gobelets distribuaient des galettes et du lait de chèvre à qui en voulait. Et bien, c'était parfait. Elle ne comptait pas rester trop longtemps, juste le temps d'enquêter pour savoir si son père était passé par ici ou pas. Mais il était un peu tôt pour cela. En tant que barde, elle se devait de participer à la fête et donc de se renseigner sur les festivités à venir et où on aurait besoin d'elle. En même temps, elle se sentait un peu intimidée, il semblait qu'elle était la plus jeune des gens rassemblés ici, druides, bardes, etc. Elle alla retrouver le guerrier.

«Je suppose que vous avez à faire de votre coté. Peut être est il temps de se dire au revoir. Sachez que j'ai apprécié votre compagnie.
Et je n'ai même pas remercié pour vous être donné la peine de m'accompagner.»

Elle soupira un peu. Elle n'aimait pas les aux revoir et puis, elle commençait à l'apprécier celui là. Mais bon, sans doute ne fallait elle pas qu'elle s'attache au premier venu parce que sinon, toute ses rencontres se termineraient par un déchirement. D'ailleurs, elle n'avait pas prévu non plus ce qu'elle ferait une fois qu'elle aurait trouvé son père, si elle arrivait à mettre la main dessus. Elle ne savait pas trop ce qu'elle lui dirait, une fois qu'elle lui aurait avoué qu'elle était sa fille. C'était compliqué et elle avait imaginé tout un tas de scénario dans sa tête, dont aucun sans doute ne correspondraient à la réalité. Et maintenant, elle regardait Bryan, se retenant de montrer qu'elle ne voulait pas rester seule dans cette grande ville.
avatar
Alana O'Connor

Messages : 41
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction:
Divinité:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Bryan Ludhael le Jeu 12 Avr - 22:20


 
Bryan avait rarement vu autant de monde, sauf à l'amphithéâtre de Rome durant un spectacle de gladiateurs, où il avait vu plusieurs de ses compatriotes se faire tuer publiquement par des Spartes. Chassant ce souvenir, il eut un petit sourire ravit en voyant les immenses mannequins de pailles qui allaient bientôt être incendier par la foule. Des plaintes en latin se faisaient entendre de ces immenses statues aux formes féminines; des soldats étaient emprisonnés à l'intérieur, des Romains. Pendant une fraction de seconde, le Celtes fixa ces hommes gémissant et apeurés, mais son cœur était froid comme de la glace les concernant. Bien que brûler vif était une mort terrible, il y a longtemps que le Gaulois n'avait plus de pitié pour ce peuple qui ne voulait qu'une chose: détruire pour mieux conquérir. Non...ce soir, en cette fête de purification et de feu, Bryan n'allait pas souillé son être par une pitié mal placée. Il détourna promptement les yeux, tandis qu'il sentit une frêle silhouette se rapprochée un peu plus de lui. Le regard d'ambre s'abaissa sur Alana qui semblait ne pas être à l'aise entourer d'autant de gens. Son visage sombre s'éclaira d'un tendre et furtif sourire, cette femme était imprévisible. Elle était autant réservée et délicate qu'indépendante et farouche, mais ces quelques heures passées avec elle ne suffisaient pas à la cerner aussi bien qu'il l'aurait voulu.

À vrai dire, c'était la première fois qu'il passait autant de temps avec une femme, et ce, sans qu'elle n'est passée par sa couche. Ce ne fut pas les occasions qui  avaient manqué, il aurait pu  à plusieurs reprises provoqués cet instant de volupté, mais quelque chose l'en avait empêché...était-ce la jeunesse de la barde? Non,il avait comblé ces nuits avec des femmes bien plus jeunes, même s'il se doutait qu'une dizaine d'années les séparaient tous les deux. Il avait trente-cinq ans et il se sentit soudain vieux comparé à cette fleur flamboyante qui frôlait la vingtaine, ou un peu plus.  D'un soupir discret, il la vit alors s'éloigner  tandis qu'il se dirigea vers les écuries. Bryan faillit à deux doigts de la retenir, comme s'il avait peur qu'elle ne revienne plus, mais il se traita mentalement d'imbécile et il alla débarrasser son cheval de leurs bagages. Toujours la jeune femme en tête,  ses yeux de loup se rivèrent vers l'extérieur pour la chercher du regard. Il la vit converser avec des hommes et il ressentit alors un pincement nocif au cœur. De la jalousie?

Non, ridicule! La barde avait bien le droit de parler à qui elle voulait, mais il ressentit malgré tout une certaine déception. Bryan ignorait pourquoi elle s'était éloignée pour aller converser avec ces inconnus, mais il était certain qu'il aurait pu l'aider si elle se questionnait sur quelque chose...mais voilà, Alana semblait ne plus avoir besoin de lui, vu qu'ils étaient rendus à destination et déjà, elle avait reprit cette attitude indépendante qui lui plaisait tant. Jurant dans sa barbe, il tenta de se concentrer sur l'objectif de sa venue: parler au Roi Ambiorix. Se faufilant parmi les fêtards, il avait aperçu plusieurs gaulois qui gardaient un immense bâtiment circulaire où avait eu lieu l'ouverture de la cérémonie; le roi exilé devait s'y trouver. Or, il n'avait  vraiment pas la tête à délivrer son message, mais plutôt à trouver une chambre confortable qu'il pourrait partager avec sa compagne de route. Cette fois, il avait l'intention de rattraper toutes ces occasions qu'il avait manqué, même si au fond de lui-même, quelque chose lui disait que la jeune femme allait refusé. Après tout, ce n'était pas la fête de Lug, où l'amour était célébré, mais bien la pureté. Un autre obstacle qui le ramena à son objectif premier: délivrer ses renseignements à Ambiorix.


-Je suppose que vous avez à faire de votre coté. Peut être est il temps de se dire au revoir. Sachez que j'ai apprécié votre compagnie.
Et je n'ai même pas remercié pour vous être donné la peine de m'accompagner.


La voix cristalline  d'Alana le ramena à la réalité et son dire le rendit perplexe. Il ne s'attendait pas à cet au revoir, enfin, pas tout de suite. Quoi déjà? Faillit-il dire, mais il se retint, tout en réfléchissant à une façon de la garder auprès de lui. Certes, il avait à faire de son côté et ce n'était pas une mince besogne, car avoir l'attention d'un roi n'était pas chose aisée. Il fallait accéder au bâtiment, puis franchir l'assemblée pour se rendre jusqu'à la table des invités d'honneur et enfin, réussir à le convaincre de lui parler en privée. À moins qu'une distraction vienne facilité le tout...et celle-ci se trouvait juste devant ses yeux. Alana...Une lueur énigmatique fit briller son regard mielleux, son visage masculin s'éclaira d'un sourire propre à lui, à la fois séducteur et espiègle.


-J'ai apprécié aussi votre compagnie, Alana, mais nous ne pouvons nous séparé dans l'immédiat. Vous avez une dette envers moi et  je tiens à ce que vous en acquittez par un service.


Ne voulant pas que ces propos prêtes à confusion, car cela aurait pu être, il lui prit la main et la portant à ses lèvres, il murmura:


-Voudriez-vous chanter devant le roi Ambiorix pour moi?
Son sourire s'affaissa  laissant place à une expression plus sérieuse, son souffle chaud frôla la peau douce et blanche: je dois absolument avoir toute son attention, mais pour cela, j'ai besoin de votre aide ou plutôt, de votre voix qui est aussi magnifique que votre présence...


Cette demande était loin d'être ordinaire, tout comme l'homme qui se trouvait en face d'elle, dont les gemmes d'ambre soutenaient intensément les émeraudes verdoyantes qui le dévisageaient.

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 68
Date d'inscription : 26/01/2018

Attributs
Réputation: Aventurier
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Alana O'Connor le Mar 1 Mai - 6:38


 

Qu'est ce qu'il lui racontait là? Une dette envers lui? De quel droit s'arrogeait il cet avantage? Certes, elle lui était redevable, mais la façon dont il présentait la chose mettait la jeune femme hors d'elle. La barde qui commençait à le trouver de plus en plus sympathique se mit brutalement à le détester en se disant qu'il présentait là son vrai visage, sans doute. Si yeux avaient été des armes, le guerrier serait sans doute mort mille fois dans d’atroces souffrances vu le regard brûlant de colère qu'elle lui lança. Il lui aurait tout simplement demandé de lui rendre service, cela aurait été sans doute avec plaisir, mais là, il lui imposait la chose sans même la consulter.

«Parce que monsieur a ses entrées auprès du roi? Je ne pensais pas que vous étiez si important que ça, sinon, je ne vous aurait pas imposé ma présence de basse extraction.»

Oui, elle était furieuse. Elle même aurait sans doute pu avoir accès à une fête de ce personnage aussi important, en tant que barde, même si elle était un peu jeune. Mais sa musique pouvait être envoûtante. Cependant, Bryan n'avait pas pris toute la mesure du talent de la musicienne. Certes, elle jouait bien en toutes circonstances, ou presque. Bien sûr, il lui arrivait d'être troublée et de ne faire qu'un air moyen. Mais dans de grandes ou particulières circonstances, son talent pouvait être multiplié par rapport à ce qu'elle faisait dans les auberges ou ce genre d'établissement. Alana ne donnerait jamais une prestation mauvaise de son plein gré, elle vivait la musique. Mais parfois, elle exécutait un représentation exceptionnelle et là, elle en avait bien l'intention.

«Je le ferais et ensuite, je ne veux plus jamais entendre parler de vous.»

Oui, elle était toujours en colère et cela ne serait pas facile de l’apaiser. Elle avait, de temps en temps, un tempérament de feu, tout comme sa chevelure. Et en quelques instants, avec cette simple demande, Bryan venait de perdre quasiment tout le crédit qu'il avait pu gagner auprès de la jeune femme. Il allait peut être avoir du mal à rattraper les choses, d'ailleurs, car Alana faisait déjà demi tour pour repartir vers le logement attribué aux bardes. Elle n'avait pas besoin de lui pour trouver ses entrées dans la demeure du roi et comptait bien le faire savoir à l'homme qui l'avait accompagné jusqu'à présent. Entre bardes, il était de coutume de se serrer les coudes.
avatar
Alana O'Connor

Messages : 41
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction:
Divinité:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Bryan Ludhael le Jeu 3 Mai - 20:18


 


Il avait rarement vu un regard aussi furieux contre lui, à l'exception des yeux de ses ennemis sur les champs de bataille. Son regard émeraude était devenu aussi noir que la nuit, des flammes de fureur y brillaient, lui donnant un air des plus sauvages...des plus désirables. Cependant, il fut contrarié par sa réponse impétueuse et cinglante:

-Parce que monsieur a ses entrées auprès du roi? Je ne pensais pas que vous étiez si important que ça, sinon, je ne vous aurait pas imposé ma présence de basse extraction.

De basse extraction? N'était-ce pas le contraire qu'il  pensait d'elle en lui proposant de chanter devant un roi?  Pourquoi se comportait-elle ainsi? Bien qu'il est connu de nombreuses femmes dans son existence, il n'avait jamais su percé le mystère de leurs émotions si imprévisibles. Dans ce cas précis, il ne comprenait pas la réaction de cette jeune furie dont le caractère était à présent aussi enflammé que le feu lui-même. Il n'était pas un devin sachant lire le cœur des femmes, il était seulement un espion qui était prêt à donner sa vie pour son peuple...pour elle. Et voilà que cette petite jouvencelle d'irlandaise, à qui il avait sauvé la vie et préservé la dignité d'un aubergiste répugnant, osait le rejeter comme un vulgaire salop. Cette fois, il ne put s'empêcher de serrer les poings...sa dernière réplique l'avait atteint droit au cœur et lui qui habituellement restait impassible devant les pires insultes, il était incapable de contrôler sa propre colère qui gronda en lui.  Je le ferais et ensuite, je ne veux plus jamais entendre parler de vous.


-Attendez! Siffla-t-il dans le dos de la jeune femme qui s'apprêtait à partir.  Il attrapa sa main pour lui parler en face. Le regard ambré était devenu aussi enflammé que l'émeraude qui le toisait.

-Pourquoi un tel mépris? Suis-je donc un homme sans cœur pour vous? Détrompez-vous. J'ai ressenti de l'inquiétude et de la rage quand j'ai vu ces brigands vous  menacez et quand cet aubergiste a confié qu'il allait vous abusez  parce que vous ne distrayez pas suffisament bien ses clients! Il vous aurait traité comme une catin ! Ma bourse et des menaces ont suffit pour qu'il vous accorde un gite respectable et qu'il ne vous touche pas...je ne l'aurais pas accepté, car j'ai du respect pour vous, Alana, mais visiblement vous en avez aucun pour moi. J'aurais pu...


Cette fois, il retint ses mots, car Bryan ne voulait en aucun cas trahir son désir qu'il avait pour elle, ou plutôt son attachement.  Les femmes étaient excellentes pour lire entre les lignes et il prenait conscience qu'il s'était laissé emporté justement parce qu'elle l'avait blessé, et qui dit blessure dit amour...il avait aimé, il avait tout perdu...Le Celte eut alors peur et cette peur le fit reprendre son masque impassible, inatteignable. La seule chose qui lui restait pour ce protégé de la souffrance. Lâchant sa main, c'est lui qui la devança pour sortir et mettant son capuchon sur sa tête, il souffla dos à elle:

-Vous êtes peut-être une femme indépendante et courageuse,  mais ne soyez pas arrogante envers ceux qui vous veuillent du bien.  Vous ignorez qui je suis, vous ignorez les sacrifices que j'ai fait pour épargner les Celtes de nombreuses batailles qui auraient pu faire gagner l'envahisseur...Il fit silence, son grand corps semblait se fondre dans l'ombre, les feux vinrent éclairer un court instant son visage de profil...il était terriblement sombre, une tristesse brillait au fond de ses yeux baissés...


-Je serais prêt à mourir pour sauver le plus de vies possibles, et vous en faites partie...


Disant cela, il leva son regard ambré vers elle pour la dévisager. Il ignorait si ses paroles avaient eu un quelconque effet, mais il n'avait plus d'attentes à l'égard d'Alana...elle était trop imprévisible. Il pouvait cerner le cœur de bien des gens, mais pas le sien. Et cela le chamboulait, mais bien sûr, elle l'ignorait, car il garda cela pour lui. Bryan se contenta de soutenir ce regard qui l'avait dévisagé avec tant de haine et d'un furtif sourire amère, il dit:

-Pour ce qui est de ne plus me revoir, si tel est votre désir, je le respecterai. Après tout, je suis qu'une ombre et les ombres ne font que passées.


Disant cela, il fit une profonde salutation comme s'il s'agissait d'une reine et avant de s'éclipser, il souffla d'un ton rauque, mais sincère:


-Je vous souhaite une belle prestation, Madame. J'en suis sûr que vous allez éblouir cette assemblée, comme vous avez su m'éblouir.


Sur ce dire, il lui jeta un dernier regard et sans autre mot, Bryan tourna les talons pour sortir. Dans son far intérieur,il n'avait pas envie de la laisser seule, surtout dans cette ville, étrangère, mais il n'allait pas s'abaisser à lui imposer sa présence, surtout si elle ne voulait rien savoir de lui. Après tout, n'était-ce pas cela qu'elle voulait? Il allait la revoir dans le grand bâtiment circulaire où se trouvait Ambiorix et après leur chemin se séparerait à jamais... enfin, c'est ce qu'il croyait...

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 68
Date d'inscription : 26/01/2018

Attributs
Réputation: Aventurier
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Alana O'Connor le Jeu 31 Mai - 15:17


 



Le regard froid, elle écoutait les tentatives d'explications du guerrier. Elle ne le croyait guère ou qu'à moitié, au moins concernant l'aubergiste. Elle était encore assez naïve par certains cotés et il était clair qu'elle avait besoin de se forger de l'expérience. Sans doute aussi apprendre un peu mieux à se défendre, même s'il lui répugnait de prendre une vie. La rousse avait bien sûre été choquée quand l'homme qui l'avait accompagné depuis le départ de cette auberge avait dû tuer les brigands, mais elle ne s'y était pas opposée. En même temps, elle était bien trop effrayée, à ce moment là, pour sans doute prononcer une seule parole. Elle en avait même oublié qu'elle s'était salie et qu'elle puait, de son séjour dans la soue des sangliers.

«Vous auriez pu quoi? Me prendre ma vertu malgré moi, comme cet aubergiste en avant l'intention? Enfin ça, je n'en ai aucune preuve.
Je ne suis pas si désarmée que ça et si vous prenez les brigands comme référence, rappelez vous que je ne suis pas restée passive.»

Mais Alana était une femme sensible. Et la tristesse qu'elle lisait dans le regard du soldat qui lui faisait face la touchait plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Surtout que c'était en contradiction avec la froideur affichée par ce dernier. Elle était complètement perdu par ces messages divergents. En fait, elle aurait bien continué à fréquenter ce mystérieux individu. Mais la colère qui l'avait traversé après qu'il ait exigé qu'elle l'aide. En plus, elle lui aurait rendu volontiers service s'il l'avait demandé d'une autre façon. Cependant, son air sévère invitait à couper court à toute discussion. Mais ils se reverraient, au moins une fois, à la fête que donnait le roi, le soir même. Serait elle prête? Il le faudrait bien.

Le soir venu, elle était prête. Elle avait mis sa plus belle robe, ainsi qu'un collier elfique qu'elle avait déniché avant son départ. Ses cheveux soigneusement coiffés en tresses tombaient en ordre dans son dos. Quand elle entra dans la salle royale du baquet , elle ne se fit guère remarquer. Discrète, elle ne s'était pas fait annoncée et profitait de ce relative anonymat pour se préparer. Se mettre pas tout à fait au milieu de la pièce et vérifier une nouvelle fois que son luth était bien accordé. Elle l'avait fait avant d'entrer mais c'était une sorte de tic, manie pour se rassurer, en quelque sorte, avant d'entamer sa prestation.

La jeune femme commença alors à jouer, au début dans la quasi indifférence générale, au milieu du brouhaha des conversations et éventuellement quelques moqueries ou remarques grivoises vis à vis de sa personne. Mais au fur et à mesure qu'elle jouait, un air à fois énergique mais pas trop guerrier, les conversations se turent peu à peu et les regardes se tournèrent vers elle. Le silence se fit petit à petit et plus personne ne bougeait. Non, plus personne. La salle était comme figée, envoûtée par la musique et le chant de la barde. Et envoûtée était sans doute le mot le plus juste concernant ce qui se passait dans la pièce. Une sorte de magie avait opéré, sous la concentration et l'envie de bien faire de la musicienne.
avatar
Alana O'Connor

Messages : 41
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction:
Divinité:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Bryan Ludhael le Mar 5 Juin - 19:28


 


-Ah votre majesté, ce sanglier est savoureux! S'exclama un vieil homme assit à la droite d'Ambiorix qui commençait à avoir les joues roses à cause de l'ivresse. Le roi tourna son regard bleu vers le druide en répondant avec le plus grand sérieux:
-En fait, Myrddin, c'est de la licorne grillée...Il y eu un silence tandis que les invités d'honneur écarquillèrent les yeux de stupeur puis soudain, le roi éclata d'un beau rire grave.

-Allons, je plaisante, mon ami!C'est effectivement du sanglier et le meilleur qui soit! Tu l'as bien mérité, ainsi que tes compagnons. Je me montre toujours généreux envers les braves.Vous le méritez amplement. 


D'un sourire, Ambiorix prit la main d'une jeune femme à ses côtés qui avait une chevelure brune tressée et un regard vert. Celle-ci lui sourit amoureusement tandis que les conversations dans la salle baissèrent progressivement et qu'une musique envoûtante se fit entendre. L'amante du roi riva alors son regard émeraude vers une magnifique barde qui jouait du luth divinement bien. Sa tignasse rousse était également tressée soigneusement et elle s'était revêtue d'une belle robe, parée d'un collier argenté. Maeva ne put alors s'empêcher de jeter un coup d'oeil à Ambiorix et elle sentit son cœur se serré de jalousie. Elle connaissait ce regard, cet œil bleu brillant de désir. Combien de fois elle avait subit ses infidélités sans se plaindre et pardonnant à chaque fois qu'il revenait vers elle. Le beau visage de Maeva se crispa et elle baissa les yeux, sans remarquer que quelqu'un dans la salle la fixait avec attention...

***


Dieu qu'il avait eu de la difficulté à détourner ses yeux d'Alana. L'espion s'était figé de ravissement en la voyant entrer dans ses plus beaux atours. Tout en elle était beauté et grâce, jusqu'à ses doigts fins qui vinrent vérifier son instrument qui ne la quittait jamais. Il avait bien faillit délaissé sa conversation avec une serveuse pour rejoindre la jeune femme et la complimenter, mais il avait décidé de rester à sa place, ne voulant pas déconcentrer sa complice. Avec amertume, il souvint alors de leur dernière conversation où elle avait encore répliqué une parole cinglante. Il avait serré la dent quand elle l'avait rétrogradé au rang de cet aubergiste puant. Serrant les poings, il avait répliqué:

-Je ne suis pas le genre d'homme à abuser d'une femme contre son gré....surtout une femme qui sait à moitié se défendre. 



Et ce fut sur cette dernière parole qu'il s'était éclipsé, la rage au cœur. Heureusement, l'expérience lui avait appris à taire ses émotions et à faire preuve d'un sang-froid exemplaire peu importe les circonstances. Or, la présence d'Alana était une épreuve bien plus grande qu'il aurait pu l'imaginé...cette petite arrogante l'avait envouté à un tel point qu'il avait oublié pendant cet instant magique l'importance de sa mission. Il aurait passé sa nuit entière à  la contempler, la savourer du regard.

Par les Dieux! Pourquoi lui envoyer une telle femme sur sa route? Avant que la musique ne possède son être, il prit sur lui pour river son attention vers la table royal afin de trouver un moyen pour approcher le roi en toute discrétion. C'est là qu'il avait remarqué le regard de la belle brunette sur Ambiorix puis sur Alana. L'inconnue était un livre ouvert et c'était facile de discerner la tristesse et la jalousie sur son beau visage. Il vit alors le roi se penché à son oreille et lui murmurer quelque chose. La jeune femme se tendit un peu plus, mais  elle acquiesça à contre cœur. En cet instant, tout était silencieux, seule la musique d'Alana emplissait l'air et personne ne bougeait, pas même lui. Bryan ferma alors les yeux et il soupira profondément, se laissant bercer par cette symphonie digne de Lug lui-même. La musique cessa doucement et après un profond silence, l'assemblée applaudit d'admiration, ce qui fit sourire Bryan. C'est alors que la voix d'Ambiorix s'éleva, grave et imposante à l'adresse de la barde:

-Demoiselle, votre beauté n'a d'égale que votre talent.  Comment vous appelez-vous? À la réponse de la rouquine, le sourire du roi s'élargit. Alana, je vous prie de nous jouer encore de votre magnifique musique et après, venez vous assoir à mes côtés. Je tiens à en savoir plus sur vous. 


Ambiorix eut un sourire charmant, le rendant très séduisant, tandis que Bryan s'assombrit de jalousie. Celui-ci s'était attendu à ce qu'Alana charme son public, mais pas à ce point. Il vit alors la jeune femme au côté du roi se lever et s'éclipser tandis que la musique reprit. Ne perdant pas de temps, l'espion réussit à rattraper l'amante du roi et l'arrêtant, il croisa son regard vert en murmurant:

-Pardon,ma dame, mais j'aurais besoin d'approcher sa majesté. Je me nomme Bryan Ludhael et j'ai un message très important de la part du Roi Vercingétorix. 



Devant ce bel homme, Maeva écarquilla légèrement les yeux, brillant de larmes d'humiliation. Elle ne voulait plus rien savoir du roi, mais visiblement ce messager la forçait à ravaler sa fierté bafouillée. D'un profond soupir, elle jeta un coup d'oeil à Ambiorix qui applaudit une seconde fois Alana et l'invita d'un geste de la main à s'asseoir à la place de Maeva. Une envie de vengeance la submergea soudain et plongeant dans le regard ambré qui la dévisageait, elle prit le bras de Bryan en disant:

- Le premier grand amour du Roi c'est la guerre. Je puis vous assurez qu'il vous écoutera. Venez!


***



-Je suis très surpris de n'avoir jamais entendu parlez de vous, Alana! Vous êtes aussi talentueuse que notre cher barde Bran de Guillerm! Mais j'en suis convaincu que vous deviendrez tout aussi connue, sinon plus que lui.Complimenta le roi en portant à ses lèvres un verre de cervoise.
Il fit alors signe à une serveuse de remplir le verre de l'Irlandaise devant laquelle on avait déposé une assiette remplit de viandes délicieuse. C'est à cet instant que Maeva fit son apparition pour l'informer qu'un messager voulait lui parler. Fronçant les sourcils, le roi croisa le regard ambré de Bryan qui se tenait proche de la guérisseuse. Les cheveux noirs détachés, l'homme était vêtu d'un bel habit noir dont le collet était orné d'une fourrure de loup. Par sa grandeur et sa musculature, il en imposait autant que lui et cela vint à la fois fasciné et agacé le roi qu'il n'aimait guère qu'il se tienne proche de sa maitresse.
 
-Qui es-tu? Demanda alors le roi en le scrutant intensément. Soutenant ses yeux, Bryan répondit avec sérieux:
-Bryan Ludhael, votre majesté. Je viens de la part d'un de vos alliés, mon roi Vercingétorix.
-Je vois...Répondit Ambiorix après un court silence. Comprenant le regard attendu de Bryan, Ambiorix se leva en disant à la barde: Je vous reviens, Alana. Profitez-bien de la nourriture ainsi que du spectacle qui s'annonce. Vous ne serez pas déçu. 
Disant cela, Ambiorix fit un sourire charmeur à la barde puis il fit signe au messager de le suivre. Bryan acquiesça et avant de suivre le souverain, il se tourna vers l'Irlandaise en murmura courtoisement:

- J'espère pouvoir vous parlez tout à l'heure, ma dame. 


Sur cette courte phrase, il sourit doucement à la belle musicienne avant de s'éclipser à son tour. Maeva suivit les deux hommes du regard puis elle tourna son attention vers Alana. Refoulant ses larmes, la guérisseuse vint s'asseoir à une place qui s'était libérée et se servant un verre, la Belge affirma tristement:

-J'ignore qui est ce Bryan, mais il semble vous portez dans son cœur. Je voudrais que le roi me regarde encore ainsi...

_________________
avatar
Bryan Ludhael

Messages : 68
Date d'inscription : 26/01/2018

Attributs
Réputation: Aventurier
Faction: La Confrérie des ombres
Divinité: Nuada

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Alana O'Connor le Ven 15 Juin - 15:07


 

"Le roi lui demanda un bis, après son nom. Elle était épuisée et aurait préféré aller se reposer. Sa prestation exceptionnelle demandait une grande concentration et une dépense d'énergie assez conséquente. La jeune femme savait qu'elle ne pourrait plus réitérer ce genre de qualité avant plusieurs jours au moins. Elle n'avait cependant pas tout à fait conscience de l'effet qu'elle faisait. Elle oubliait tout quand elle jouait de cette façon. Le public, le décor, même les éventuels bruits ambiants. Elle aurait pu être seule au monde à ce moment là. Mais bien sûr, elle ne l'était pas.

Ainsi, la rousse se retrouva bombardée, au moins quelques instants, au centre de toutes les attentions quand le souverain l'invita à sa table. Bizarrement, les compliments du chef suprême de la ville l'agacèrent plus qu'ils ne la génèrent, mais elle n'osa pas répliquer vertement comme elle l'aurait fait dans d'autres circonstances. Elle brûlait juste de demander s'il savait où était le barde dont il parlait, ce fameux Bran dont elle espérait qu'il soit bien son père. L'irlandaise avait cet espoir même si elle essayait de se raisonner en se disant qu'il n'y avait sans doute pas qu'un seul barde de ce nom.

Mais le roi la mettait vraiment mal à l'aise et Alana fut soulagée quand il sortit avec la femme qui était à coté de lui à la table. La rousse balança un moment sur la possibilité de partir tout de suite mais elle avait faim et le plat sentait bon. Elle se laissa tenter à dévorer un peu de sanglier rôti tout en se disant qu'il ne fallait pas qu'elle traîne là. Maintenant, elle était seule et c'était le bon moment pour s'éclipser discrètement. Malheureusement, l'amie du souverain ne tarda pas à revenir, soupirant qu'elle aurait bien aimé que son monarque la regarde comme Bryan la scrutait. La barde fut plutôt surprise et se tourna vers Maeva.

«Bryan? Je ne comprends pas trop ce que tu veux dire. Bref, je ne sais pas ce que me veux Ambiorix mais je n'ai pas l'intention de le découvrir. Je vais partir, ne vous en faites pas.
Au fait, savez vous où je pourrais trouver le barde, le fameux Bran de Guillerm?»

Que la jeune femme le sache ou pas, l'irlandaise n'avait pas l'intention de rester plus. Elle commençait à étouffer dans cette ambiance qu'elle trouvait de plus en plus délétère. Elle voulait parler avec l'homme qui l'avait accompagner jusqu'ici, mais pas dans ce lieu. Plus elle y restait, plus elle le détestait. Que la femme qui partageait le siège d'honneur à coté du souverain lui réponde ou non ou même qu'elle essaye de la retenir, elle partirait.

Quelques minutes après, elle sortait du bâtiment et s'éloigna. Non, pas en courant, mais en pensée, elle aurait bien aimer le faire. Les parole de Maeva l'avaient troublé plus qu'elle n'avait voulu l'avouer. Il fallait vraiment qu'elle parle avec le guerrier. Elle s’installa sur un muret près du chemin qui descendait du tertre ou était la grande hutte royale. Au moins, elle ne pourrait pas le louper quand il ressortirait. Elle l’attendrait autant de temps que nécessaire, elle n'avait pas peur de la nuit.
"
avatar
Alana O'Connor

Messages : 41
Date d'inscription : 07/02/2018
Age : 46

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction:
Divinité:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on arrive en ville [Bryan]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum