Derniers sujets
» An Ceoltòir (PV Alana)
Hier à 22:00 par Bryan Ludhael

» Les rituels magiques
Hier à 11:00 par Myrddin

» Les incantations
Hier à 10:50 par Myrddin

» Votez pour Celtes! (Février 2018)
Hier à 9:52 par Bryan Ludhael

» Pause musicale!
Lun 19 Fév - 17:34 par Bryan Ludhael

» Le lancer de dés
Sam 17 Fév - 20:27 par Admin


Scénario I: Imbolc

Aller en bas

Scénario I: Imbolc

Message  Admin le Mer 31 Jan - 18:59


Début: 1 février 2018, minuit.
Fin: 15 février 2018, minuit.
Temps de réponse: 72 heures entre les relances.
Tours: il n'y pas d'ordre établi.
Bon jeu à tous !



Une atmosphère de fête règne dans le camp d'Arthus, ville fortifiée s’étendant sur près d’une centaine d’hectares.  Les milliers de personnes qui y vivent sont sereins et en ce jour de fête, ils ne craignent pas une attaque des Romains. Non seulement  leur oppidum est le mieux protégé de l’Armorique, mais nombreux guerriers armoricains veillent sur les citoyens, ainsi que l’armée des Belges. En effet, le roi Ambiorix s’est déplacé avec ses hommes pour fêter l’Imbolc,  choix à la fois religieux, politique et militaire.  Sa présence est aussi un symbole pour les Armoricains qui sont ravis de recevoir un tel héros dans leur ville.  En ce temps de guerre,  cela vint raviver leur courage et leur espoir.

Or, des centaines de voyageurs arrivent  au cœur du site pour franchir la monumentale porte en chêne menant à un très grand bâtiment circulaire. Là se dérouleront les festivités. La nuit tombe et déjà, des immenses feux sont allumés ici et là pour célébrer la Déesse Brigit. Protectrice des artisans et des poètes, elle est la déesse mère, celle qui veille aussi sur les producteurs agricoles. En son honneur, de nombreuses femmes portent des robes blanches, leurs têtes sont couronnées de perces neiges, et elles distribuent du lait de brebis au miel  aux habitants qui reviennent de leurs prières.  L’air sent l’encens et la fumée provenant des feux, le tout vient réchauffer les festifs.

Les cœurs sont en joie, Imbolc est l’occasion de renaitre et de se purifier de l’ancienne année. C’est la promesse que l’hiver touche à sa fin et que bientôt le printemps  viendra avec les premiers rayons de soleil.  Plusieurs voient en cette célébration l’occasion de se régénérer et de se purifier, autant corps et âme. Nombreux habitants et voyageurs sont allés se laver dans la rivière d’argent juste avant que les rituels sacrés débutent.  Des chants, des poèmes et de la musique se font entendre de toute part, les gens dansent et mangent, tout en rendant grâce à Brigit, espérant secrètement la rencontrer. Seules des âmes courageuses et pures seront dignes de la recevoir  dans leurs demeures.

Progressivement, le silence s’installe dans le bâtiment où la foule s’est rassemblée, la musique s’estompe, une ambiance mystique s’installe…un cercle d’une trentaine de femmes s’avance alors au centre de l’immense pièce, tous les regards sont rivés vers elles. Vêtues légèrement, elles se mettent à chanter et à danser de façon envoutante, partageant leurs rites qu’habituellement elles gardent secrets.  Cela dure un long moment, tous gardent un silence respectueux, puis lentement, des hommes s’avancent vers elles.

À leur tête, le roi Ambiorix en personne. Grand, musclé et blond de cheveux, il porte de vêtements sobres et simples.  Avec humilité, il entre dans le cercle, tout comme les autres hommes qui le suivent, pour venir déposer leurs offrandes aux pieds d’une statue représentant la déesse.  Un autre silence se fait et un chant harmonieux  s’élève provenant des prêtresses et des druides.   Au même instant, d'immenses buchers se font allumer à l’extérieur par des hommes attitrés, signe que la fête d’Imbolc  est officiellement ouverte. Jusqu’à la prochaine nuit, cela  ne sera que baignades, danses, chants, banquets et unions…enfin, si tout se passe comme prévu…

Hrp : Je vous laisse prendre place. Rendez-vous dans trois jours pour la suite.


Dernière édition par Admin le Jeu 1 Fév - 21:47, édité 2 fois

_________________




Sans la nature, nous ne pourrions vivre...
avatar
Admin
Admin

Messages : 237
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 28

Attributs
Réputation: Mythe
Faction: Aucune
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur http://celtesagedufer.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Myrddin le Jeu 1 Fév - 18:17

-Oh, mais cet âne est lent comme ma vieille mère! Maugréa Myrddin en mâchouillant un brin d'herbe tandis qu'il s'empressa à faire avancer le mulet qu'il avait acheté à la hâte pour se rendre à la célébration. À présent, non seulement cette tête de mule trainait le pas,mais en plus, une foule  leur barrait la route.


Le vieux druide plissa les yeux, tout en bougeant étrangement de la tête pour tasser ses plumes de pigeons qui lui chatouillaient le nez. Décidément, son costume d'oiseau improvisé n'était pas le plus beau, ni le plus gracieux, à comparer à ses magnifiques jeunes filles qui venaient de passer déguiser en la déesse Brigit...Ah...s'il n'était pas si vieux, et surtout si amouraché de sa Vivianne! Il jeta un coup d'oeil envieux à Dominus, puis il se tourna vers les chiens qu'ils transportaient derrière le charriot.

-Eh bien, mes amis, votre maitre est bien chanceux d'être aussi jeune et fringant! Il risque de se faire harceler par maintes demoiselles, ce soir.

Myrddin lança un regard railleur au grand guerrier, puis d'un oh autoritaire, il empressa sa tête de mule d'avancer, ce qui n'était guère facile, car il semblait avoir de plus en plus de monde qui se dirigeait au cœur du camp d'Arthus.

-Non, mais oh! Faites place, par Taranis! C'est manquer de respect à un druide suprême! Râla un peu en colère Myrddin qui lança un regard noir à une famille qui leur barrait la route.

Un enfant éclata de rire et d'un doigt, il s'écria:

-Regarde, maman! Le vieux druide est un drôle d'oiseau!
-Oh, Killian! Ne dit pas une telle chose! Il faut respecter les druides. Gronda sa mère  tout en jetant un coup d'oeil désolé, même si l'accoutrement  de Myrddin était plus drôle qu'autre chose. Le druide fou marmonna un ça va, ça va, et non sans une certaine impatience, il les empressa à se tasser pour faufiler son chariot dans l'assemblée. À présent rendu à la monumentale porte en chêne, le druide soupira de soulagement et il débarqua enfin tout en incitant à Dominus et aux chiens de faire de même.


-Bien! Nous sommes rendus!
Il sentit soudain quelque chose lui renifler le derrière, Myrddin eut un petit sursaut de surprise en voyant que c'était Tigris. Pas d'humeur, il souffla: Non, mais ce chien va m'arracher ma queue de pigeon! Argh... Je manque totalement de crédibilité! Et si le roi Ambiorix me voyait...non, non, c'est mieux qu'il ne me voit pas ainsi. Allons, compagnon, entrons. Ce soir, je m'abstiens de tous rituels, je me suis suffisamment lavé dans le Miroir aux fées avec Vivianne!


Se souvenant qu'ils ne s'étaient pas seulement baignés, Myrddin eut un petit sourire attendrit et il suivit les Celtes se dirigeants dans le grand bâtiment circulaire. Cela faisait longtemps que le vieux druide avait vu autant de tribus diverses. C'était très touchant, tout comme les rituels de la soirée. Les voix des jeunes femmes semblaient provenir de l'Au-delà, où tout était beau et parfait...


Myrddin en eut les larmes aux yeux et il ressentit aussi une fierté secrète d’apercevoir Ambiorix. C'est homme était digne d'être roi, toute sa prestance en témoignait. Il avait presque envie de devenir son conseillé, mais il se doutait qu'un druide avait déjà cette fonction. Mieux valait que Myrddin veille sur la forêt de Bréchéliant. Là était sa place. Enfin, ce n'était pas l'heure d'être nostalgique, il avait du lait de brebis au miel à boire. Une femme passa par là, il prit une choppe et la levant en direction de Dominus, il s'exclama:


-À la déesse Brigit, compagnon!


Dernière édition par Myrddin le Dim 11 Fév - 12:16, édité 1 fois

_________________

avatar
Myrddin

Messages : 152
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Maeva le Jeu 1 Fév - 20:53

hrp: Petite modification. Vous pouvez répondre dans l'ordre que vous voulez afin que nul ne soit retardé si l'un de nous a un empêchement durant le scénario.Dès samedi, il y aura la deuxième relance, à minuit.  Wink


Maeva n'avait pas eu le temps pour elle depuis son arrivée en Armorique. Accompagnant le roi comme sa guérisseuse attitrée, elle l'avait suivit un peu partout en Gaule, puis maintenant ici, dans ce vaste pays empreint de mystère et de beauté. Tellement de légendes circulaient parmi les armoricains, qui semblaient bien plus rêveurs que l'étaient les gaulois.
 

Bien sûr, elle croyait aux fées, mais jamais elle en n'avait vu, ni aucunes autres créatures mythiques. Pour elle, c'était un véritable mystère qui la fascinait, mais la rendait aussi sceptique.Toujours aussi discrète, Maeva gardait pour elle ses doutes, consciente que cela faisait parti de la croyance locale. Elle n'était pas venue ici pour offenser qui que ce soit. Déjà, elle voyageait et dormait auprès d'une légende bien en chair, ce qui la comblait de joie. Son cœur était auprès d'Ambiorix et même si elle savait que cette relation n'allait sûrement pas durer, elle voulait profiter du moment présent, avec lui. Oui, la dame blanche était amoureuse, le roi était si tendre et si protecteur à son égard. Qu'est-ce qu'elle pouvait demandée de plus? La fidélité?


Oh certes, les bruits couraient qu'il fréquentait d'autres femmes, mais il était roi, alors elle ne pouvait se permettre de faire des crises de jalousie, mais se contenter de ce qu'il lui offrait. Le regard émeraude de la Belge se riva vers Ambiorix qui conversait avec plusieurs chefs celtes au centre de l'immense pièce. Les sujets étaient très sérieux, surtout traitant des Romains et des attaques qui avaient eu lieu en Armorique et en Gaule. Maeva écouta avec attention, même si sa place n'était pas en ce lieu, enfin pas tout de suite...


Elle était venue leur apporter du lait de brebis au miel et des crêpes pour les rassasiés. C'est alors que le regard bleu du roi croisa le sien,ses lèvres charnues esquissèrent un doux sourire, mais son expression se fit ferme. Comprenant, la dame blanche acquiesça de la tête et elle sortit d'une démarche gracieuse pour accueillir les nouveaux arrivants. Plusieurs étaient venus de loin, c'était impressionnant ce nombre de gens, un peu étouffant même...elle était loin de sa maison dans la forêt d'Ardenne, où tout était quiétude et paix. Enfin, Maeva ne voulait pas décevoir le roi par son attitude réservée, alors la guérisseuse prit sur elle pour proposer du lait et des crêpes avec d'autres femmes. Sa chevelure brune tressée de perces neiges, Maeva avait revêtu une robe longue, couleur aigue-marine, qui lui donnait l'allure d'une fée. Elle était en effet de toute beauté, à un tel point, qu'Ambiorix avait eu du mal à la laisser s'éclipser, mais son devoir primait sur ses amours.

-Non, mais oh! Faites place, par Taranis! C'est manquer de respect à un druide suprême!

À cette voix fourbue de vieil homme effarouché, Maeva ne put s'empêcher de tourner ses yeux émeraudes vers un étrange druide déguisé en...pigeon? Eh bien, il y en avait qui ne savait point se costumer. Sur cette pensée railleuse, elle rivait alors son attention sur quelqu'un dans la foule qu'elle reconnue aussitôt. Un large sourire éclaira son beau visage féminin et sans hésité, la jeune femme alla rejoindre son ami.

-Cleden! Comme je suis heureuse que tu sois venu!

Sur cette exclamation de joie, la dame blanche vint étreindre l'agriculteur qui leur avait demandé secours quelques semaines plus tôt. Sans trop faire attention, des gens vinrent un peu les bousculer, faisant en sorte que Maeva se retrouva malencontreusement très serrée contre le gaulois, ses joues pâles rougirent légèrement.

-Pardon...c'est qu'il y a beaucoup de monde. Ils sont tous venus pour voir Am...le roi. Maeva eut un rictus timide, puis elle recula un peu pour retrouver une distance respectable. Soutenant ses yeux verts, plus clairs que les siens, la dame blanche lui prit doucement le bras en disant:


-Viens, je crois qu'à présent l'on peut entrer. La cérémonie d'ouverture va bientôt commencer. As-tu fait bon voyage depuis ta ferme? Au moins, ce n'est pas aussi loin que la forêt d'Ardenne!


Bienveillant, la belle l'écouta avec attention tout en suivant la foule se diriger à l'intérieur du bâtiment. Après un certain temps, les voix firent silence, les rituels commencèrent et une atmosphère mystique fit frisonner de plaisir Maeva. En cet instant, elle ne put détachée ses yeux d'Ambiorix, son cœur battit la chamade. Elle aurait pu rester là éternellement à le dévorer du regard, elle qui s'était entièrement offerte. Elle entendit alors des voix à l'extérieur, la chaleur  fit un peu plus rougir ses joues de nacre. Il était à présent temps de sortir pour le défilement, mais voyant le roi discutant à nouveau avec de hauts dirigeants armoricains, Maeva eut un soupir résigné et elle tourna son attention vers son compagnon.


-J'en suis sûr que tout à l'heure, il sera heureux de te saluer. En attendant, qu'en pense-tu d'aller participer  à la procession  de mannequins de pailles? Ils ont allumé de grands feux et des danses sont prévues! Avec un tel costume, tu vas faire sensation!

_________________
avatar
Maeva

Messages : 40
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: Les Dames Blanches
Divinité: Diancecht

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Cleden Le Bras le Ven 2 Fév - 11:41

L'Armorique, le pays natal de Cleden. Un magnifique pays, arborant fièrement leurs origines, les armoricains sont un peuples braves et productifs, malgré les beuveries, ceux-ci restent mystérieux, il y a même quelque chose de mystique. Retrouvant son territoire, sa ferme et sa femme, notre ami revenant de la forêt d'Ardenne, ayant fait quelques bonnes rencontres et bravant le danger avec moins de courage qu'il aurait voulu en avoir face au Roi Ambiorix et à sa jolie conquête l'accompagnant dans ses périls à ce qu'il semble, se nommant Maeva, une guérisseuse d'un grand talent, qui possède une concentration sans faille. De toutes les femmes qu'il a rencontré celle-ci l'attire au plus haut point, pas pour ces atouts féminins mais plutôt par son mysticisme envoûtant et sa magnificence à être au côté du Roi, guerrier héros celte, grand représentant du peuple celte. Reprenons donc. Plusieurs jours passent et Cleden était donc arrivé à destination, après plusieurs campements établis dans la forêt pour rejoindre sa demeure, il retourna directement au travail, embrassant sa femme qui dirigeait correctement son domaine via une main de fer et une sollicitation de tout les instants.

Cleden se précipite donc vers ses outils, sa faucille, sa faux, utilisant sa roue à aiguiser, marchant dans ses champs avec un grand sourire montrant sa liberté, retournant la terre pour la venu de la saison du printemps. Nourrissant les poules, par les grains récupérer et entretenu depuis le grenier de bois de la ferme, il ne pense plus à rien, continuant de s'acharner au travail, comme pour rattraper le temps perdu, alors que sa femme avait fait le dur labeur. Soudain, sa femme sortant de la ferme après avoir soigneusement nettoyé celle-ci, cria qu'un pigeon était arrivé et qu'un message était adressé à son mari. Cleden ne pouvant s'empêcher de travailler, laissera celle-ci ouvrir cette missive, s'approchant de son mari, transpirant et haletant lentement suivant le rythme des coups d'outils entrant brusquement dans la terre labourant une grande partie du champ, écoutant la belle et douce voix de sa dulcinée. C'est une lettre de Maeva. C'est alors que notre agriculteur se rendit immédiatement à sa ferme pour ranger ses précieux outils, se mit à découvrir la paille de son grenier, sortit des cordelettes et commença un travail d’orfèvre pour recréer un corbeau. Il entreprit donc de créer un déguisement digne de ce nom, se faisant aider par celle qui l'aime, il n'hésite pas sur les moyens disponibles, mettant de grandes tailles de pailles séchées autour de sa tenue de lin qu'il aura changé au préalable, de haut en bas, après avoir transpiré tel un cochon dans une grange en plein été.

S'éternisant sur la fabrication de son costume pour le fête d'Imbolc, Cleden souhaite que celui-ci soit parfait et désire une réalisation parfaite de celui-ci, espérant une récompense pour cet ouvrage si longue et éprouvante à matérialiser. Après quelques heures de boulot, la femme de Cleden stupéfaite de l'accomplissement, lâchant un sourire plus qu'émerveillé apercevant l’œuvre commise par son homme. C'est alors que l'heure fût venu de partir pour cette fête qui s'annonce grandiose. Se relâchant complètement dans son déguisement aussi réaliste qu'impressionnant, montant dans une charrette en direction de Huelgoat, le camp d'Arthus. Arrivant en bas du camp, Cleden ne su retenir son excitation, pressé d'aller boire une bonne cervoise et s'amuser avec son peuple si heureux de venir fêter. Il descendit du chariot, laissant partir l'homme qui l'avait gentiment amené à bord de celui-ci.

Parlons de son costume, a vrai dire, tout était très bien travaillé, la paille recourbée, attaché par des petites cordelettes soigneusement serré, le long de ses bras, de ses jambes, de son torse et de son dos, venant jusqu'en haut de sa tête pour former un début de tête d'oiseau. Le bec fabriqué dans un morceau de bois ramassé dans une forêt non loin de son exploitation agricole, ne tiens que par une plus grosse corde et soutenu par la paille formant le début de la tête et des morceaux de cuirs luisants pour les yeux. Tout cela descend jusqu'en bas des mollets de notre ami, qui semble être épié de toute part. Un costume d'oiseau, ressemblant fortement à un corbeau.. Tout ceci l'importe peu, ce qu'il veut, c'est de voir ses amis et il ne tardera pas à en croiser, malgré l’afflux constant de peuplades, de familles se rassemblant près du camp. Cleden marche lentement vers l'entrée du camp, laissant exhiber son costume, espérant qu'il fasse sensation dans la populace. Abordant les énormes portes, entends les gens se plaindre, ainsi qu'un vieille homme, un druide qui apparemment laisse à penser qu'il possède une grande expérience et une bonne réputation.


- Non, mais oh! Faites place, par Taranis! C'est manquer de respect à un druide suprême!

Il entendit une voix douce, la reconnaissant il se retourna sourire aux lèvres, écoutant en ce même temps la musique produite par les bardes, hommes et femmes, dansant autour d'un feu.

- Cleden! Comme je suis heureuse que tu sois venu!

Toujours souriant, Cleden s'approcha de Maeva, ne pouvant pas s'empêcher d'essayer de pousser la foule pour rejoindre son amie, ne s'appuyant sur rien, nos amis se retrouveront rapidement entouré, presque écrasé, l'un sur l'autre.

- Moi au..ssi, héhé, on est un peu entassé là.

Gêné, Cleden fera quelques pas en arrière, quand cela sera possible, pour reprendre une distance approprié envers son amie qu'il apprécie tout particulièrement depuis sa rencontre dans la forêt d'Ardenne.

- Pardon... C'est qu'il y a beaucoup de monde. Ils sont tous venus pour voir Am... le roi.

Cleden remarquera le rougissement des joues de son humble amie, tenant ses beaux yeux qu'ils abaisseras sans hésiter pour éviter toute confusion dans son esprit. Les secondes passent et Maeva lui prend le bras, tirant notre jeune celte vers l'intérieur d'un bâtiment, ne disant pas un mot.

- Viens je crois qu'à présent l'on peut entrer. La cérémonie d'ouverture va bientôt commencer. As-tu fait bon voyage depuis ta ferme? Au moins, ce n'est pas aussi loin que la forêt d'Ardenne!

Cleden se plaça à côté de Maeva, croisant les bras, toujours costumé de haut en bas, celui lui tenait extrêmement chaud, il sentait qu'il allais devoir le retirer dans peu de temps, histoire de ne pas sentir comme les entraîneurs à la sortie des entraînements. Notre celte répondit avant les hostilités.

- Eh bien, j'ai eu quelques problèmes pour rentrer. Deux jours pour rentrer, malheureusement, je ne suis pas un bon pisteur. Malgré tout j'ai gardé la tête froide.


Cleden fût en admiration, au vu de la situation, le commencement des rituels établissent le silence dans cette énorme rassemblement. Une atmosphère mystique règne alors, faisant frissonné et hérissé les poils des bras du jeune celte et sûrement des autres personnes réunis ici. Procédant à l'écoute des rites druidiques et des danses et chants, le producteur ne pu s'empêcher de remarquer les regards que pose Maeva sur le Roi Ambiorix, celui-ci n'étant pas jaloux, n'en était que plus heureux et penser fortement que cette fête pourrait être très festive. Peu après ceux-ci terminés, les gens sortirent pour assister au défiler organisé, Cleden se sentit excité de marcher au milieu de tous pour montrer son travail de quelques heures.

-J'en suis sûr que tout à l'heure, il sera heureux de te saluer. En attendant, qu'en pense-tu d'aller participer  à la procession  de mannequins de pailles? Ils ont allumé de grands feux et des danses sont prévues! Avec un tel costume, tu vas faire sensation!


Cleden ressent ce que le costume fait ressentir aux publics, un corbeau représenté, c'est une bonne chose pour lui et pense que son travail ne sera que récompensé par les rires, les applaudissements et les commentaires plus ou moins positifs des personnes observant ce beau défilement. Marchant doucement, suivant les autres petit à petit, il a chaud, très chaud, de plus en plus chaud, il commence à transpirer et ressent le besoin de le retirer, mais pense que le moment n'est pas encore venu pour lui de s’exécuter. Il se rapprochera doucement d'un feu de joie, prenant soin de ne pas s'approcher aussi près, pour ne pas prendre feu, tel une torche dans de l'huile...

_________________
Neb na oar
A gavo da zeski.


"Qui ne sait
Aura l'occasion de s'instruire."
avatar
Cleden Le Bras

Messages : 18
Date d'inscription : 30/01/2018
Localisation : Dans sa ferme, près de Corbilo

Attributs
Réputation: Méconnu
Faction: La Meute
Divinité: Lug

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Dominus Canis le Ven 2 Fév - 20:05

Une heure avant le voyage avec Myrddin


Dominus avait rendez-vous avec Myrddin pour une fête en l'honneur de Brigit, il fallait se déguiser et il devait servir de protecteur au vieux druide ! Pour le déguisement il fut simple à trouver : celui qu'il devait porter sous le joug de son maître romain ! Un crâne de tête de chien recouvert de peau, retenue par des liens sur les bord de l'os là où se trouvait la calotte crânienne. Posée sur sa tête,  une tête de chien avec une crinière de fourrure grise, Dominus avait fait un travail assez réaliste, on aurait dit une vraie tête de chien, sauf que le bas de la mâchoire était ouverte malgré la lanière de cuir qui retenait les ossements pour qu'ils soient mobiles. Il avait fait des gants avec des pattes avant munies de griffes qui ressortaient quand on fermait le poing. Des bottes en peaux de chiens il avait déjà ! Tout comme sa cape en peau des molosses du germain ! Il coinça son casque sous la peau  de chien, les pointes faisant ressortirent les oreilles de l'animal Il posa l'ensemble sur sa tête en faisant retomber la crinière grise sur ses épaules et son dos. 

Il se regarda dans son reflet sur un miroir emprunté à centurion en garnison en armorique, il était quand même effrayant ce chien humanoïde qui pouvais ouvrir et fermer la bouche quand Dominus faisait de même ! Le limier des chasses romaines qu'il avait été semblait renaitre de nouveau ! Il prit ses armes et siffla le rassemblement ! Les petits frères étaient là dehors devant sa hutte à attendre le signal de départ.

" Taurus ! En route ! Allons retrouver le druide sur la route pour la fête ! "

Sans un cri, les chiens se dispersèrent dans les bois, Dominus sourit sous son masque de chien et entrepris de les suivre au pas de course !
avatar
Dominus Canis

Messages : 88
Date d'inscription : 03/11/2017
Age : 45
Localisation : Bretagne/Ille et Vilaine

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Meute
Divinité: Cernunnos

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Admin le Sam 3 Fév - 17:28





En cette nuit sans lune, les  chants et les danses emplissaient l’air. Le défilé se passa sans encombre jusqu’aux immenses feux où d’un cri d’excitation le peuple lança les mannequins de pailles dans les flammes, geste symbolique représentant la déesse Brigit qui brille par sa lumière et sa fécondité. Bien que cette fête fût aussi  le signal du retour aux champs, en cette nuit, les gens ne pensaient qu’à célébrer et à converser de leurs  nouvelles résolutions.  Sans oublier tous ces magnifiques costumes qui se pavanaient ici et là… fées, déesses, dieux, et même, il y en a qui avait opté pour une originalité certaine. À l’exemple d’un chien impressionnant, d’un pigeon difforme ainsi qu’un corbeau reluisant…d’ailleurs,  celui-ci commença à prendre feu…


Tel fut le premier imprévu de ces festivités, mais un second balaya l’incident. Chaque année, il était coutume au camp d’Arthus qu’il y est des jeunes femmes vierges qui fassent une danse devant l’assemblée. C’était une tradition symbolisant la pureté, mais aussi l’occasion aux jeunes célibataires d’admirer ce qui pourrait être leurs futures épouses. Il n’était pas rare que plusieurs couples se mariassent  quelque temps après, durant le mois du cerf, à la Lugnasad. 


Or, ces danseuses tant attendues tardaient à se présenter. L’œil attentif ne pouvait ignorer l’anxiété qui semblait s’être emparée des prêtresses responsables de la chasteté de leurs ouailles. Ce ne fut pas long que des rumeurs circulassent parmi  les festifs. Il semblait que l’une de ces jeunes vierges avait disparu.  Les prêtresses et les autres jeunes filles l’avaient cherché partout dans le camp, mais nulle trace de la brunette.  Un barde affirma alors qu’il avait aperçu une jeune fille se baigner seule dans la rivière d’argent; il avait rarement vu pareille beauté. Il était resté quelques instants à la contempler puis il était retourné au camp pour jouer de la harpe.


Plusieurs ne s’alarmèrent point, prétendant que la jouvencelle avait surement trouvé un amant et elle batifolait, mais les prêtresses, la connaissant, savaient que sa disparition n’était pas normale. Elles devaient la retrouver, mais les druidesses ne veuillent pas sortir du camp, surtout à cette heure. Malgré le nombre de guerriers dans l’Oppidum, des éclaireurs ont affirmé avoir aperçu une patrouille romaine dans la forêt, sans oublier toutes les autres créatures qui pourraient les attaquer. En plus, rien n’était sûr que la vierge se trouve dans les bois, mais des traces de cheval ont été repérées proche de la rivière, menant vers la forêt, ainsi qu’une couronne de fleurs sur l’herbe. La sienne…il n’y a plus de doute! Quelqu’un a enlevé la jeune vierge! Qui seront les courageux qui iront la sauver?



Hrp : Vous avez donc le choix. Restez pour fêter ou vous aventurez ensembles dans la forêt à la recherche de la vierge. Si vous faites ce choix, restez grouper. Prochaine relance, le 6 février, en soirée. Bonne chance!  pirat

_________________




Sans la nature, nous ne pourrions vivre...
avatar
Admin
Admin

Messages : 237
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 28

Attributs
Réputation: Mythe
Faction: Aucune
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur http://celtesagedufer.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Myrddin le Lun 5 Fév - 17:05

-À la déesse Brigit, compagnon! S'était exclamé Myrddin en levant son verre à l'adresse du grand guerrier qui l'accompagnait.Il eut un sourire cordiale envers Dominus puis il but d'un trait  son lait de brebis au miel, ce qui l'hydrata considérablement. Cela faisait grand bien, surtout qu'il mourrait de chaleur sous son costume fait de plumes, de pailles et d'épais tissus. Il eut soudain des rires gras provenant de l'extérieur, des hommes entrèrent pour aller se chercher à boire en s'exclamant:

- Je crois qu'il tenait vraiment à aller rejoindre la déesse, celui-là!
-Un vrai feu follet!
-Plutôt un poulet grillé! Rien à voir avec la belle qui a disparu proche de la rivière! Le barde prétend que c'était toute une beauté. C'est elle qui risque de m'enflammer si je la croise!
-Ahaha! Et moi donc! S'exclama en armoricain l'un de deux inconnus, déguisés en sanglier, qui passa proche de Myrddin et de son compagnon. Le vieux druide leva alors un sourcil touffu intrigué par cette étrange histoire. Une femme avait disparu? Eh bien, voilà quelque chose qui suscitait son intérêt et qui le changerait d'air. Une lueur déterminée fit briller son regard bleu, il riva son attention vers le chef de la meute en s'exclamant:

-Dominus! Voilà une disparition qui m'intrigue au plus au point! Qu'en dis-tu qu'on aille y jeter un coup d'oeil? De toute façon, je n'ai pas envie de danser, mais bien de mener à terme une telle quête! Allons-y!

D'ailleurs, il commença à manquer d'air, Myrddin avait besoin de sortir dehors. Le front en sueur, il tourna les talons et se faufilant dans la foule, il sortit à l'extérieur où le ciel était peuplé d'étoiles et la terre enflammée par les feux de joie. Se dirigeant d'un pas rapide vers la rivière d'argent, il aperçut  un groupe de femmes rassemblées et il y avait aussi un homme qui sentait étrangement le brûler. 


 Il le dévisagea un instant et voyant les plumes de corbeau rôties, ce ne fut pas long qu'il fit le lien entre le poulet grillé et lui. Retenant un rire, le druide riva son regard limpide vers celle qui semblait être la grande prêtresse du groupe. La dame tenait anxieusement une couronne de fleurs et son attention était rivée vers la forêt.  Fronçant les sourcils, Myrddin eut le réflexe de baisser ses yeux au sol et il remarqua des traces d'un cheval menant vers les bois.


-Dominus, toi et tes chiens vont nous être très utiles.
  Affirma le druide d'un ton grave et sérieux, ce qui fit tourné l'attention de la grande prêtresse qui avait les larmes aux yeux. Svelte et gracieuse, ses cheveux blonds tombaient jusqu'en bas de ses reins. Elle revêtait une allure  noble, digne de sa classe.

-Vous...vous seriez prêt à aller retrouver mon ouaille  en cette forêt remplit de dangers?
-Oh, ma dame, j'ai connu bien pire. N'ayez crainte, nous la retrouverons. Moi et tous ceux qui veuillent m'accompagner. Répondit Myrddin d'un sourire rassurant tout en balayant les yeux vers la petite assemblée inquiète. D'un soupir, la prêtresse s'approcha de lui et elle lui demanda son nom.  Après un court silence, il se présenta:


- Je me nomme Myrddin, Druide suprême de la Confrérie du Vieux Chêne. Je connais les forêts armoricaines par cœur, y comprit celle-ci. Je vous servirais de guide. À présent, ceux qui veuillent participer à cette quête, me suivent.

Sur cette parole déterminée, le druide traversa la rivière où l'eau était peu profonde. Soudain, à l'orée du bois, il s'arrêta et se tournant vers le petit groupe, le vieux druide questionna:


-Oh fait! Puis-je savoir à quoi elle ressemble et comment elle se nomme?

-Elle s'appelle Gwenaëlle Brog! Elle est petite et gracile, portant une robe symbolisant la virginité, d'un blanc immaculé. Comme mes autres filles, sa chevelure est détachée, d'un noir corbeau et elle a des yeux de braise. Vous la reconnaitrez sans peine.
-Merci, prêtresse. Nous vous la ramèneront!


Sur ce dire,accompagné d'autres courageux,  il disparut bravement dans la sombre forêt...
 

_________________

avatar
Myrddin

Messages : 152
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Maeva le Lun 5 Fév - 17:52

Il y avait quelque chose dans ce choix de costume qui troublait profondément Maeva. Un corbeau...elle détestait les corbeaux...Ils représentaient la mort, un mauvais présage, la maladie...Son regard vert s'attarda sur les plumes noires qui couvraient le corps de son ami. La Dame blanche tenta de chasser la haine qu'elle avait dans son cœur contre le corbeau de Morrigan. Après tout, ce n'était qu'un déguisement, très bien réalisé, l'un des plus beaux en fait. Sur cette pensée,  elle s'efforça de sourire, tout en fixant le grand feu qui réchauffait sa peau, les flammes étaient comme des femmes dansantes, langoureuses et sensuelles. Elle adorait le feu, la vie. Oui, Imbolc était bien sa fête préférée, ainsi que la Beltaine.

-J'adore cette...

Une odeur de brûlée l'interrompit soudain, Maeva fronça les sourcils, reniflant pour savoir d'où elle provenait.

-C'est étrange...Sens-tu? C'est comme si quelque chose brûlait...souffla-t-elle en se tournant vers son compagnon dont les plumes avaient pris une belle couleur rougeâtre. Écarquillant les yeux, Maeva eut une regard interdit puis comprenant qui brûlait, elle s'écria en le pointant du doigt:

-CLEDEN! TU BRULE!

 
Son cri attira l'attention de plus d'un et ce ne fut pas long que le pauvre agriculteur reçu de l'eau sur l'entièreté de son corps et de son visage. Il y eu des rires nerveux de part et d'autres, certains de ceux qui étaient venus à sa rescousse lui donnèrent des tapes amicales, tandis que Maeva hésitait entre l’hilarité et son devoir de guérisseuse. Se mordant la lèvre inférieur pour s'empêcher de rire, elle s'approcha de lui en disant:

-Tout va bien? Oh mon pauvre ami...je suis désolée pour ton costume,mais je dois dire que...N'y tenant plus, elle pouffa de rire et après avoir repris son souffle, elle avoua moqueuse: cela lui rajoute quelque chose de très particulier.

 
À vrai dire, elle l'aimait mieux ainsi, mouillé et frit, mais Maeva eut le tact de ne pas en rajouter. C'est alors qu'elle entendit une conversation entre deux jeunes filles très anxieuses.

-Alors?
-Rien, sauf  qu'un barde l'aurait vu se baigner dans la rivière.  La grande prêtresse veut qu'on aille la rejoindre là. J'espère que Gwenaëlle n'est pas en danger!

Sur ce dire, les vierges s'éclipsèrent, mais leur conversation fut suffisante pour attirer l'intérêt de Maeva. Posant sa main délicate sur les plumes noires humides, la guérisseuse riva son regard émeraude vers l'agriculteur et elle murmura:

-Si je comprends cette conversation, une personne est en danger. En tant que guérisseuse, je ne peux restée là à rien faire. Je dois voir de quoi il en retourne. Accompagne-moi, s'il te plait.

Sans lui laisser guère le choix, elle lui prit la main et ils se dirigèrent vers la rivière où l'inconnue avait disparu. Un groupe y était déjà rassembler. Après une discussion sur la suite des recherches, un druide apparut et il se présenta comme le Druide suprême de la Confrérie du Vieux Chêne. Maeva eut un air étonné, presque admiratif. Elle se dit que ce vieil homme devait être fort savant et sage, même si son costume laissait à désirer. C'est alors que Maeva le reconnut...c'était le vieil homme déguisé en pigeon de tout à l'heure; elle se souvint qu'il avait affirmé être un Druide suprême. Sans réfléchir, Maeva s'avança vers Myrddin et elle dit avec grâce:

-Je me nomme Maeva Dorran, je fais partie des Dames blanches et je suis aussi druidesse. Je tiens à vous accompagnez. Mon devoir m'y oblige. Si cette jeune fille est blessée, je pourrais la soigner.

En cet instant, son devoir de guérisseuse dépassait celui qu'elle avait envers Ambiorix. Elle ne pouvait refuser d'accomplir une telle quête, la vie d'une innocente était en jeu. S'apprêtant à suivre leur nouveau guide, Maeva tourna son regard vers Cleden en demandant presque sur un ton de défi :

-Tu viens?

Un sourire espiègle éclaira son beau visage et sans autre mot, elle s'enfonça dans la forêt avec Myrddin.

_________________
avatar
Maeva

Messages : 40
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: Les Dames Blanches
Divinité: Diancecht

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Dominus Canis le Lun 5 Fév - 18:57

Dominus souriait et levait son verre mais ses yeux ne perdaient rien de ce qui se passait autour d'eux : il ne connaissait pas trop les fêtes pleines de gens, trop souvent pour lui cela avait été signe d'humiliations par des soudards avinés. Une salle remplie comme celle-ci lui inspirait des sentiments de dangers et un besoin de savoir comment s'échapper au plus vite. Myrddin semblait plus détendu, dehors le brouhaha se précisa et une foule de joyeux lurons entra en hurlant. Certains discutaient entre eux et en passant près de leur table Dominus pu percevoir un bout de leur conciliabule. Il y était question de jeune fille enlevée mystérieusement ! Dominus n'était pas un héros, mais il ne supportait pas les types capables de profiter de leurs forces pour faire souffrirent les faibles. 

Myrddin sembla penser comme lui, il se leva et sortit sans un mot, dehors il siffla les petits frères et suivit le druide. Il n'attendit pas qu'on lui dise quoi faire ni les petits frères : ils connaissaient leur travail et ils se mirent au travail de suite ! Les chiens, Pyro en tête pour une fois, avaient trouvés une piste. Dominus partit au pas de course en disant : " C'est par là ! Discrétion, silence et promptitude !", ceux qui voudraient le suivre n'auraient qu'a presser le pas, pour autant il prit la peine de laisser des marques pour facilité la tâche des éventuels courageux qui suivraient derrière les petits-frères et lui !
avatar
Dominus Canis

Messages : 88
Date d'inscription : 03/11/2017
Age : 45
Localisation : Bretagne/Ille et Vilaine

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Meute
Divinité: Cernunnos

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Admin le Mar 6 Fév - 18:39





Bravement, la petite compagnie  osa s’aventurer dans la forêt d’Huelgoat pour secourir une jeune vierge qu’ils ne connaissaient point. Les regardant s’éloigner, la grande prêtresse et ses filles en firent la louange et au courant de la soirée, tous apprirent leur acte de bravoure. Pendant que cette nouvelle rumeur circulait au sein de l’Oppidum, les feux éclairant celui-ci s’éloignaient petit à petit que les héros s’en fût au cœur des arbres tortueux, la nuit les rendait noirs et austères. 

Prudence! Murmurait le bruissement des feuilles, l’écorce craquait légèrement,  les sentiers n’étaient pas dégagés, mais recouvert d’une fine neige. La nuit était opaque, un hibou passa, son chant  brisa le silence profond.  Il faisait si sombre  qu’il était facile de se perdre, mais heureusement, le froid était doux et  le danger semblait ne pas être présent. Les chiens avaient pisté une piste intéressante, qui menait vers le nord, les empreintes du cheval étaient rapprochées, signe que l’animal n’avait point galopé, mais bien trotté. Ils étaient proches, mais une question inquiétante demeurait.

Qui avait osé enlever une innocente? Était-ce des Romains? Était-ce une créature maléfique? La réponse se trouvait au bout du chemin, à travers les arbres se balançant doucement, marqués par l'assassin  qui menait avec promptitude ses compagnons, mais prudence, chuchota le vent.  Cette forêt, comme la plupart de celles peuplant l’Armorique, était remplie de mystères, de créatures mythiques, certaines bonnes, d’autres très mauvaises. Un regard les s’épiait…plusieurs même.  Or, un pas trop empressé pouvait facilement mener à un funeste destin. D’ailleurs…

Ils arrivèrent près d’un ancien dolmen, recouvert de neige blanche. Il semblait avoir été enterré par la terre elle-même et oublié, des racines avaient réussi à transpercer le tapis blanc et l’entouraient, comme voulant le protéger. C’est à cet endroit que l’impensable se produisit. Ces mêmes racines se mirent à bouger doucement au passage des Celtes et tels des fouets, ils agrippèrent la cheville du vieux druide et celle de la guérisseuse. Tous deux, à distance éloignée du guerrier et de sa meute, n’eurent guère le temps de comprendre qu’ils revolèrent chacun de leur côté et ils se retrouvèrent endossés contre des arbres, leurs bouches closes par des mains fines, mais rugueuses. 


Les chênes sortirent alors de l’obscurité de la nuit et ils se métamorphosèrent en magnifiques dryades. Elles avaient comme chevelure des feuilles argentées, leurs parures hivernales. Leurs regards luisants, d’un bleu céruléen,  fixaient les étrangers d’un air énigmatique, mais étrangement, leurs visages n’exprimaient aucune menace, mais bien de l’amusement. Timides de nature, toutes gardèrent le silence, sauf celle qui devait leur adresser un message. D’une voix harmonieuse, elle souffla à l'adresse des deux autres hommes :

-Ceux que la magie coule  dans leurs veines connaissent déjà la réponse à l’énigme. C'est à vous de la résoudre et nous vous dirons où se trouve la vierge. Voici:

Il est le démon des bois
Il s’arrête, la mort le suit
L’or est sa seule crainte
Qui est donc ce triste sire?

 

Hrp :C’est à présent à Dominus et à Cleden de trouver la réponse à l’énigme afin de poursuivre la quête. Indice : elle se trouve dans le Glossaire des créatures mythiques. La prochaine relance sera le 9 février, en soirée. Bonne chance! Laughing

_________________




Sans la nature, nous ne pourrions vivre...
avatar
Admin
Admin

Messages : 237
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 28

Attributs
Réputation: Mythe
Faction: Aucune
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur http://celtesagedufer.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Dominus Canis le Mar 6 Fév - 22:46

Dominus avançait assez vite, malgré la neige, malgré l'obscurité, malgré le vent qui le frappait alors qu'il courait ! Le vil rapteur ne faisait pas courir son cheval c'est déjà ça ! Un moment il passa près d'une étrange pierre levée : les petits frères avaient tous fait un détour, Dominus ne pouvait faire autrement ! Il aurait continué sa route si un bruit ne l'avait fait s'arrêter. Il fit demi-tour et vit le druide et une femme inconnue être emportés par des liens végétaux et réduits au silence par des mains de bois. Puis il vit sortir des femmes faites de bois : des dryades ! 

Dominus se félicita de n'avoir pas de hache comme armement car autrement la discussion eut été plus difficile. Les créatures parlèrent comme si on était a une réunion d'amis de longue date. Puis donnèrent une énigme ! Comme si on avait le temps pour ça ! Les petits frères s'éloignaient et la jeune fille risquait encore plus de dangers ! Quand il entendit l'énigme il eut un sourire sous sa tête de chien :

" C'est le Dullahan sur son cheval de cauchemar ! Qui murmure le nom de celui qui doit mourir ! Une jeune fille de la déesse Brigit est en danger noble dames des forêt ! Libérez donc les amis de Dominus s'il vous plait ! Il en va de sa vie !"

Dominus avait grandit parmi les fées, il ne voulait pas devoir leur faire du mal !
avatar
Dominus Canis

Messages : 88
Date d'inscription : 03/11/2017
Age : 45
Localisation : Bretagne/Ille et Vilaine

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Meute
Divinité: Cernunnos

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Myrddin le Mer 7 Fév - 14:02

" C'est par là ! Discrétion, silence et promptitude !" S'était exclama Dominus partant à pas de course derrière ses chiens tout aussi rapide.

-Dom, attends...trop tard, il est déjà loin... marmonna Myrddin un peu dépité en regardant son ami s'éloigner et disparaître dans l'ombre des feuillus. Ce n'était pas bon du tout, surtout qu'il était le seul guerrier du groupe et s'il leur arrivait quelque chose, personne n'allait pouvoir protéger sa vieille peau. Il est vrai que le druide savait manier l'épée, mais il n'égalait pas Dominus et son habileté au combat. D'un soupir, Myrddin se tourna vers ceux qui étaient restés avec  lui. Reprenant sur lui, il dit promptement:

- Bien alors, il est vrai que nous allons devoir garder le silence et pressé le pas. Par contre, si vous apercevez un danger, avertissez moi. Il règne autant des fées que des Korrigans en cette forêt. Alors, nous devons nous montrer prudent et discret.

Sur cette recommandation, il tourna son regard bleu vers la seule femme du petit groupe et d'un sourire courtois, il demanda:

-Maeva, ma chère, restez derrière moi.  À présent, suivons ces traces de cheval, elles sont suffisamment visibles dans la neige. En espérant que nous ne fassions pas fausse route!

 
Il était druide, pas pisteur et intérieurement, Myrddin espérait que son jeune compagnon téméraire, qui semblait les avoir un tantinet oublié en arrière, avait laissé des marques. Heureusement, ce fut le cas, après une marche très rapide,  la petite compagnie réussit à atteindre un Dolmen, tout autour c'était le silence, mais le vieux druide pouvait entendre l'écho des chiens de Dominus au loin. Soudain, il eut un craquement et le vieil homme sentit quelque chose s'enrouler furtivement autour de sa maigre cheville.

-Par Taranis, qu'est-ce que...AH!

Un autre  cri de terreur répondit au sien, mais il ne put savoir qui, son corps revola dans les aires et un nuage de plumes de pigeon l'aveugla momentanément. Son dos heurta brusquement un tronc d'arbre et une main se plaqua sur sa bouche. Paniqué, il se tortilla, mais le bras rude resserra son étreinte, le maintenant immobile. C'est alors que ce même arbre bougea et il vit des visages de femmes. Des dryades? Il en avait rencontré si peu dans son existence. Elles étaient si discrètes ces demoiselles...un instant, pourquoi était-il à présent leur prisonnier? Par Taranis!  Maeva aussi!


-laoufdhjakl! Druide ljdhkaksj!
Babilla-t-il sous la main qui l'empêchait de parler. Indifférente à son charabia, la Dryade tourna son attention vers Dominus et ses chiens qui revenaient en trompe. L'apercevant Myrddin écarquilla grand les yeux et s'apprêta à essayer d'articuler quelque chose, mais l'une des dryades l'interrompit sur un ton de conversation. Une énigme fut dit...depuis quand que les dryades aimaient dire des énigmes? Non, ce n'était pas normal...quelqu'un avait dû leur transmettre ce message. Sûrement le kidnappeur de la jeune vierge...Oh! Oh! Il savait la réponse! IL LA SAVAIT! Malheureusement, il était forcé de garder le silence.


-Dhagdyhe! Dhajsha! Insista-il vers Dominus qui venait de sourire sous sa tête de chien. Quel ne fut pas le soulagement de Myrddin quand son ami répondit avec conviction:



" C'est le dulahan sur son cheval de cauchemar ! Qui murmure le nom de celui qui doit mourir ! Une jeune fille de la déesse Brigit est en danger noble dames des forêt ! Libérez donc les amis de Dominus s'il vous plait ! Il en va de sa vie !"


Approuvant ce dire, Myrddin acquiesça frénétiquement de la tête, tout en tournant son attention vers les dryades silencieuses. Tout son regard semblait dire: lâchez-moi, j'ai une quête a terminé!


_________________

avatar
Myrddin

Messages : 152
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Maeva le Jeu 8 Fév - 13:57

Un grand guerrier venait de disparaitre dans la forêt, Maeva ressentit soudain un frisson lui parcourir l'échine. Elle l'avait aperçu avec le druide et sa présence forte l'avait aussitôt rassuré, mais voilà, il venait de déguerpir avec ses molosses. La jeune femme fut soudain prise d'un doute et elle jeta un coup d'oeil vers l'Oppidum qui s'éloignait. C'est avec soulagement qu'elle vit que Cleden l'avait suivit, mais intérieurement, elle savait que ce n'était pas sage de partir dans cette forêt sans être escorter par plusieurs guerriers.

Ambiorix risquait d'être très en colère quand il allait apprendre son imprudence, mais courageusement, la jeune femme le chassa de son esprit, se disant qu'elle accomplissait la bonne chose. La voix ferme de Myrddin se fit entendre, elle acquiesça en silence et elle obéit aussitôt à l'ordre du vieil homme. Le suivant derrière, la guérisseuse fut surprise par la rapidité de sa marche ainsi que par son endurance, elle avait même de la difficulté à le suivre. Un peu essoufflée, elle s'assura d'avoir sa dague à sa ceinture puis elle se concentra sur cette randonnée nocturne imprévue.

Tout était silence autour d'eux, les arbres craquaient légèrement, le roucoulement d'un hibou se fit entendre, mais rien d'alarmant. Progressivement, elle réussit à se détendre, s'assurant de temps à autre que Cleden les suivait toujours. Malgré sa peur, la brunette réussit à lui sourire, puis elle reporta son attention en avant d'elle, espérant ne pas croiser ces terrifiantes créatures que Myrddin avait parlé un peu plus tôt.


 Il semblait croire en leur existence, mais  plus qu'elle avançait, plus Maeva eut un mauvais pressentiment.  C'est vrai, qui était ce vieil homme qui semblait plus dément qu'autre chose?  Et ce guerrier inconnu qui avait une allure de chien dressé par les romains? Son cœur se mit à battre la chamade, ses grands yeux vert s'assombrirent et elle se mit à ralentir le pas, glacée par une peur nouvelle.  Si tout cela était un piège? Elle était l'amante du roi et c'était l'occasion parfaite pour que l'on s'en prenne à elle, afin de faire du mal à Ambiorix. Arriver à un Dolmen, elle s'arrêta net, laissant Myrddin continuer et elle se tourna vivement vers Cleden en soufflant pâle:

-Cleden, c'était une erreur de les suivre. Nous devons...AHH!


Sans comprendre comment, une racine venait de la saisir par la cheville et elle revola contre un chêne qui la maintint prisonnière. D'un regard remplit d'effroi, elle vit que Myrddin vivait le même sort, mais contrairement à lui, elle resta paralysée par la terreur. Des créatures qui semblèrent provenir d'anciennes légendes apparurent devant ses yeux, des femmes-arbres...des dryades. Elles existaient donc?  En état de choc, elle n'entendit pas la suite des dires, les ténèbres l'enveloppèrent, elle perdit un momentanément conscience.

_________________
avatar
Maeva

Messages : 40
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: Les Dames Blanches
Divinité: Diancecht

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Admin le Ven 9 Fév - 15:25







Cette mythique apparition en avait ébranlé plus d’un, mais les dryades n’étaient point là pour blesser qui que ce soit. Elles étaient des messagères en cette nuit où la pureté était célébrée.  D’un silence profond, elles écoutèrent la réponse du guerrier  et celle qui avait transmis le message, acquiesça d’un air grave :

-Tu as bien répondu, guerrier. Ce triste sire est effectivement le Dullahan, celui qui sème la mort sur son passage. Il est un être maudit et sombre, le contraire de l’ablution que vous fêtez. À présent, vous méritez que je vous dise où se trouve la vierge.


 Il y eut un silence, comme si elle prenait plaisir à faire durer cette intrigue et toujours avec gravité, elle informa :


-Elle a été amenée au Nord, à la grotte d’Arthus. Pour l’instant, elle n’est point en danger, mais bientôt, elle le sera, car l’ennemi rôde…vite, elle vous attend!


N’en disant pas plus, la dryade fit signe à ses comparses de libérer le vieux druide qui ne savait se taire, ainsi que la guérisseuse évanouie. Après les avoir déposés au sol,  elles disparurent aussi promptement qu’elles leur étaient apparues. Le silence ce fit à nouveau, le vent souffla plus fortement à travers les branches, comme si les éléments atour d’eux les empressèrent de continuer leur quête. Le temps était compté, il fallait faire vite, alors les héros n’eurent guère le choix d’aller au Nord, vers la grotte d’Arthus.


Or,  plus qu’ils avancèrent, plus le sol devint un chaos magnifique de roches rondes surplombant la glace et la neige. En été comme en hiver, ce chemin inspirait le mystère, la  magie et la puissance propre à la forêt et à ses habitants. Enfin, au loin, sur un haut talus, ils purent apercevoir un amas de  roches entourant une grande cavité. Le tapis de neige cachait les pierres, qui habituellement durant la période claire, étaient recouvertes de longues herbes et de mousses.


 À l’entrée de cette grotte mystérieuse, nos héros purent apercevoir la jeune fille allongée au sol, la neige autour d’elle avait fondu. Ses longs cheveux noirs étaient éparpillés comme une auréole sombre autour de sa tête et sa robe blanche semblait illuminée la nuit. Le barde ne s’était pas trompé, elle était d’une divine beauté, protéger par un sylvestre, qui n’était nulle autre qu’une licorne couchée à ses côtés.


 Rares étaient ceux qui apercevaient cette pure créature, le symbole même d’Imbolc.  Les voyants approchés, la licorne leva la tête et elle hennit doucement à leur adresse, ce qui fit ouvrir les yeux de la vierge. Un regard non pas de jais, mais d’un gris claire…Gwenaëlle se leva avec grâce et se tourna vers ceux qui étaient venus la secourir. Son visage s’éclaira d’un sourire radieux et d’une voix harmonieuse, qui semblait provenir de l’Autre Monde, elle dit :

-Je vous attendais.


 Les observant de son regard irréel, son visage juvénile se fit plus sérieux et elle affirma :


-Malgré les dangers de cette forêt, votre cœur est demeuré pur et courageux. Vous avez été prêt à risquer vos vies pour une jeune fille que vous ne connaissez pas.  Celle-ci a eu la générosité de m’accueillir pour que je puisse apparaitre à ceux se montrant dignes de moi, la déesse Brigit, celle que vous vénérez.


hrp: Prochaine relance le 12 février, en soirée. Angélique


Dernière édition par Admin le Dim 11 Fév - 12:27, édité 1 fois

_________________




Sans la nature, nous ne pourrions vivre...
avatar
Admin
Admin

Messages : 237
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 28

Attributs
Réputation: Mythe
Faction: Aucune
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur http://celtesagedufer.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Maeva le Sam 10 Fév - 12:49

C’est le froid de la neige qui réveilla doucement Maeva, tandis que les dryades s’éclipsèrent en silence. Des visages étaient penchés vers elle, dont celui du vieux druide. Un peu confuse, la druidesse  prit quelques secondes pour reprendre ses esprits, puis se rappelant de ce qui c’était passé, elle pâlit en marmonnant :

-Ai-je rêvé?

Se souvenant de la brusque étreinte contre l’arbre, elle eut une moue de douloureuse. La douleur à son dos était la preuve que tout cela avait été bien réel,  la guérisseuse sentit alors la culpabilité submerger son cœur. Elle s’était imaginé un complot qui n’avait aucun sens, car ces Celtes ne voulaient pas trahir Ambiorix, mais bien sauver une jeune fille qui avait réellement disparu.

- Je suis désolée, Myrddin, j’ai manqué de foi en vos paroles. J’ai cru que…enfin, cela n’a pas d’importance.  Elle passa sa main sur son visage et d’un profond soupir, elle souffla : les dryades existent!  Je croyais que ce n’était qu'une légende racontée aux enfants! Je n’ai jamais rien vu de tel en Gaule!

 
Disant cela, elle se secoua un peu la tête et se souvenant du peu de conversation qu’elle avait entendue avant son évanouissement, elle demanda  à Dominus:

-Avez-vous trouvé l’énigme? C’était le Dullahan, n’est-ce pas?  Ma tante m’a beaucoup parlé des fées, dont celle-ci, la plus ténébreuse et effrayante de toutes.

Perplexe, elle fronça les sourcils, puis la vision d’une jeune femme en danger refit surface. Retrouvant sa vitalité, elle se releva en affirmant :


-Allons, nous avons été assez ralentis.Vers quelle direction devons-nous aller?

Au nord, la grotte d’Arthus. Elle ignorait où c’était, mais cette fois, Maeva ne se tint pas en arrière de Myrddin, mais bien derrière Dominus. Il était si grand qu’elle avait du mal à le suivre, mais la jeune femme se sentait plus en sécurité à ses côtés. Les chiens tout autour continuaient à suivre la piste et certains d’entre eux semblaient même lui lancer des regards encourageants. 

Essoufflée, mais déterminée, la jeune femme oublia le bas de sa robe lourde d’humidité  et serrant sa cape contre elle, Maeva réussit à maintenir le rythme imposé par le guerrier jusqu’à la grotte où se trouvait Gwenaëlle…et une licorne? Encore une fois, elle resta interdite devant cette nouvelle apparition qui fit disparaitre tous ses doutes concernant la mythologie celte. En cet instant, elle n’osait même pas imaginer le nombre de créatures magiques qui existaient, dont elle ne soupçonnait même pas l’existence. Cette nuit allait changer sa perception du monde à jamais.

Soudain, un mouvement attira  son attention, c’était la jeune vierge qui venait de se lever, mais elle semblait étrange. En transe, elle avait un sourire radieux et elle se mit à parler d’une façon détachée, à la troisième personne. Plus qu’elle parlait, plus Maeva la dévisagea d’un air stupéfait.


Avait-elle bien entendu? Gwenaëlle se prenait pour la déesse Brigit?  Ou était-ce vraiment la déesse qui avait pris possession du corps de Gwenaëlle? À moins que cela soit un mauvais tour des organisateurs de la célébration? Mais bon sang! Il y avait une licorne! Maeva était tellement confuse et abasourdie qu’elle resta sans voix. Son cœur lui disait : dis quelque chose! Honore-la de ta parole!  Tandis que sa raison murmura : vaut mieux te taire que dire une stupidité. Le regard vert dévisagea alors le corps très peu vêtu de Gwenaëlle.  Reprenant sur elle, la guérisseuse défit sa cape en disant doucement :

-Vous devez avoir froid, puis-je vous offrir ma cape?

_________________
avatar
Maeva

Messages : 40
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: Les Dames Blanches
Divinité: Diancecht

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Myrddin le Dim 11 Fév - 11:49

Certes, Myrddin se sentait déplumé,  mais  il avait hâte de savoir qui était responsable de cette disparition. Son instinct lui soufflait que cette quête fût bien plus complexe qu’il en paraissait, surtout que les dryades n’étaient pas du genre à apparaitre au premier passant du coin. Non, une personne leur avait dicté ce message pour les amener dans la bonne voie et étrangement, Myrddin trouvait cela trop facile. Son regard bleu se prit à percer la noirceur opaque entre les branches. Aucun ennemi, pas même un loup ou quoique ce soit d’autre…pour l’instant, le seul réel danger c’était de trébucher au travers de ces roches qui parsemaient le sol. D’un soupir, il reporta son attention vers Maeva qui se tenait à présent proche de Dominus.

Ce besoin de protection le fit sourire. Les femmes avaient toujours le don de choisir des hommes aptes à les défendre et il était naturel que Maeva suive celui qui semblait le plus fort du groupe. Encore une fois, il s’ennuyait de ces jeunes années, quand il était un druide guerrier jeune et vigoureux. À cette époque, plusieurs demoiselles lui tournaient autour, mais aucune n’équivalait à sa magnifique Vivianne. Sa fée à la chevelure blonde et au regard améthyste.

Étonnamment, Maeva lui faisait penser à sa dame, par sa démarche gracieuse et son grand courage. Il comprenait son désarroi et sa confusion qu’elle avait ressentie devant les dryades. Le vieux druide avait vécu pareil détresse quand il avait vu sa première créature mythique et ce fut un troll. Autant vous dire qu’il avait bien failli être dévoré, une pomme dans la bouche, et ce n’était pas un euphémisme. Or, quand la guérisseuse avait exprimé sa prise de conscience concernant l’existence de créatures magiques, Myrrdin avait répondu :


-Le monde que vous connaissez n’est qu’une infime partie de la vraie réalité, toute belle.  Dans certains pays celtes, il existe plus de créatures magiques que d’humains, et l’Armorique en fait partie. Vous vous habituerez, même si je dois vous l'avouez, moi-même je me laisse encore surprendre!

Myrddin lui avait tendu la main pour l’aider à se relever et il avait approuvé de la tête concernant la réponse de l’énigme. C’est alors que  la druidesse avait repris du poil de la bête et ce fut elle qui avait secoué leur petite compagnie pour retrouver la jeune vierge. Il l’avait laissé prendre les devants avec Dominus et sa meute et en silence, il les avait suivis, restant alerte. Cependant, rien ne le préparait à ce qu’ils allaient découvrir à la grotte d’Arthus.


 Lui-même était resté coi devant la licorne qui s’était relevée en même temps que Gwenaëlle. Aux paroles de celle-ci, le visage du druide était devenu grave et il fixait la vierge intensément. Une énergie ardente émanait de ce corps pur et magnifique, à un tel point que la neige fondait autour d’elle. Il ressentit un puissant frisson lui parcourir l’échine, tandis que Maeva rompit le silence, lui proposant avec bienveillance sa cape.  Cette offre était généreuse, mais il sentit alors le doute de la Dame blanche, chose qui risquait d’offusquer la déesse qui se trouvait devant eux.  Mieux valait croire que l’inverse. Alors, il se laissa tombé à genoux devant cette humaine possédée par l’esprit de Brigit en ordonnant avec l'autorité propre à un Druide suprême:

-À genoux devant Brigit, déesse de la fécondité, protectrice des poètes, patronne des artisans et des médecins. Mère de la terre, nous t’honorons !


La druide  tourna alors son regard vers ses compagnons pour qu’ils suivent son exemple. Aucun doute n’assombrissait ses yeux limpides, car il savait que par le passé, cela s’était déjà produit. Les Dieux pouvaient autant posséder les corps des humains qu’apparaitre sous leur véritable forme. En cette nuit d’Imbolc, la déesse les avait mis à l’épreuve et à présent, elle les honorait de sa présence.

_________________

avatar
Myrddin

Messages : 152
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Admin le Lun 12 Fév - 18:22








La vierge observa en silence ceux qui s’étaient agenouillés devant elle. Certes, elle aurait pu être un canular ou une démente, mais  souvent la vérité était empreinte de mystères qui dépassaient la réalité des mortels. La jeune femme s’avança alors vers Maeva et caressant sa joue, elle souffla :

-  Gwenaëlle aura besoin de cette cape, pas moi, car je suis la chaleur et la vie.  Son regard se fit grave, elle dévisagea chacune des âmes généreuses qui étaient venues sauver la mortelle. Après un long silence, elle souffla d'un sourire rassurant:
 

-En cette nuit sacrée, je vous demande de ne pas perdre espoir. Le peuple Celte survivra à cette grande guerre.Ma seule requête c'est qu'importe ce qui arrivera, ne m'oubliez pas, ni moi ni les autres Dieux. C’est l’oublie qui tue l’immortalité, tout comme c’est la corruption qui tue la pureté.  Gardez espoir et continuez à vous battre jusqu’à votre dernier souffle pour ceux qui vous sont chers, pour cette terre qui est vôtre.

Cette prophétie fut dite avec conviction et sérénité. Toute la forêt était silencieuse, s’abreuvant de la parole de cette lumineuse entité.Soudain,  la  licorne hennit brusquement en se cambrant sur ses pattes arrière, puis elle s’enfuit dans la forêt. La déesse se tendit et son regard gris sonda les arbres, elle recula d’un pas en murmurant :

- L’ennemi vient…fuyez ou combattez! Adieu!


Sur cette dernière parole, la vierge s’écroula  sur le sol, à présent recouvert de perces neiges. Sa peau avait perdu la chaleur ardente de la divinité et elle était maintenant bleuie par le froid. C’est alors que des voix menaçantes se firent  entendre et  une dizaine de Romains apparurent à l’orée de la forêt. Les apercevant, les légionnaires levèrent les armes vers les héros et leur Centurion rugit :

-   Des Celtes! Massacrez-les!


Hrp : vous avez à présent le choix de combattre ou de fuir. Sachez que c’est votre dernière relance, alors profitez-en.  La finale sera publiée le 15 février, en soirée.  Very Happy

_________________




Sans la nature, nous ne pourrions vivre...
avatar
Admin
Admin

Messages : 237
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 28

Attributs
Réputation: Mythe
Faction: Aucune
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur http://celtesagedufer.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Maeva le Mar 13 Fév - 20:28

Comme obéissant à une volonté qui la dépassait, Maeva s'agenouilla à son tour aux côtés du vieux druide et d'un silence respectueux, elle contempla la jeune femme devant eux qui semblait rayonnée de l'intérieur. Les paroles qui suivirent la chamboula, mais cela déclencha une force intérieur qu'elle ne connaissait point. Celle de la lutte, la même qui l'avait poussé à tuer le centurion dans la cabane pour sauver Ambiorix. Dieu qu'elle avait tremblé et qu'elle avait eu peur, mais en cet instant, aux dires de Brigit, la culpabilité s'envola, la libérant d'un lourd poids. La guérisseuse avait fait ce qu'il fallait, elle avait tué pour sauver sa vie et celle du roi, mais aussi pour son pays qu'elle chérissait.

C'est alors que la déesse prétendit que les Celtes allaient survivre à cette grande guerre, mais Maeva se demanda s'ils allaient la remporter? Allaient-ils délivré Celtica de l'envahisseur? C'était sûrement trop tôt pour le dire, mais les Dieux devaient connaitre l'avenir. Ne venait-elle pas de prophétiser? D'ailleurs, comment pourraient-ils oublier leurs Dieux? Cette requête était étrange et énigmatique; c'était comme si cela annonçait la fin de l'Autre Monde sans l'être vraiment.


Maeva s'apprêta à la questionner quand la licorne paniqua, venant interrompre sa réflexion, tout en la faisant sursauter. Ensuite, tout se déroula très vite, Brigit les mirent en garde contre un ennemi qui approcha, puis la druidesse ressentit alors une puissante énergie sortir du corps frêle de Gwenaëlle qui s'écroula, plus morte que vive. Sans réfléchir, la guérisseuse se leva et se précipita sur la pauvre jeune fille inconsciente. Sa peau était très froide, mais elle respirait. Soucieuse, la Dame blanche la prit contre elle et la couvrit de sa longue cape pour lui transmettre un peu de chaleur. Caressant sa joue, elle souffla en tournant son attention vers Myrddin:


-Elle est glacée...nous devons...

-Des Celtes! Massacrez-les!


Son sang fit un tour, la jeune femme riva son regard vers les romains qui approchèrent armés de boucliers et de glaives. Ils étaient en tout une dizaine, bien trop pour le petit groupe qu'ils étaient. La fuite aurait été une solution, mais après le discours de Brigit, Maeva tenait à rester et à combattre jusqu'à la mort.  Ses yeux émeraudes étaient à présent très sombre, une lueur farouche l'illumina. Lentement, elle sortit son poignard prête à trucider tous ceux qui oseraient s'approcher pour s'en prendre à elle ou à Gwenaëlle.


 D'ailleurs, l'un des légionnaires fonça vers Maeva et il vint l'empoigner à la chevelure, l'éloignant de la jeune vierge.


-Tu vas mourir chienne! Siffla-t-il à quelques centimètres du visage de la Celte.
-Non...c'est toi... répliqua celle-ci menaçante.


Maeva serra les dents de douleur aussi fortement qu'elle sera son poignard qui venait de transpercer le flanc du Romain. Celui-ci écarquilla les yeux et il s'écroula sur elle. Oubliant le combat qui faisait rage autour, Maeva réussit à se défaire du poids de l'agonisant et après lui avoir trancher la gorge, elle prit la cape qui le recouvrait pour vêtir Gwenaëlle. La reprenant contre elle, la guérisseuse leva son poignard prête à tuer à nouveau...

_________________
avatar
Maeva

Messages : 40
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Aventurière
Faction: Les Dames Blanches
Divinité: Diancecht

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Myrddin le Mer 14 Fév - 18:33

Myrddin sentit la neige fondre sous ses genoux et stupéfait, il vit des perces neiges poussés jusqu'à l'éclosion de la fleur, chose qui prenait normalement des semaines à se faire. Jamais il n'avait vécu une telle chose et pour un druide, être en présence d'une telle entité, c'était quelque chose d'à la fois extrêmement émouvant et de déroutant. Il n'arrivait pas à parler, les dires de la déesse l'emplissait d'espoir et de foi. Quelle beauté! L'irradiante lumière qu'elle dégageait la rendait plus divine que jamais. Myrddin était si émerveillé qu'il n'entendit pas le danger approché et ce fut l'avertissement de la jeune femme qui le fit revenir à la réalité.

Se secouant la tête, il tourna son attention vers les Romains qui approchaient tandis qu'après un mot d'adieu, Gwenaëlle perdit conscience. Approuvant l'initiative de Maeva d'aller la soigner, le druide se releva et sous son costume il sortit son épée d'un air furieux.

-Restez auprès d'elle, je m'occupe d'eux.

Oui, ils étaient très peu, mais Myrddin avait l'impression d'avoir reçu un peu de la puissance guerrière de Brigit et il n'avait pas perdu la main pour combattre.  Il était conscient que le nombre des légionnaires les surplombaient et il y avait peu de chance qu'ils survivent, mais mieux valait se battre, que mourir à genoux.  Malheureusement, il n'avait pas le temps pour réaliser un rituel contre l'ennemi, mais il connaissait une incantation apte à le ralentir. La chaleur qui régnait encore autour d'eux contribuerait à son plan. D'un profond soupir, le druide leva son épée vers un romain en murmurant d'une voix rauque en armoricain:

Tarzh-an-deiz
Dihun'ta latar!
Tomm eo! 
Ya, Tomm eo!
Dihun'ta latar! Dall enebour!



Le ton était devenu de plus en plus grave et l'incantation semblait provenir du coeur de la terre. L'assaillant resta un moment saisit, tandis que tout autour la neige devint vapeur et un épais brouillard se leva, les aveuglant momentanément.

-Le druide! Il a fait levé le brouillard! C'est de la magie! S'écria un peu paniqué le légionnaire qui avait voulu s'en prendre à Myrddin et qui maintenant avait reculé de plusieurs pas, l'air hagard.


-Certes, une magie très puissante...souffla la même voix qui avait cité l'incantation. Le Romain écarquilla les yeux de surprise, mais il n'eut pas le temps de réagir qu'un éclat de lame lui trancha la gorge. Myrddin s'éclipsa alors dans ce voile opaque pour en tuer le plus qu'il pouvait jusqu'à ce que le sortilège cesse. Le sang coula dans le sol, des cris de douleur et de rage brisèrent le silence de la forêt. Sous l'ordre de leur Centurion, les légionnaires restant se regroupèrent au centre, la peur au ventre, mais le glaive levé, prêt à trucider ces démons de Celtes.


Traduction:

Au levé du jour
Lève-toi brouillard
Il fait chaud
Oui, il fait vraiment chaud
Lève-toi brouillard! Aveugle l'ennemi!

_________________

avatar
Myrddin

Messages : 152
Date d'inscription : 30/09/2017

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Confrérie du Vieux Chêne
Divinité: Taranis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Dominus Canis le Jeu 15 Fév - 7:08

Dominus ne savait que penser : certes il sentait bien que la créature devant eux n'était plus humaine, certes il n'avait pas vu de licornes depuis son enfance mais il se demandait bien pourquoi une déesse s'amuserait à attirer des mortels près d'elle. Il s'agenouilla après avoir fait signe aux petits frères de se répartirent en surveillance et d'attendre ses ordres ! Les paroles sibyllines de l'avatar de Brigit, si on en croyait celles-ci, lui redonnèrent un peu d'espoir s'il en eut besoin mais surtout la certitude qu'il était dans son bon droit ! Puis Taurus hulula, la licorne s'agita et quand elle partie il se fondit dans l'obscurité : On approchait et l'odeur lui était trop familière !

De sa cachette il vit débarquer une patrouille de soldats romains qui à peine arrivés reçurent l'ordre de leur centurion d'exterminer les personnes présentes ! La jeune femme avec eux cria à Myrddin de faire attention et ce dernier lui demanda de se charger de la prêtresse soudain évanouie. Il vit la guérisseuse donner la mort à un des soldats qui l'approcha de trop près. Il entendit la parole magique du vieux druide et vit le brouillard qui se leva soudain ! Il sourit sous son déguisement : Le chien de Bretagne allait frapper ! Il siffla : une longue trille suivit de deux courtes : La mise à mort des romains ordonnée aux petits frères ! Si les romains s'étaient crus en force, six chiens en colère allaient les détromper !

Il s'enfonça dans la brume, surpris un légionnaire qui reçut sa lame dans la gorge ! Plus loin il entendit les cris d'un homme que Taurus venait de jeter au sol et qui se faisait arracher les parties génitales (le germain était un dresseur vicieux !), ils avaient beau se regrouper au centre ! Leur nombre allait en diminuant. Dominus se laissa tomber au milieu d'eux, chien humanoïde géant et grognant de rage ! Face au centurion il frappa une fois, deux fois et le chef des romains perdit ses mains ! Ses hommes paniqués fuirent mais furent rattrapés soit par un des petits frères soit par le vieux druide qui ne chômait pas ! 

Dominus s'approcha du centurion qui pleurait de douleur et de frayeur ! 

" Tu diras à tes chefs que les celtes sont protégés des dieux ! Tu diras que ce soir tu as rencontré le chien d'Armorique ! Dominus Canis vous tuera tous si vous ne repartez pas chez vous ! Allez pars et ne recroises jamais sa route !"

L'homme ne se le fit pas dire deux fois et s'enfuit en hurlant comme un damné ! Les restes des soldats avec ces traces de morsures ne feront qu'ajouter à la rumeur, les effets magiques de Myrddin occuperont les cauchemars des jeunes recrues durant leur tour de garde. Les patrouilles trembleront la nuit à chaque aboiement. Et la légende de Dominus Canis et de La Meute ne cessera d'inspirer la lutte contre l'envahisseur !
avatar
Dominus Canis

Messages : 88
Date d'inscription : 03/11/2017
Age : 45
Localisation : Bretagne/Ille et Vilaine

Attributs
Réputation: Héros
Faction: La Meute
Divinité: Cernunnos

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Admin le Jeu 15 Fév - 19:21




Le brouillard avait amené avec lui une résistance que les légionnaires n’avaient point prévue. Bien qu’inférieurs en nombre, ces Celtes vêtus tels des monstres de cauchemar ne se firent pas prier pour commettre un massacre, sans oublier  les chiens  qui trucidèrent vicieusement certains d’entre eux. Tous, la rage au ventre, se positionnèrent stratégiquement pour abattre le plus de Romains possibles et sur les dix, il n’en restait qu’un. Celui-ci était le Centurion qui s’enfuit dans la forêt, beuglant comme une âme terrifiée et souffrante.  C’est à ce moment-là que le brouillard s’estompa et que les cris  du survivant cessèrent d’un coup, se terminant par un affreux gargouillis.


Il tomba au sol, tandis que des cavaliers encerclèrent le lieu du combat, leurs épées celtes dégainées et leurs boucliers prêts à charger.   Une vingtaine en tout, tous des guerriers gaulois et à leur tête, le roi Ambiorix. Celui-ci avait fait seller sa monture en apprenant le risque qu’avaient entrepris ces gens et sachant que les Romains rôdaient dans le coin, il était allé leur prêter mainforte.  Ils ne furent pas difficiles à trouver vu les traces dans la neige et les cris de combat au loin.


 Son regard se posa  alors sur Maeva, qui tenait toujours la disparue contre elle. Après un instant où ils se dévisagèrent l’un et l’autre, il porta son attention sur le vieux druide et enfin, sur le guerrier entouré de ses chiens. Autour d’eux, des cadavres déchiquetés ou égorgés et des perces neiges tachés de sang. Cette scène héroïque et inusitée risquait de faire le bonheur des bardes. Cette pensée fit sourire le roi, même si au fond, il avait craint le pire pour sa guérisseuse, mais pouvait-il lui reprocher d’avoir fait son devoir? Ses yeux perçants les fixèrent et après un silence, il s'exclama sincère:


-Je  pensais que les Belges étaient les plus braves des Gaulois...eh bien, je me trompais.  Cette nuit, vous serez accueillis en héros!


 Disant cela, il ordonna à ses hommes :

 
-  Que l’on prête des montures à ces braves. Nous allons les escorter  jusqu’au Camp d’Arthus!


Des chevaux furent prêtés à Myrddin et à Dominus, tandis qu’Ambiorix  prit Maeva contre lui et un autre de ses guerriers prit soin de Gwenaëlle. Celle-ci était revenue progressivement à elle et un peu plus tard, la jeune femme leur confia qu’au moment où elle avait voulu retourné au camp, une licorne avait apparu à l'orée de la forêt et une voix lui avait soufflé de la suivre. Incapable de résister à cette requête, elle avait embarqué sur le sylvestre jusqu’à la grotte d’Arthus.


 Là,  une femme lumineuse l’avait attendu et s’étant présenté comme la déesse Brigit, la vierge avec accepté de faire qu’une avec  l’entité le temps qu’on la retrouve, ce qui fut fait.  Quelle ne fut pas la joie des prêtresses et des habitants en voyant revenir la disparut saine et sauve, ainsi que ceux qui étaient allés la sauver, chevauchant  auprès du roi.  Cette histoire digne des anciennes légendes se fit racontée partout à travers l’Oppidum, ce qui vint redonner espoir aux Celtes pour l’avenir.  Peu importe l’issu de la guerre, ils allaient se battre jusqu’au bout, comme l’avait fait les héros d’Imbolc, et de continuez à louanger leurs Dieux pour que ceux-ci ne tombent jamais dans l’oubli.

FIN


Dernière édition par Admin le Jeu 15 Fév - 20:50, édité 7 fois

_________________




Sans la nature, nous ne pourrions vivre...
avatar
Admin
Admin

Messages : 237
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 28

Attributs
Réputation: Mythe
Faction: Aucune
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur http://celtesagedufer.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Admin le Jeu 15 Fév - 19:22

En ce 15 février 2018, le premier scénario de Celtes se termine sur une note de victoire et de fête! Merci aux joueurs d'avoir pris part à cette courte intrigue et j'espère que vous vous êtes bien amusés. Bien sûr, les héros seront récompensés par des points d'expérience et des objets uniques! Quoi? Croyez-vous que je vous laisserai déguerpir les mains vides? C'est mal me connaitre! Very Happy



Points d'expérience:

40 XP par poste écrit après chaque relance.
Bonus: +10 par personnage étant venu déguisé.

Cleden: 50 XP
Dominus: 170 XP (+ troisième palier de réputation: Héros)
Maeva: 210 XP
Myrddin: 210 XP (+ troisième palier de réputation: Héros)
 

Objets uniques:


Pour avoir résolu l'énigme et sauver ses amis, Dominus obtiens un pendentif en or offert par les Dryades.  Ses rubis s'illumineront à chaque fois qu'un Dullahan rôdera dans les parages. Il est conseillé de le porter à ton cou, surtout si tu t'aventure dans les forêts armoricaines et irlandaises.


Maeva, Myrddin et Dominus pour avoir honorés la déesse Brigit comme il se doit, elle vous offre un flacon de larmes de licorne. Ces larmes vous guériront de maladies incurables ou de blessures mortelles.


Pour tous ceux ayant combattu au lieu de fuir, Ambiorix vous a envoyé une missive dans votre pigeonnier! Wink (Dom, tu as vraiment été sauvage sur ce coup là! mort de rire )


Alors voilà! Encore une fois, merci de votre participation et félicitation!

(Si vous voulez réagir à ce scénario, je vous invite à le faire : Ici Coeur Cool )






_________________




Sans la nature, nous ne pourrions vivre...
avatar
Admin
Admin

Messages : 237
Date d'inscription : 31/07/2017
Age : 28

Attributs
Réputation: Mythe
Faction: Aucune
Divinité: Ainé

Voir le profil de l'utilisateur http://celtesagedufer.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Scénario I: Imbolc

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum